Alain Chomel, Construire pour les plus fragiles - Livre

Zoom sur l'image Alain Chomel, Construire pour les plus fragiles - Livre
© Editions Libel - Alain Chomel, un architecte pour l'école, Laurence Jaillard
Alain Chomel est âgé de 24 ans quand son père, architecte reconnu à Lyon, l’associe à la conception de l’hôpital neurologique. Mais peu de temps se passe, en cette année 1955, avant qu’il ne doive abandonner l’agence familiale et l’apprentissage du métier. « L’Algérie m’a fait découvrir l’injustice. Elle m’a donné cette volonté de participer ma vie durant à la recherche de la justice, en faisant émerger plus de justesse dans la conception de l’architecture. Intégrer la politique dans l’architecture, c’est toujours penser qu’on travaille pour des gens. »

Aussi l’architecte ne cessera-t-il, en quarante-cinq ans de pratique, de sonder profondément les attentes de ceux pour qui il devra construire, surtout les plus fragiles, mineurs instables, handicapés mentaux, enfants. Ce désir de ressentir leur psychologie lui fera multiplier les échanges avec des praticiens de l’exclusion, du handicap et du jeune âge. Alain Chomel déclinera systématiquement un principe : l’agencement de l’espace est un très puissant facteur de sociabilisation. Ainsi, pour lui, la façon d’entrer dans un équipement collectif doit être la même qu’en un lieu privé. L’homme abhorre les couloirs interminables des écoles IIIe République, source de bruit et d’énervement. Dès la première qu’il réalise, à Décines (1968-1971), il dote chaque classe d’accès les plus indépendants possible et d’un maximum d’autonomie, grâce à un atelier et un vestiaire propres. « L’autonomie de la classe accélère celle de l’enfant », juge-t-il. Les espaces de détente ne sont pas placés devant les classes, pour pouvoir échelonner les temps de récréation et ainsi gagner en apaisement.

Une deuxième commande lui permet de mettre en pratique son intuition fondamentale : déclencher le processus d’apprentissage de la lecture et de l’écriture, à la charnière entre la dernière classe de maternelle et la première classe de primaire, exige une proximité entre celles-ci afin que les enseignants puissent se concerter en continu sur chaque enfant. Toujours dans la région lyonnaise, Chomel bâtit ou rénove 25 écoles maternelles et primaires. Il y réalise en 1968 le premier centre d’aide par le travail (CAT) de France, lieu de travail pour adultes déficients mentaux, des foyers, instituts médicopsychologiques, logements collectifs ou maisons individuelles, ainsi que l’église Saint-Jean-Apôtre dans le VIIIe arrondissement de Lyon (1959-1962). Les témoignages soulignent leur impact bénéfique : moins de violence et de casse dans les foyers, élèves plus calmes à la maison, équipes enseignantes mobilisées.

Quand bien même Chomel privilégiait les qualités d’usage de ses créations, une force plastique tout en sobriété anime chacune d’elles.

 

  • "Alain Chomel, un architecte pour l'école", Laurence Jaillard, Editions Libel, 143 p., 20€.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

FAIRE Paris 2019, accélérateurs de projets innovants du pavillon de l'Arsenal et de la Ville de Paris

Faire 2019: ouverture des candidatures

17/05/2019

Le pavillon de l’Arsenal et la Ville de Paris, en collaboration avec MINI et la Caisse des Dépôts, lancent la troisième édition de l'appel à projets innovants FAIRE Paris, destiné aux architectes, urbanistes, paysagistes, ingénieurs, […]

Les Jardins parisiens d'Alphand, Sous la direction de Sylvie Depondt, Bénédicte Leclerc, Eric Burie.

Alphand, le créateur du paysage parisien - Livre

17/05/2019

Polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées, rien ne prédestinait Jean-Charles Adolphe Alphand à devenir, en 1854, responsable des « promenades et des plantations de Paris », service venant d'être créé par le baron Haussmann. Ce […]

Sophia Antipolis, Cermics, Brante & Vollenweider architectes, 1996

Cermics, Sophia Antipolis, Brante & Vollenweider […]

16/05/2019

Les premiers coups de pioche remontent à 1971, mais c'est dès les années 1960 que l'ingénieur Pierre Laffitte imagine dans l'arrière-pays niçois "un quartier latin aux champs, voué à l'intelligence et à la […]

Centre de recherche et de design Mercedes-Benz, Sophia Antipolis, Pierre Fauroux architecte, 1989-1991

Centre de recherche et de design Mercedes-Benz, […]

16/05/2019

Les premiers coups de pioche remontent à 1971, mais c'est dès les années 1960 que l'ingénieur Pierre Laffitte imagine dans l'arrière-pays niçois "un quartier latin aux champs, voué à l'intelligence et à la […]

Rendez-vous à suivre

Cinq rendez-vous d'architecture, du 16 au 22 mai

16/05/2019

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Formes et lumière Jusqu’au 16 mai, à la galerie d’Architecture, à Paris Exposition de la photographe Gitty Darugar qui […]

Institut de Physique de Nice, Sophia Antipolis, Yves Bayard & Henri Vidal architectes, 1985

Institut de Physique de Nice, Sophia Antipolis, […]

13/05/2019

Les premiers coups de pioche remontent à 1971, mais c'est dès les années 1960 que l'ingénieur Pierre Laffitte imagine dans l'arrière-pays niçois "un quartier latin aux champs, voué à l'intelligence et à la […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus