Entretien avec Alvaro Siza: "A New-York, les tours semblent pousser naturellement, comme des plantes vivaces"

Zoom sur l'image Entretien avec Alvaro Siza: A New-York, les tours semblent pousser naturellement, comme des plantes vivaces
Álvaro Siza Vieira, Grand prix d’architecture de l’Académie des Beaux-arts

Articles Liés

Alvaro Siza, distingué par l'Académie des beaux-arts

Dans les archives d'AMC: 1978, rencontre avec Alvaro Siza

Accueilli le 6 octobre 2019 à Paris sous la coupole de l’Académie des beaux-arts pour en recevoir le grand prix d’architecture, Alvaro Siza achève une tour de logements à Manhattan, la deuxième après celle qu’il a réalisé en 2010 à ­Rotterdam. Sans être spécialiste de ce type de bâtiment, l’archi­tecte portugais nous parle, dans un entretien exclusif publié dans AMC n°284-février 2020, de son rapport aux immeubles de grande hauteur, à la ville de New York et, plus largement, de l’influence du contexte social et humain sur les formes architecturales. Extraits.

Propos recueillis par Dominique Machabert

 

AMC: Aviez-vous imaginé construire un jour à Manhattan ?
Alvaro Siza: Jamais. J’avais une idée «mythique» de New York, et surtout de cette génération d’architectes qui a construit Manhattan dans les années 1930. Il y a aussi Chicago, bien sûr, et le célèbre projet de tour d’Adolf Loos pour le Chicago Tribune, qui date de 1922: une colonne ­classique couronnée par un chapiteau avec des trous, des fenêtres. Un projet très intense, où l’esprit moderne le plus affranchi croise le classique. Un projet qui permet de comprendre le besoin d’histoire chez les Américains de ce temps-là –presque tous immigrants venus d’Europe– et la rencontre, pour les Européens, avec la modernité la plus vive, la plus créative.


Quand avez-vous découvert New York pour la première fois ?
C’était au milieu des années 1970, en tout cas après le 25 avril 1974 [jour du coup d’Etat militaire mettant fin à la dictature de Salazar, ndlr]. Cette date reste pour moi une référence pour m’aider à situer certains moments de ma vie. Un couple d’amis m’avait proposé de les rejoindre pour un voyage organisé, pas très cher. Sur place, j’ai seulement pensé à contacter le directeur de la maison du Portugal, située sur la 5e avenue, qui était d’ailleurs architecte de formation.


Comment cette première rencontre avec New York s’est-elle ­passée ?
Elle s’est passée comme dans un rêve. Aussi étrange que cela puisse paraître, chaque fois que j’arrive à New York j’ai la même première impression. C’est également le cas à Venise. Ces deux villes provoquent chez moi un grand émerveillement. C’est moins affaire de découverte que d’atmosphère, je pense. Il y a bien d’autres villes que j’adore, comme Naples, Paris, Londres ou Helsinki. Mais cette ­sensation première, je ne la ressens qu’à New York et Venise.

 

Comment expliquez-vous cela ?
Je ne saurais pas le dire. Mais ce n’est pas lié à un sujet particulier qui m’aurait touché. C’est d’autre chose dont il s’agit. Au cours de l’un de mes premiers séjours, je me souviens avoir parcouru dans un sens, puis dans l’autre, l’une de ces longues avenues, peut-être était-ce la 6e. Le matin, j’étais parti à pied dans un sens et n’avais porté mon attention qu’au sommet des tours. Le soir, retournant sur mes pas, je me suis concentré sur les parties basses, les rez-de-chaussée. Car à l’impression première –dont je ne saurais dire à quoi elle tient, l’atmosphère, le mouvement, les gens, etc.– s’ajoute ce que les détails nous disent. Bouches à incendie, poignées de porte, voitures: tout était à une autre échelle. Le besoin d’étudier et d’analyser s’est dès lors très vite imposé.

 

Votre première tour, celle de logements, construite à Rotterdam en 2010, est plus haute que celle de New York !
En effet, la tour de New York compte 38 étages, soit 120 m; celle de Rotterdam, 45 étages, soit 160 m environ. Pour Manhattan, c’est une petite tour. Mais le terrain est étroit. Ce qui s’avère une chance car la proportion sera très élégante. A Rotterdam, quand je faisais mes premières esquisses, j’avais New York en tête, en particulier certains bâtiments, comme les tours jumelles de l’Eldorado [1931, Emery Roth arch.], qui donnent sur Central Park. Il s’agissait aussi de faire deux tours initialement...
 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Réfectoire de l’école maternelle de l’école de plein air de Pantin Photographie

Redécouvrir des écoles visionnaires au musée […]

10/07/2020

300 Le musée d'histoire urbaine et sociale de Suresnes retrace, sur plus d'un siècle, les liens entre pédagogie et espace bâti, s'appuyant sur le patrimoine scolaire d'exception de la ville, dont l'école de plein air d'Eugène Beaudouin et Marcel Lods. Entre la loi Guizot de 1833 et le début de la […]

Une flèche pour Notre-Dame de Paris?

Notre-Dame de Paris: un incendie fécond pour l'île […]

10/07/2020

300 Alors que la décision de reconstruire à l'identique la flèche de Notre-Dame de Paris est finalement prise, et que l'opportunité d'organiser un concours pour l'aménagement des abords du monument est en discussion, AMC revient sur les conséquences de l'incendie qui ravagea, le 15 avril 2019, la […]

Sophie Bertrand architecte, bâtiment agricole pour polyculture à Vidaillat (Creuse)

Un hangar agricole polymorphe par Sophie Bertrand

09/07/2020

300 En Creuse, dans La Forêt Belleville à Vidaillat, l’architecte Sophie Bertrand a construit un bâtiment aussi polymorphe que fonctionnel. Par la mixité de ses usages et par la mise en valeur d’un savoir-faire local, il révèle l’intérêt de faire appel à un architecte pour un programme sous-estimé […]

Atelier Sophie Bertrand Architectures

Atelier Sophie Bertrand - Portrait

09/07/2020

300 L'architecte Sophie Bertrand est diplômée en 2001 de l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Clermont-Ferrand. Elle a travaillé huit ans au sein de l'agence Fabre et Speller avant de fonder sa propre structure en 2010 à Eymoutiers, dans le Limousin. Installée en Limousin à Eymoutiers, Sophie […]

Roselyne Bachelot, nouvelle ministre de la Culture et de la Communication

Roselyne Bachelot, nouvelle ministre des […]

08/07/2020

300 La femme politique et chroniqueuse médiatique Roselyne Bachelot succède à Franck Riester à la tête du ministère de la Culture et de la Communication. Elle s'installe rue de Valois au moment où le monde de la Culture, dont les architectes, subit durement le contrecoup de la crise sanitaire. Mis à mal […]

Lettre ouverte des enseignants contractuels et vacataires des écoles d'architecture

Lettre ouverte: quand l'Etat entretient la […]

08/07/2020

300 Quelques heures seulement après sa nomination, la nouvelle ministre de la Culture Roselyne Bachelot a pu découvrir une lettre ouverte signée des enseignants des écoles d'architecture et dénonçant la précarité de leurs confrères contractuels et vacataires. Une action lancée le 4 mars 2020, qui […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital