Antoine-Dufour architectes, portrait des lauréats du prix de la Première Œuvre 2019

Zoom sur l'image Antoine-Dufour architectes, portrait des lauréats du prix de la Première Œuvre 2019
© Stéphanie Vermassen / AMC - Pierre Dufour et Aymeric Antoine architectes, agence Antoine-Dufour, prix de la Première Œuvre 2019

Articles Liés

Prix de la Première Œuvre 2019: le patrimoine, de l'ordinaire à l'intemporel

L'agence Antoine-Dufour architectes, en projets

Équerre d'argent 2019: des architectes engagés

Lauréats du prix de la Première Œuvre 2019 avec l'installation de l'atelier du maître verrier Emmanuel Barrois dans une ancienne halle ferrovière à Brioude (Haute-Loire), les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour revendiquent le travail sur l'existant comme acte créatif. Des jeunes professionnels bien dans leur temps.

Leur collection de prix est à faire pâlir tout jeune architecte. «On aime la compétition», avouent, timides, Aymeric Antoine et Pierre Dufour. Il vaut mieux, dans un univers où se mesurer à ses confrères est un sport quotidien. Une première distinction à un concours d’idées réservé aux étudiants les a encouragés à se lancer dans le suivant. Et ainsi de suite, depuis l’école d’architecture de Clermont-Ferrand, jusqu’à la nomination aux Albums des jeunes architectes et paysagistes en 2016, et celle de Pierre Dufour architecte en chef des Monuments historiques (ACMH) -la petite trentaine, il est diplômé de l'école d'architecture de Belleville en 2010. Effet boule de neige qui les a finalement conduits au Prix de la Première Œuvre 2019, obtenu pour la conception de l’atelier du maître verrier Emmanuel Barrois, à Brioude (Haute-Loire).

 

Aménagé dans une halle ferroviaire désaffectée, le projet cristallise les préoccupations de ses architectes pour le déjà-là, ce «capital» qu’ils refusent de muséifier. En témoigne le volume énigmatique, minimal, extrait de l’ancienne halle et dont l’étrangeté plastique signale le renouveau. «La réhabilitation est un travail d’architecte», revendiquent Aymeric Antoine et Pierre Dufour, comme s’il y avait urgence à actualiser les savoir-faire de leur profession face aux enjeux environnementaux de notre société. Dans leur agence, le patrimoine n'est qu'une composante de la grande complexité spatiale et temporelle dans laquelle s'inscrit la conception de l’espace. Cette dernière doit traverser les échelles et les problématiques, entremêlant les questions historique, économique, de filière, de structure, de géographie, de climat, de culture. On y lit la théorie des «milieux» chère à la philosophe Chris Younès. Ainsi que la filiation avec l'urbaniste Frédéric Bonnet croisé à Clermont-Ferrand, école dont Aymeric Antoine est diplômé en 2010, et où Pierre Dufour enseigne désormais.

Penser par le détail et les atmosphères

Aymeric Antoine et Pierre Dufour sont des intellectuels intériorisés, pour qui «le patrimoine n’est ni une niche, ni un refuge mais une manière d’aborder le projet». Mais il ne faut pas se fier à l’air impassible que donne les murs immaculés de leur agence parisienne ; ni à cette collection de maquettes monomatière qui les suggère patiemment appliqués. Quand bien même ils revendiqueraient la lenteur nécessaire à la conception, ils sont nerveux, hyperactifs. Pour brasser la variété des dimensions du projet, les associés se sont formés à toutes les échelles de la conception. Ils ont accumulé les expériences au sein d’agences qui partagent l'exigence du dessin, de l’exécution et de l’intelligence structurelle (Dietmar Feichtinger, Marc Barani, Studio KO ou encore la star de l’aménagement d’intérieurs de luxe, Pierre Yovanovitch). Autant de concepteurs qui opèrent avec la crème des artisans ou en tirant le meilleurs des grands entrepreneurs. Autant d’environnements où Aymeric et Pierre ont appris à penser par le détail, à définir des ambiances intérieures. Si leur bibliothèque de références s'étoffe à chaque projet, quelques figures immuables la peuplent: RCR pour l'atmosphère et la matière ; Dominique Perrault pour la rigueur des traits ; Philippe Prost pour la question de l'héritage.

Refuser d'être la caution patrimoine

Vite déterminés à «ne pas gratter toute leur vie pour quelqu'un d'autre», les jeunes architectes refusent désormais d’être réduits à la «caution patrimoine» d’un projet. Sûrement échaudés de s’être embarqués dans l’affaire Maison du peuple de Clichy-Inventons la métropole du Grand-Paris sans avoir mesurer son degré d’explosivité, ils préfèrent les équipes resserrées, pour faire corps dans la réflexion. Ils viennent de remporter la réhabilitation et l’extension du Musée des Arts-décoratifs et du design de Bordeaux, travaillent à l’aménagement d’un site archéologique à Aurillac (Cantal) et à celui du bourg de Sainte-Anastasie (Cantal). Une diversité de sujets qui ont en commun d’avoir des pré-existences. Par la charge de Pierre Dufour -nommé ACMH dans les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, il s’occupe notamment de la nécropole de l’ancien camp de Natzweiler-Struthof-, le portfolio de l’agence oscille entre des projets d’intérêts nationaux et d’autres plus communs. Mais ne nous y trompons pas, ces architectes ne militent pas plus pour une réflexion sur les lieux ordinaires que pour la sauvegarde des grands monuments. Ils revendiquent une méthode, l'intelligence du projet quel que soit son terrain, modérant son économie et son empreinte dans le temps. Comme à Brioude, où la réhabilitation préserve les qualités d’envergure et de structure de l’ouvrage d’origine, révélant ainsi son intemporalité. Chez Antoine-Dufour, il n’y a pas de recette pour faire, mais une manière d’interconnecter les problématiques. Chaque sujet est l’occasion de se réinventer, de relever de nouveaux défis. A bien y regarder, Aymeric Antoine et Pierre Dufour sont surtout en compétition avec eux-mêmes.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Au Pavillon de l’Arsenal à Paris, un catalogue de […]

02/12/2022

300 À Paris, 70% des autorisations d’urbanisme déposées ces deux dernières années concernent des opérations de transformation, et cette part ne cesse d’augmenter. Le meilleur moyen de baisser les émissions de ce secteur, un des plus carbonés, est de ne pas démolir pour reconstruire, mais de conserver […]

PHOTO - 31228_1825672_k4_k1_4216253.jpg

Initier une échelle de proximité: un groupe […]

16/11/2022

300 Premier équipement public de la ZAC Mellinet à Nantes, le groupe scolaire Alice-Guy conçu par l'agence Raum engage, par l'architecture, la vie collective dans son quartier. Sa capacité d'intégration et d'appropriation passe par la rigueur de sa composition et la richesse des situations spatiales […]

PHOTO - 31228_1825678_k3_k1_4216271.jpg

Prendre soin de la biodiversité : le nouveau siège […]

18/11/2022

300 À Paris (XIIe arr.), la silhouette élancée du nouveau siège de l'AP-HP dessiné par Chartier-Dalix, bénéficie de la concavité de ses trois façades. Avec son assise triangulaire, l'édifice s'écarte de la trame en damier de l'hôpital Saint-Antoine pour développer un cœur d'îlot vert. En 2018, Martin […]

PHOTO - 29036_1700643_k6_k1_3912804.jpg

La minéralité soignée de 100 logements et une […]

25/04/2022

300 Au pied des tours Duo, sur la face nord du quartier Bruneseau, les agences Nicolas Reymond (NRAU) et Michel Guthmann (MGAU) viennent de livrer un programme mixte associant 100 logements, une école, des commerces, des bureaux et un parc de stationnement. Le tout dans deux plots de verre et de métal […]

Jardin sportif Suzanne-Lenglen à Bordeaux (Gironde), nommé à l'Équerre d'argent 2022 catégorie Espaces publics et paysagers, maîtrise d’ouvrage : EPA Bordeaux Euratlantique, maîtrise d’œuvre : TVK, Pascal Cribier et Patrick Ecoutin

A Bordeaux, TVK décloisonne la pratique du sport […]

15/11/2022

300 A Bordeaux, en rive droite de la Garonne et face à la cité historique, le jardin sportif Suzanne-Lenglen imaginé par TVK forme un maillon essentiel du réseau d’espaces publics structurant la ZAC Garonne Eiffel. TVK qui en a été l’architecte urbaniste mandataire, associé à Patrick Ecoutin pour la […]

Muoto, porte-drapeau à la Biennale de Venise 2023

30/11/2022

300 C'est le studio Muoto qui représentera la France à la 18e biennale d’architecture de Venise, du 20 mai au 26 novembre 2023. Le projet « Ball Theater / La fête n’est pas finie » porté par l’agence, associée à Georgi Stanishev et Clémence La Sagna pour la scénographie, Jos Auzende pour le […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital