Chloé Thomazo Le marché de gros et ses annexes, dalle des Olympiades, Paris ENSA Paris Val-de-Seine. Directeur d'études : Marco Tabet

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
Zoom sur l'image Chloé Thomazo Le marché de gros et ses annexes, dalle des Olympiades, Paris ENSA Paris Val-de-Seine. Directeur d'études : Marco Tabet
PHOTO - 004_Image19228.jpg

Lobby, entre la logistique grouillante et la ville

En créant une salle de ventes, un hôtel et un centre d'affaires Jérémy Germe et Chloé Thomazo structurent le marché de gros improvisé par la communauté asiatique sous les Olympiades. Ils réinvestissent la dalle inachevée et y implantent un nouvel édifice pour faciliter les usages existants et revaloriser le site.

Objet urbain singulier, la dalle des Olympiades appelle de nouvelles pratiques. Fascinante par un usage massif du béton, elle est inachevée car la construction de deux tours et d'une crèche fut arrêtée par le revirement politique des années 1970.

Restées inoccupées au début des années 1980, les tours ont attiré les diasporas d'Asie du sud-est et la gare désaffectée enfouie sous la dalle est devenue la plus vaste plate-forme de commerce asiatique de France. Elle abrite 23 entreprises qui fournissent des commerces et des restaurants. Le récent changement de propriétaire permettant d'envisager l'évolution du site, les architectes proposent d'implanter dans le délaissé des Olympiades la salle de ventes et l'hôtel nécessaires au développement d'un « Rungis asiatique ». Pour faciliter l'activité du marché souterrain, cette salle de ventes est, selon les commerçants, le dispositif le plus efficace pour vendre un important volume de marchandises périssables.

En remodelant les Olympiades, ce projet revalorise un urbanisme souvent dénigré. En installant un équipement attractif au cœur du Chinatown, il devient le porte-étendard d'une activité en plein essor.

Pour traiter la dalle, les architectes valorisent de nouveaux usages du béton témoignant d'une économie de matière au nom du développement durable. À l'urbanisme des années 1960, caractérisé par son opacité et sa stratification, ils opposent un objet poreux, fait de vides et de transparences. La structure primaire en poteaux de béton armé à inertie variable s'affine à chaque étage et les planchers en caissons qui accueillent les gaines horizontales allègent de 30 % la structure. Le choix d'un béton textile permet de développer une façade drapée très légère donnant une impression de souplesse.

Grâce aux spécificités structurelles, techniques, et esthétiques du béton, les architectes répondent aux enjeux urbains et écologiques de l'architecture contemporaine en relevant les défis du site.

Chloé Thomazo Le marché de gros et ses annexes, dalle des Olympiades, Paris ENSA Paris Val-de-Seine. Directeur d'études : Marco Tabet Chloé Thomazo Le marché de gros et ses annexes, dalle des Olympiades, Paris ENSA Paris Val-de-Seine. Directeur d'études : Marco Tabet Chloé Thomazo Le marché de gros et ses annexes, dalle des Olympiades, Paris ENSA Paris Val-de-Seine. Directeur d'études : Marco Tabet Chloé Thomazo Le marché de gros et ses annexes, dalle des Olympiades, Paris ENSA Paris Val-de-Seine. Directeur d'études : Marco Tabet Chloé Thomazo Le marché de gros et ses annexes, dalle des Olympiades, Paris ENSA Paris Val-de-Seine. Directeur d'études : Marco Tabet Chloé Thomazo Le marché de gros et ses annexes, dalle des Olympiades, Paris ENSA Paris Val-de-Seine. Directeur d'études : Marco Tabet

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital