DOSSIER

Écoles d'architecture: débats d'enseignants, un an de confinement et harcèlement

 

 

Les écoles d'architecture expriment depuis plusieurs années leur ras-le-bol face au manque chronique de moyens dont elles souffrent. Début 2020, des grèves et des manifestations avaient regroupé enseignants, étudiants et personnels administratifs. Si la pandémie a aujourd'hui éloigné les troupes, obligées de se plier à l'enseignement à distance, les débats sur l'enseignement de l'architecture, ses contenus et ses moyens, sont malgré tout vivaces. Trois ans après l'instauration du statut d'enseignant chercheur et la création du Conseil national des enseignants chercheurs des écoles nationales supérieures d'architecture (CNECEA), des inquiétudes se font jour sur la place des praticiens et du projet dans les Ensa, reflétant une profession en crise identitaire, qui n'arrive pas à réconcilier pratique et théorie. Que transmettre et comment ? Quelle place donner aux impératifs écologiques, aux sciences humaines et sociales, aux expérimentations par le faire ? Pour alimenter le débat, nous donnons la paroles aux enseignants et aux étudiants. Nous sommes également allés à la rencontre de ces derniers, pour évoquer leur scolarité confinée, les difficultés à s'impliquer sur le long terme dans un enseignement par écrans interposés, les regrets de ne pas pouvoir profiter pleinement de ces années de découverte de la vie d'adulte, et aussi, l'impact de la pandémie sur leur vision de l'architecture.

Sommaire du dossier

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

  • AncienneDeMalaquais

    Il faut préciser que dans l'intitulé du dossier la notion de harcèlement sous-entend harcèlement sexuel. Car le harcèlement moral n'est pas traité dans ce dossier, bien que ce phénomène ait beaucoup plus d'ampleur que le harcèlement sexuel dans les écoles d'architecture.

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital