Entretien avec Alvaro Siza: "A New-York, les tours semblent pousser naturellement, comme des plantes vivaces"

Zoom sur l'image Entretien avec Alvaro Siza: A New-York, les tours semblent pousser naturellement, comme des plantes vivaces
Álvaro Siza Vieira, Grand prix d’architecture de l’Académie des Beaux-arts

Articles Liés

Alvaro Siza, distingué par l'Académie des beaux-arts

Dans les archives d'AMC: 1978, rencontre avec Alvaro Siza

Accueilli le 6 octobre 2019 à Paris sous la coupole de l’Académie des beaux-arts pour en recevoir le grand prix d’architecture, Alvaro Siza achève une tour de logements à Manhattan, la deuxième après celle qu’il a réalisé en 2010 à ­Rotterdam. Sans être spécialiste de ce type de bâtiment, l’archi­tecte portugais nous parle, dans un entretien exclusif publié dans AMC n°284-février 2020, de son rapport aux immeubles de grande hauteur, à la ville de New York et, plus largement, de l’influence du contexte social et humain sur les formes architecturales. Extraits.

Propos recueillis par Dominique Machabert

 

AMC: Aviez-vous imaginé construire un jour à Manhattan ?
Alvaro Siza: Jamais. J’avais une idée «mythique» de New York, et surtout de cette génération d’architectes qui a construit Manhattan dans les années 1930. Il y a aussi Chicago, bien sûr, et le célèbre projet de tour d’Adolf Loos pour le Chicago Tribune, qui date de 1922: une colonne ­classique couronnée par un chapiteau avec des trous, des fenêtres. Un projet très intense, où l’esprit moderne le plus affranchi croise le classique. Un projet qui permet de comprendre le besoin d’histoire chez les Américains de ce temps-là –presque tous immigrants venus d’Europe– et la rencontre, pour les Européens, avec la modernité la plus vive, la plus créative.


Quand avez-vous découvert New York pour la première fois ?
C’était au milieu des années 1970, en tout cas après le 25 avril 1974 [jour du coup d’Etat militaire mettant fin à la dictature de Salazar, ndlr]. Cette date reste pour moi une référence pour m’aider à situer certains moments de ma vie. Un couple d’amis m’avait proposé de les rejoindre pour un voyage organisé, pas très cher. Sur place, j’ai seulement pensé à contacter le directeur de la maison du Portugal, située sur la 5e avenue, qui était d’ailleurs architecte de formation.


Comment cette première rencontre avec New York s’est-elle ­passée ?
Elle s’est passée comme dans un rêve. Aussi étrange que cela puisse paraître, chaque fois que j’arrive à New York j’ai la même première impression. C’est également le cas à Venise. Ces deux villes provoquent chez moi un grand émerveillement. C’est moins affaire de découverte que d’atmosphère, je pense. Il y a bien d’autres villes que j’adore, comme Naples, Paris, Londres ou Helsinki. Mais cette ­sensation première, je ne la ressens qu’à New York et Venise.

 

Comment expliquez-vous cela ?
Je ne saurais pas le dire. Mais ce n’est pas lié à un sujet particulier qui m’aurait touché. C’est d’autre chose dont il s’agit. Au cours de l’un de mes premiers séjours, je me souviens avoir parcouru dans un sens, puis dans l’autre, l’une de ces longues avenues, peut-être était-ce la 6e. Le matin, j’étais parti à pied dans un sens et n’avais porté mon attention qu’au sommet des tours. Le soir, retournant sur mes pas, je me suis concentré sur les parties basses, les rez-de-chaussée. Car à l’impression première –dont je ne saurais dire à quoi elle tient, l’atmosphère, le mouvement, les gens, etc.– s’ajoute ce que les détails nous disent. Bouches à incendie, poignées de porte, voitures: tout était à une autre échelle. Le besoin d’étudier et d’analyser s’est dès lors très vite imposé.

 

Votre première tour, celle de logements, construite à Rotterdam en 2010, est plus haute que celle de New York !
En effet, la tour de New York compte 38 étages, soit 120 m; celle de Rotterdam, 45 étages, soit 160 m environ. Pour Manhattan, c’est une petite tour. Mais le terrain est étroit. Ce qui s’avère une chance car la proportion sera très élégante. A Rotterdam, quand je faisais mes premières esquisses, j’avais New York en tête, en particulier certains bâtiments, comme les tours jumelles de l’Eldorado [1931, Emery Roth arch.], qui donnent sur Central Park. Il s’agissait aussi de faire deux tours initialement...
 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

PHOTO - 11837_727061_k3_k1_1730340.jpg

Dossier détails : bardages bois

07/10/2022

300 En France, pays de maçons, le bois a longtemps souffert d'une image négative, celle d'un matériau pauvre et périssable. Avec la généralisation des systèmes d'isolation par l'extérieur, la recherche de nouveaux matériaux d'enveloppe et la volonté d'employer des matières dites « naturelles », les […]

PHOTO - 11837_727079_k5_k1_1730409.jpg

DOUGLAS BRÛLÉ NOIR ET CRAQUELÉ

15/03/2018

300 Au nord de La Haye, Wassenaar est une banlieue résidentielle protégée des eaux de la mer du Nord par un massif dunaire recouvert d'une forêt de pins. Cette villa de week-ends vient s'ancrer sur une pente orientée vers les terres et le polder. Elle s'encastre dans les ondulations du terrain, faisant […]

PHOTO - 30472_1782074_k3_k1_4104284.jpg

Le renouveau des infrastructures ferroviaires : […]

05/10/2022

300 Menée par Base et Demain, la reconversion en passerelle piétonne de l'ancien pont ferroviaire de Moulins s'inscrit dans le projet plus vaste d'aménagement des rives de l'Allier. Elle donne des perspectives d'usage aux nombreux ouvrages de ce type aujourd'hui à l'abandon en France. Construit entre […]

Pesmes. Art de construire & engagement territorial, livre et conférence au Pavillon de l'Arsenal, à Paris

Ancrer l'architecture : Emeline Curien, Bernard […]

03/10/2022

300 Pour accompagner la sortie du livre Pesmes. Art de contruire et engagement territorial (Building Books, 2022), revenant sur les enseignements du séminaire organisé par l’association Avenir Radieux (dirigée par l'architecte Bernard Quirot) depuis 2015, une table-ronde réunira l'enseignante-chercheure […]

Pavillon d’architecture

L'inifinie liberté de Sophie Berthelier et […]

04/10/2022

300 A l'occasion de la Biennale d'art et d'architecture du Frac Centre-Val de Loire, les architectes Sophie Berthelier et Véronique Descharrières déploient un pavillon éphémère qui met la rencontre entre les visiteurs, au cœur du dispositif architectural. Toujours au devant des débats culturels, le Frac […]

PHOTO - 30472_1782066_k2_k1_4104248.jpg

Regard de photographe : Aurore Bagarry, aux […]

03/10/2022

300 Représenter l'eau, élément difficile à figer à travers une image, constitue une sorte de défi photographique. Avec le réchauffement climatique, l'accès à l'eau est par ailleurs devenu un enjeu politique de premier plan. Exposée cet été à la biennale d'architecture de Versailles et visible aux […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital