Entretien avec Alvaro Siza: "A New-York, les tours semblent pousser naturellement, comme des plantes vivaces"

Zoom sur l'image Entretien avec Alvaro Siza: A New-York, les tours semblent pousser naturellement, comme des plantes vivaces
Álvaro Siza Vieira, Grand prix d’architecture de l’Académie des Beaux-arts

Articles Liés

Alvaro Siza, distingué par l'Académie des beaux-arts

Dans les archives d'AMC: 1978, rencontre avec Alvaro Siza

Accueilli le 6 octobre 2019 à Paris sous la coupole de l’Académie des beaux-arts pour en recevoir le grand prix d’architecture, Alvaro Siza achève une tour de logements à Manhattan, la deuxième après celle qu’il a réalisé en 2010 à ­Rotterdam. Sans être spécialiste de ce type de bâtiment, l’archi­tecte portugais nous parle, dans un entretien exclusif publié dans AMC n°284-février 2020, de son rapport aux immeubles de grande hauteur, à la ville de New York et, plus largement, de l’influence du contexte social et humain sur les formes architecturales. Extraits.

Propos recueillis par Dominique Machabert

 

AMC: Aviez-vous imaginé construire un jour à Manhattan ?
Alvaro Siza: Jamais. J’avais une idée «mythique» de New York, et surtout de cette génération d’architectes qui a construit Manhattan dans les années 1930. Il y a aussi Chicago, bien sûr, et le célèbre projet de tour d’Adolf Loos pour le Chicago Tribune, qui date de 1922: une colonne ­classique couronnée par un chapiteau avec des trous, des fenêtres. Un projet très intense, où l’esprit moderne le plus affranchi croise le classique. Un projet qui permet de comprendre le besoin d’histoire chez les Américains de ce temps-là –presque tous immigrants venus d’Europe– et la rencontre, pour les Européens, avec la modernité la plus vive, la plus créative.


Quand avez-vous découvert New York pour la première fois ?
C’était au milieu des années 1970, en tout cas après le 25 avril 1974 [jour du coup d’Etat militaire mettant fin à la dictature de Salazar, ndlr]. Cette date reste pour moi une référence pour m’aider à situer certains moments de ma vie. Un couple d’amis m’avait proposé de les rejoindre pour un voyage organisé, pas très cher. Sur place, j’ai seulement pensé à contacter le directeur de la maison du Portugal, située sur la 5e avenue, qui était d’ailleurs architecte de formation.


Comment cette première rencontre avec New York s’est-elle ­passée ?
Elle s’est passée comme dans un rêve. Aussi étrange que cela puisse paraître, chaque fois que j’arrive à New York j’ai la même première impression. C’est également le cas à Venise. Ces deux villes provoquent chez moi un grand émerveillement. C’est moins affaire de découverte que d’atmosphère, je pense. Il y a bien d’autres villes que j’adore, comme Naples, Paris, Londres ou Helsinki. Mais cette ­sensation première, je ne la ressens qu’à New York et Venise.

 

Comment expliquez-vous cela ?
Je ne saurais pas le dire. Mais ce n’est pas lié à un sujet particulier qui m’aurait touché. C’est d’autre chose dont il s’agit. Au cours de l’un de mes premiers séjours, je me souviens avoir parcouru dans un sens, puis dans l’autre, l’une de ces longues avenues, peut-être était-ce la 6e. Le matin, j’étais parti à pied dans un sens et n’avais porté mon attention qu’au sommet des tours. Le soir, retournant sur mes pas, je me suis concentré sur les parties basses, les rez-de-chaussée. Car à l’impression première –dont je ne saurais dire à quoi elle tient, l’atmosphère, le mouvement, les gens, etc.– s’ajoute ce que les détails nous disent. Bouches à incendie, poignées de porte, voitures: tout était à une autre échelle. Le besoin d’étudier et d’analyser s’est dès lors très vite imposé.

 

Votre première tour, celle de logements, construite à Rotterdam en 2010, est plus haute que celle de New York !
En effet, la tour de New York compte 38 étages, soit 120 m; celle de Rotterdam, 45 étages, soit 160 m environ. Pour Manhattan, c’est une petite tour. Mais le terrain est étroit. Ce qui s’avère une chance car la proportion sera très élégante. A Rotterdam, quand je faisais mes premières esquisses, j’avais New York en tête, en particulier certains bâtiments, comme les tours jumelles de l’Eldorado [1931, Emery Roth arch.], qui donnent sur Central Park. Il s’agissait aussi de faire deux tours initialement...
 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Vue de la salle à manger de la Villa Majorelle

A Nancy, la Villa Majorelle rouvre ses portes

28/02/2020

Maison-manifeste de l’Art nouveau, la Villa Majorelle a rouvert ses portes au public après plusieurs mois de travaux. Réalisée par l’architecte Henri Sauvage en 1901-1902 pour l’artiste Louis Majorelle, elle témoigne, tant dans son architecture […]

« Je ne suis pas une femme architecte, je suis architecte ». Jane Hall.

Hommage au féminin - Livre

28/02/2020

"Je ne suis pas une femme architecte, je suis architecte." Le titre de cet ouvrage qui rend hommage aux professionnelles de la discipline parle pour lui-même.  « Diriez-vous de moi que je suis une diva, si j'étais un homme? », avait lancé Zaha […]

Les écoles d'architecture en colère, écrivent au Premier ministre

24/02/2020

"Un étudiant en architecture a-t'il moins de valeur qu’un jeune artiste, qu’un jeune musicien ou qu’un circassien?". La mobilisation des écoles nationales supérieures d'architecture de France (Ensa) se poursuit. Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre Edouard Philippe, les présidents des conseils […]

Manifeste clinique, projet mentionné Europan 15 sur le site de Marseille, table des orientations

Europan 15: Manifeste clinique, projet mentionné à […]

27/02/2020

Concours d’idées biennal ouvert aux architectes, paysagistes et urbanistes européens âgés de moins de 40 ans, Europan a dévoilé sa 15e cuvée, lancée sur le thème “La ville productive”. C'est la seconde édition […]

Architectures brutalistes, paris et environs, 100 bâtiments remarquables, Simon Texier. Photographies de Samuel Picas

Un brutalisme francilien - Livre

27/02/2020

Plus que tendance, le brutalisme fait débat, par-delà les divergences qui ont, en leur temps, opposé le légendaire couple d'architectes britanniques Alison et Peter Smithson et le critique Reyner Banham qui théorisera ce mouvement. Apparu dans les années […]

Urbanisme agricole, projet lauréat d'Europan 15 sur le site Pays de Dreux

Europan 15: Urbanisme agricole, projet lauréat au […]

26/02/2020

Concours d’idées biennal ouvert aux architectes, paysagistes et urbanistes européens âgés de moins de 40 ans, Europan a dévoilé sa 15e cuvée, lancée sur le thème “La ville […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus