Ecole des hautes étudfes commerciales, Roubaix Zig Zag Architecture

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
Zoom sur l'image Ecole des hautes étudfes commerciales, Roubaix Zig Zag Architecture
PHOTO - Com_ZigZag_EDHEC_20102010-0038.jpg

Imaginé comme un campus à l’américaine, le projet de l’EDHEC business school s’implante dans un cadre verdoyant, à cheval sur les communes de Roubaix et Croix. L’organisation très ordonnée des espaces créés se caractérise surtout par la structuration des parcours estudiantins en exploitant habilement le relief du site pour ménager, en creux, une rue couverte.

Le programme du campus comprend tous les ingrédients d’une vie estudiantine en autarcie (voir amc n° 201). Le projet y répond par la succession des équipements, le long de deux axes. L’un s’étire d’est en ouest, et se caractérise par un mail accessible par un emmarchement, faisant office de parvis sur la rue Verte, côté ville de Croix. L’autre est la rue couverte, faisant la liaison, du nord au sud, entre le bâtiment d’enseignement, l’administration et la restauration. Le mail occidental présente la singularité de se dédoubler en une rampe douce cheminant au pied des arbres, et une coursive horizontale partiellement couverte au pied de chaque immeuble d’hébergement. La différence d’altitude est l’occasion de révéler le socle de la halle sportive qui renferme une piscine. L’organisation du plan-masse en chapelet ménage aussi un bosquet d’arbres remarquables, et préserve au nord-est du restaurant un cèdre de l’Atlas. Le parcours nord-sud traverse quant à lui un immeuble de bureau existant, livré en 1985 par Jean-Pierre Buffi pour le compte d’IBM. Emprunt d’un post-modernisme contenu, ce bâtiment de quatre niveaux se déploie en arc de cercle. Pour l’installation de l’EDHEC, les architectes de Zig Zag ont instauré une ligne de référence correspondant au plancher bas des sous-sols de l’immeuble conçu par Buffi, ce qui amorce d’une part la mutation entière des bureaux existants, et d’autre part le creusement de la rue couverte… Plus qu’un simple accueil, le lieu de croisement des deux axes devient un véritable forum où la place basse peut recevoir de grands rassemblements et les nouveaux emmarchements s’improviser en gradins extérieurs. En surplomb, le forum s’étire sur cent trente mètres de long, couvrant la rue intérieure. Non seulement l’espace en contrebas reçoit la bibliothèque de l’EDHEC, mais un amphi VIP vient aussi se loger entre les imposantes colonnes du bâtiment de Buffi. Hormis l’inflexion au droit du sas d’entrée, le cheminement est parfaitement rectiligne. Pourtant, l’enjeu essentiel de ce parcours est bien d’offrir des vues dégagées, en plongée ou contre-plongée, qui annihile l’effet couloir et qui culmine dans le hall-cathédrale du bâtiment d’enseignement.

Les architectes ont proposé à l’angle sud-est de ce nouvel édifice un vide susceptible de conduire la lumière naturelle profondément en rez-de-chaussée bas. La sous-face du grand amphi participe à l’effet d’évasement vertical, de dilatation en diagonale. Une mezzanine de près de 200 m2 surplombe aussi ce hall-cathédrale. La fluidité de ces espaces dégagés est le fruit d’une maîtrise de la réglementation incendie en ERP. La notion d’atrium permet de concevoir cet enchaînement de lieux et la multiplicité des dômes qui ponctuent le toit-terrasse répond aux obligations de désenfumage. Le recoupement obligatoire est habilement dissimulé en recourant à une grande porte coulissante. Les escaliers encloisonnés, communiquant visuellement les uns avec les autres par-dessus les sas, s’alignent rigoureusement dans une « bande servante » faisant office d’espace tampon entre les salles de cours et le hall-cathédrale. Un espace piranésien est ainsi créé, où les volées d’escaliers se succèdent et semblent même se contrarier, entre les pans de murs colorés. A ce temps fort de la circulation des étudiants, les architectes opposent un espace solennel en guise d’accueil au restaurant : un atrium cubique. De nombreuses baies perforent les voiles de bétons offrant du second jour. La teinte ambrée aux reflets brillants de la lasure est sans doute pour beaucoup dans l’ambiance particulière de cet atrium. Sur la rue Verte, l’établissement se devait d’offrir une identité forte, à l’image de l’ambition du campus EDHEC. Les architectes ont proposé une vêture en métal déployé. Pour créer un monolithe abstrait, ils ont dessiné une enveloppe continue : la matière passe également devant les baies des salles de sport. De couleur dorée, la maille dialogue avec les tonalités naturelles du paysage. Comme l’expliquent les architectes, ce choix permet ainsi à la matière brute d’avoir une « non-teinte ». La qualité de voile du métal déployé se décline partout dans le campus, et principalement en faux plafond. Le contraste est saisissant avec l’ambiance immaculée du restaurant. Pourtant, là aussi, un effet secondaire permet d’enrichir l’ambiance. Il émane des touches mauves que dispensent les baies opalescentes de la façade sud. Participant du même effet translucide, la vêture du gymnase présente, en journée, une surface lisse, tandis que la nuit, l’éclairage artificiel révèle une disposition aléatoire de carrés bleutés. Sur le bâtiment d’enseignement, la quête d’une vibration visuelle se décline aussi en vitrage sérigraphié de bandes verticales, alors que la matrice présente en creux l’empreinte des baies suivant un rythme décalé. Enfin, notons que le revêtement de sol de la rue couverte, un tapis bordeaux - fil rouge symbolique - participe indéniablement à l’absorption acoustique. Ainsi, le cheminement devient le vecteur du confort de l’usager, le complément qualitatif indispensable du rôle structurant du passage couvert.

Lieu : avenue Gustave Delory à Roubaix et rue Verte à Croix (59).

Maitrise d’ouvrage : SCI EDHEC pour l’équipement ; Cirmad pour les logements.

Maitrise d’œuvre : Zig Zag Architecture, Dominique Maret, Pierre Gilbert, Etienne Fromont, architectes ; Emma Desprets, Mathieu Le Cosquer, Jérémy Guerbadot, Nicolas Ecrepont, architectes ; Sodeg, BET structures ; Alto, BET fluides ; Aline Lecoeur, paysagiste ; Tohier, économiste.

Programme : 5 pôles : enseignement, administration, restauration, sports et hébergement

Surface : 15 400 m2 SHON réhabilités ; 26 600 m2 SHON construits.

Cout : 53 M € HT.

Entreprises : ECLM, Rabot Dutilleul, gros-œuvre hors logements ; Norpac, entreprise générale pour les logements.

Ecole des hautes étudfes commerciales, Roubaix Zig Zag Architecture Ecole des hautes étudfes commerciales, Roubaix Zig Zag Architecture Ecole des hautes étudfes commerciales, Roubaix Zig Zag Architecture Ecole des hautes étudfes commerciales, Roubaix Zig Zag Architecture Ecole des hautes étudfes commerciales, Roubaix Zig Zag Architecture Ecole des hautes étudfes commerciales, Roubaix Zig Zag Architecture Ecole des hautes étudfes commerciales, Roubaix Zig Zag Architecture Ecole des hautes étudfes commerciales, Roubaix Zig Zag Architecture
PHOTO - cva_confluence_vue_interieure_1.jpg

39 Logements, Lyon Confluence Clément Vergély

Inséré dans le nouveau quartier Lyon Confluence dont la première phase vient d’être livrée, cet ensemble de logements exprime une certaine singularité au regard des six cents autres répartis sur trois îlots, tous redevables d’un […]

PHOTO - 12_cpmb.jpg

Centre Pompidou-Metz Shigeru Ban et Jean de Gastines

Equipement culturel ambitieux, le Centre Pompidou-Metz, inauguré en mai dernier, a misé sur un projet architectural d’envergure pour asseoir sa notoriété. Fort d’une fréquentation exceptionnelle en cette année d’ouverture, le […]

PHOTO - 100922_ML_0017_LAMOKQ.jpg

Musée d'art moderne, Villeneuve d'Asq Manuelle Gautrand

Rebaptisé LaM, ce musée est le résultat d’un travail d’addition, tant programmatique qu’architectural. Il laisse à chacune des deux parties qui le composent une identité propre, sans souffrir des aléas d’un collage surréaliste. Au […]

PHOTO - 1006-RueNord370.jpg

Logements et ateliers d'artictes, Paris Charles-Henri Tachon

Cette opération parisienne de logements, ateliers d’artistes et commerce est caractérisée par une approche individualisée des espaces extérieurs et des typologies. Si la façade principale absorbe les irrégularités et fait masse au […]

PHOTO - Com_TANK_Colle¦Çge_AMC_12102010-0196.jpg

Collège Claude Levi-Strauss, Lille Tank Architectes

Cet établissement scolaire a été l’occasion de restructurer un îlot d’un quartier nord de Lille. Les architectes ont soigneusement implanté les masses pour constituer un « collège urbain » avec sa cour centrale protégée. Ils ont […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital