Blandine Chavanne, directrice du musée des beaux-arts de Nantes « C'est à Twitter et Facebook de faire la publicité d'un musée, pas à son enveloppe architecturale »

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
Zoom sur l'image Blandine Chavanne, directrice du musée des beaux-arts de Nantes « C'est à Twitter et Facebook de faire la publicité d'un musée, pas à son enveloppe architecturale »
© Ville de Nantes, C.Clos - PHOTO - 062_Image55460.jpg

« Le musée de Nantes fait actuellement l'objet d'un vaste projet d'extension et de restauration conduit par le cabinet d'architectes londonien Stanton Williams. Inauguré en 1900, il s'agit de l'un des plus grands musées des Beaux-Arts en région et il était grand temps de l'adapter aux besoins contemporains. En outre, il présente la particularité de receler des collections allant du XIIIe au XXIe siècle. Si les surfaces d'exposition permanentes sont augmentées, le musée est aussi pourvu de nouveaux équipements fonctionnels qui sont aujourd'hui indispensables pour compléter l'activité liée aux monstrations : un auditorium, des salles pédagogiques, une librairie, un café... Nous sommes en cœur de ville avec des espaces très contraints et il était pour nous extrêmement important que le bâtiment soit d'abord fonctionnel et qu'il n'y ait pas un m2 de perdu. C'est à la communication - Twitter et Facebook s'en chargent d'ailleurs très bien - et non pas à l'enveloppe d'un bâtiment muséal de faire sa publicité. En revanche, à l'intérieur, je pense que la notion de promenade est fondamentale. Elle ne doit pas être répétitive et ménager des espaces de respiration. On a, par exemple, valorisé les espaces architecturaux 1900 - un très bel escalier et de grandes galeries dotées de verrières avec une lumière naturelle -, dont l'atmosphère contraste avec celle qui est proposée dans l'extension contemporaine, d'ailleurs très belle. Ce qui est aujourd'hui complètement schizophrène pour une institution muséale, c'est que nous sommes toujours en train de faire le grand écart entre l'intemporel que sont nos collections et les événements que sont les expositions temporaires. Quel type d'accrochage faire, comment mélanger le permanent et l'événementiel, le chronologique et le thématique ? Le public est extrêmement friand et curieux et il faut lui laisser l'occasion de découvrir par lui-même. Qu'il fasse appel à une médiation interactive ou qu'il fasse son parcours en silence et en solitaire. Nous devons être en mesure de lui proposer un maximum de choses afin qu'il puisse avoir le choix et être acteur de sa visite. »

Blandine Chavanne, directrice du musée des beaux-arts de Nantes « C'est à Twitter et Facebook de faire la publicité d'un musée, pas à son enveloppe architecturale »
PHOTO - 059_Image55289.jpg

Abinal & Ropars Musée Arthur Rimbaud Charleville-Mézières

Le réaménagement du musée Arthur-Rimbaud et de son son jardin s'écarte d'une muséographie classique en « bousculant » le visiteur, immergé dans une atmosphère poétique où se profile progressivement le fantôme de Rimbaud. Plutôt […]

PHOTO - 058_Image54531.jpg

Henning Larsen Moesgaard Museum Aarhus, Danemark

Consacré à la préhistoire et à l'ethnographie, le Moesgaard Museum a été conçu comme un équipement muséal de 16 000 m2 où architecture, nature et culture ne font qu'un. Situé dans le paysage vallonné de Skåde, au sud d'Aarhus, […]

PHOTO - 060_Image55371.jpg

Riegler Riewe Silesian Museum Katowice, Pologne

L'histoire de Katowice est liée à l'essor de l'industrie lourde et minière ayant forgé l'identité culturelle de la Haute-Silésie. Une situation d'autant plus particulière qu'ici, l'ancienne mine jouxte le centre-ville. À cet […]

PDF de l'article

Nouveaux musées

Comme s'il s'agissait de muséifier l'humanité toute entière, peu de pays semblent échapper à la construction de nouveaux musées, qu'il s'agisse de la modernisation d'institutions déjà établies ou de la création ex-nihilo de […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital