"Il faut un new deal de la commande publique", Denis Dessus, président de l'Ordre des architectes

Zoom sur l'image Il faut un new deal de la commande publique, Denis Dessus, président de l'Ordre des architectes
© matao - Denis Dessus, président du Conseil national de l'Ordre des architectes

Articles Liés

Dans les agences, après la crise, le mauvais temps

Coronavirus: les architectes face à la crise

Roselyne Bachelot, nouvelle ministre des architectes

Procédures enlisées, pertes d'exploitation et organisation compliquée de la reprise des chantiers... Durement éprouvés par l'incertitude économique actuelle, les architectes connaissent des temps difficiles et les mois qui viennent n'annoncent pas d'éclaircie dans les agences. Pour faire face à la crise, l'Ordre national des architectes (CNOA) a transmis au gouvernement un ensemble de propositions visant à favoriser la relance du BTP, pour que la reprise du monde de la construction soit aussi celle de l'activité des architectes. Le président du CNOA, Denis Dessus, revient sur les conséquences de la crise sanitaire dans les agences et réclame un new deal de la commande publique.

AMC: Les maîtres d'ouvrage publics engagés dans des projets de construction ont-ils soutenus leurs architectes pendant le confinement?

 

Denis Dessus: Il faut être clair, la plupart ont fermé boutique pendant toute la période de confinement. Les collectivités ont arrêté l’instruction des autorisations d’urbanisme pendant trois mois, et il faut saluer ceux, rares, qui ont maintenu l’action publique en autorisant les demandes de PC numériques. Ce furent souvent des petites communes. Nous avons subi l’arrêt de l’avancement des études car il n’y avait personne pour les valider et nous subissons le gel lié aux élections municipales. Il est indispensable qu’il y ait continuité de l’action publique et que les nouvelles équipes ne remettent pas en cause les projets lancés par leurs prédécesseurs.

Clairement, la crise va impacter lourdement la commande publique, et privée, sur 2020 et 2021. Nous risquons d’avoir un chiffre d’affaires en chute de 20% donc avec des pertes massives d’emplois et des faillites parmi nos structures.

L’enjeu principal pour toute la filière est là, lancer des projets chez les architectes car sinon c’est tout le secteur du BTP qui va souffrir. Il faut savoir que les architectes font six milliards de CA et génèrent 60 milliards de travaux. Le ralentissement des études se traduirait immanquablement par des dizaines, voire des centaines de milliers de pertes d’emploi dans la filière. Il est essentiel donc d’avoir une politique publique dynamique car les besoins sont considérables, notamment en rénovation et construction de services publics très dégradés. L’exemple des écoles de Marseille est symptomatique.
 
Dans quelles mesures la reprise des chantiers représente aujourd'hui un surcoût pour les architectes? Comment rémunérer ce travail supplémentaire?
 

Les architectes ont vu leurs études ralenties, et leur activité chantier arrêtée. Ils assurent la maîtrise d’œuvre de tous les chantiers publics et d’une grande partie des chantiers privés. Ils subissent donc toutes les contraintes liées à la covid-19, les pertes d’exploitation, les délais qui s’allongent, etc. Ils ont dû également gérer les arrêts de chantier, établir les états des lieux, arbitrer les conditions de la reprise et gérer les avenants des marchés de travaux. L’Ordre des architectes a fourni les outils juridiques pour régler au cas par cas toutes ces difficultés. 

 

Dans la dizaine de mesures proposées par le Conseil national de l'Ordre des architectes pour accompagner la reprise des chantiers du BTP et adressées au gouvernement, vous demandez une refonte de l'organisation de la rémunération de l'architecte en marché public, avec un versement de 80% des honoraires à la remise des études. Pourquoi est-il nécessaire de réévaluer le paiement des prestations de l'architecte?

 

Il ne s’agit pas de refonte, mais d’établir des conditions de paiement adaptées aux spécificités de nos marchés. Nos trésoreries ne peuvent supporter un décalage de plusieurs mois entre le moment où les études sont faites et le règlement. Cette disposition, et bien d’autres, sont déjà dans les contrats équilibrés de maîtrise d’oeuvre, comme les contrats types de l’Ordre disponibles sur notre site et qu’utilisent, heureusement, de nombreux acheteurs publics.

 

Vous écrivez en préambule de vos préconisations au gouvernement «il ne faut jamais que le facteur temps prévale sur la qualité in fine de la production, le coût et la valeur d’un bâtiment se mesurent en qualité d’usage pendant des décennies, voire des générations». La situation actuelle ne serait-elle pas l'occasion d'une révision plus en profondeur de la loi Mop, mise à mal par une loi Elan valorisant justement la quantité plutôt que la qualité?

 

Votre question me semble étrange: c’est la loi Elan qui est dans l’erreur, pas la loi Mop qui est une démarche qualité de l’acte de construire. Nous n’avons eu de cesse de dire, à l’époque des débats parlementaires, qu’il fallait à la loi Elan une ambition écologique, architecturale, sociologique. Aujourd’hui ce volet qualitatif essentiel, qui était totalement absent d’une loi uniquement financière, est dans toutes les réflexions et dans les leçons tirées de la crise sanitaire. Le gouvernement doit donc réfléchir aux mécanismes pour obtenir un meilleur habitat, adapté aux mutations sociales, à l’accueil de tous, au changement climatique, à la lutte contre l’effondrement de la biodiversité, et nous sommes prêts à l’aider pour trouver les bons leviers et modes opératoires.
Nous avons besoin de concours d’architecture qui sont la recherche et développement de notre profession, et qui permettent de mettre le curseur sur la qualité bâtie et environnementale. C’est ça qui est fantastique avec les architectes, il suffit de donner les critères, bas carbone, énergie positive, habitat sain et non polluant, et ils vous le font, si on les met dans les conditions de s’exprimer avec une équipe de maîtrise d’œuvre choisie pour ses compétences.
Il faut clairement œuvrer pour rénover le parc immobilier existant, cela le gouvernement l’a compris. Mais ce qu’il n’a toujours pas compris c’est que ne parler que de rénovation énergétique est contre-productif. Il faut embarquer l’énergie, et la santé, mais cela ne constitue pas un facteur déclenchant de la rénovation. Le facteur déclenchant, pour un logement, est son adaptation aux évolutions de la famille, c’est l’amélioration du confort, de la valeur patrimoniale et locative, etc. Et il faut également que la maîtrise d’œuvre fasse partie du budget finançable d’une opération, sinon on continuera à produire les arnaques et le mécontentement des usagers…
C’est cela que nous lui proposons, avec un aménagement des territoires rééquilibré, car il faut rendre possible le vivre ailleurs que dans les métropoles, et faire un new deal de la commande publique pour restaurer les infrastructures et ramener les services publics de proximité qui ont disparu.

 

Propos recueillis par Margaux Darrieus

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Exposition

Fernand Pouillon en son royaume de Belcastel

30/10/2020

300 Dans l’Aveyron, au château de Belcastel, qui fut la dernière demeure de Fernand Pouillon, deux expositions célébraient en octobre 2020, l’architecte visionnaire disparu en 1986 et longtemps décrié de son vivant. Avec « Architecture vivante », le photographe et cinéaste Stéphane Couturier s'est […]

Pascal Chombart de Lauwe et Etienne Chevreul-Demas, architectes. agence Tectone

Tectone - Portrait

30/10/2020

300 L’architecte urbaniste Pascal Chombart de Lauwe fonde Tectone en 1986 avec Jean Lamude (décédé en 1996). Etienne Chevreul-Demas devient associé en 2017. Bien que les normes complexifient la production des logements, l’agence Tectone, forte d’une expérience de trente ans dans le domaine, défend qu’il […]

Abonnés AMC

PHOTO - 22932_1370558_k3_k1_3176913.jpg

Référence: Maurice Blanc, moderne Grenoblois

29/10/2020

300 Le Grenoblois Maurice Blanc (1924-1988) consacre sa vie à l'architecture et à l'urbanisme avec une contribution originale qui se déploie entre 1950 et 1980. Maître d'œuvre engagé, il est l'un des initiateurs locaux de la formation permanente des architectes et un acteur politique municipal. Pour cet […]

Rendez-vous à suivre

5 rendez-vous d'architecture, à ne pas manquer ce […]

29/10/2020

300 Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. 1. Conquêtes spatiales, à Annecy Au tournant des années 1960, Jean-Louis Chanéac, Claude Costy et Pascal Häusermann imaginent un nouveau langage architectural aux formes organiques, exprimant une vision […]

Abonnés AMC

Projet pour l'Arena Porte de la Chapelle, Paris, SCAU et NP2F architectes

JO Paris 2024 : Grands équipements, petit souffle

28/10/2020

300 Les grands équipements qui seront bâtis à l'occasion des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, le centre aquatique à Saint-Denis et l'Arena porte de la Chapelle, offrent des traductions sans ostentation aux injonctions légitimes à la modération environnementale. Au risque de manquer le […]

« Nos jours heureux, Architecture et bien-être à l’ère du capitalisme émotionnel »,

Déconstruire la mythologie du bonheur - Livre

28/10/2020

300 Publié par le prestigieux Centre canadien d’architecture à l’occasion de l’exposition du même nom organisée dans ses murs l’an dernier, « Nos jours heureux, Architecture et bien-être à l’ère du capitalisme émotionnel » est un collage réflexif, richement illustré et nourri d’une belle variété de […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital