DOSSIER

ÉQUERRE D'ARGENT 2011 / NOMMÉ - CHAIX ET MOREL - SIÈGE DE LA BANQUE POSTALE

Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2011 / NOMMÉ - CHAIX ET MOREL - SIÈGE DE LA BANQUE POSTALE
© Christian Richters - Siège de la Banque postale, Chaix et Morel, Paris, nommé à l"Equerre d'argent 2011 : vue d'ensemble de l'îlot

L’îlot est restructuré en profondeur pour relier les bâtiments de différentes époques.

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2011 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

PREMIÈRE ŒUVRE 2011 / LAURÉAT - VANESSA LARRÈRE - BUREAUX

ÉQUERRE D'ARGENT 2011 / LAURÉAT - DRUOT ET LACATON & VASSAL - RÉHABILITATION DE LA TOUR[...]

La Banque postale installe son siège rue de Sèvres à Paris, sur les lieux où est né au xixe siècle son ancêtre, la Caisse nationale d’épargne. Un îlot urbain hétéroclite, restructuré par Chaix et Morel, dont le bâtiment emblématique bénéficie d’une nouvelle enveloppe de verre sérigraphié.

C’est un îlot urbain formé à partir du xviiie siècle que Chaix et Morel ont restructuré dans sa quasi-totalité pour installer le nouveau siège de la Banque postale. La rue de Sèvres affiche une belle hétérogénéité en alignant des hôtels particuliers, des immeubles de la fin du xixe, des bâtiments des années 1930 ou des années 1970. Propriété de l’État depuis 1886, l’îlot reflète aujourd’hui cette singularité composite : on y trouve l’hôtel de Choiseul-Praslin, en pierre de taille, dont la construction remonte à 1732, les bâtiments en briques édifiés pour la Caisse nationale d’épargne à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, leur extension construite dans les années 1950 et, en façade rue de Sèvres, le bâtiment des années 1970 qui bénéficie d’une nouvelle enveloppe de verre.

L’ensemble était mal relié, sans unité, ni continuité aucune, avec des espaces intérieurs obstrués par divers ajouts, dus notamment à l’activité de centre de tri postal pour le 6e arrondissement. L’un des enjeux consistait à conserver cette fonction de tri postal ainsi que le bureau de poste existant, tout en accueillant la salle des marchés et les bureaux de direction de la banque.

Dès lors, la restructuration de l’îlot s’imposait. Seul un bâtiment des années 1970 a été démoli pour ouvrir largement le cœur d’îlot et y créer un jardin. Mais le bâtiment aligné sur la rue de Sèvres, de la même époque, a fait l’objet d’une transformation lourde : si son gabarit général, les planchers et des éléments de structure ont été conservés, ses façades en béton ont été remplacées par une double peau de verre. « Nous avons choisi de poursuivre la longue histoire de ce lieu en créant une architecture qui soit résolument du xxie siècle, tout en mettant en valeur l’architecture de chacune des époques passées qui se sont succédé ici », raconte Philippe Chaix.

Ce nouvel édifice bien en vue rue de Sèvres fonctionne comme l’image de marque de la Banque postale. Ses façades en verre, lisses et continues, verticales du rez-de-chaussée au R 3, puis légèrement inclinées du R 3 à la toiture-terrasse en R 6, affirment la modernité de l’institution. L’unité d’aspect renforce le côté objet posé, totalement assumé, en rupture avec la minéralité de la rue. Cette façade en verre est composée d’une paroi externe rythmée par des bandes verticales sérigraphiées qui confère un aspect « givré » au bâtiment tout en contribuant à donner une meilleure intériorité aux espaces de bureaux. À l’arrière, la seconde peau est constituée d’un double vitrage protégé d’un store à lames continues. L’épaisseur de l’ensemble du dispositif de façade, qui atteint 36 cm, permet de donner une assise au bâtiment.

La double peau de verre est d’ailleurs réutilisée pour la surélévation d’un immeuble en brique situé en cœur d’îlot, qui accueille au dernier étage les bureaux de direction agrémentés de terrasses.

À cette hauteur, le regard porte au-dessus des bâtiments voisins, vers les Invalides et la tour Eiffel. Il porte aussi vers le jardin installé en rez-de-chaussée, sur la dalle qui couvre le centre de tri et l’auditorium. Le jardin est fermé à l’ouest par l’extension des années 1950 dont les façades ont été simplement nettoyées. Une grande partie du projet est ainsi invisible, consistant à mettre aux normes l’ensemble des bâtiments et à rendre plus fluides les circulations par l’installation notamment de plans inclinés ou le dégagement de galeries obstruées. Un travail peu spectaculaire mais qui permet d’instaurer une unité dans un ensemble immobilier qui reste marqué par son hétérogénéité architecturale.

 

Visitez le site des architectes : www.chaixetmorel.com

 

 

 


Siège de la Banque postale, Chaix et Morel, Paris, nommé à l"Equerre d'argent 2011 : vue du bâtiment sur la rue de Sèvres
Le bâtiment sur la rue de Sèvres a reçu une nouvelle façade en double peau de verre sérigraphié.

 


Siège de la Banque postale, Chaix et Morel, Paris, nommé à l"Equerre d'argent 2011 : vue intérieure

 

 Banque postale, Chaix et Morel, Paris, nommé à l"Equerre d'argent 2011 : coupe longitudinale sur l'îlot

 

 Banque postale, Chaix et Morel, Paris, nommé à l"Equerre d'argent 2011 : plan du R+3

 

 Banque postale, Chaix et Morel, Paris, nommé à l"Equerre d'argent 2011 : plan du rez-de-chaussée haut

 

  • Lieu : Paris 6e
  • Maîtrise d’ouvrage : Poste Immo/SCI Tertiaire Saint-Romain ; Bouygues Immobilier, promoteur
  • Maîtrise d'oeuvre : Atelier Chaix & Morel et associés (Philippe Chaix, Jean-Paul Morel, Rémy van Nieuwenhove, Benoît Sigros, architectes associés) ; SLH Ile-de-France, maîtrise d’œuvre d’exécution
  • Surface : 23 000 m2
  • Coût : 78 M€ HT

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus