DOSSIER

ÉQUERRE D'ARGENT 2012 / NOMMÉ - BRENAC & GONZALEZ - ÉCOLE POLYVALENTE

Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2012 / NOMMÉ - BRENAC & GONZALEZ - ÉCOLE POLYVALENTE
© Sergio Grazia - École polyvalente Claude Bernard, Brenac & Gonzalez, Paris 19e, nommé à l'Equerre d’argent 2012 : vue d’ensemble

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2012 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

ÉQUERRE D'ARGENT 2012 / LAURÉAT - CAB ARCHITECTES - PÔLE PETITE ENFANCE

ÉQUERRE D'ARGENT 2012 / MENTION - DIETMAR FEICHTINGER - GROUPE SCOLAIRE

Au nord-est de Paris, l’agence Brenac & Gonzalez livre une école de douze classes pour équiper la ZAC Claude Bernard. Entre le bourdonnement du périphérique et le calme du canal Saint-Denis, caché derrière son enceinte opaline, l’édifice offre aux enfants un univers ludique affirmé.

Territoire historiquement dévolu à la logistique urbaine du nord-est parisien, la parcelle de l’ancien hôpital Claude Bernard – détruit dans les années 1990 – connaît une mutation colossale. Transformé en ZAC en 2005, ce délaissé de 14,6 ha, bande enserrée entre le périphérique, le boulevard Mac Donald et le canal Saint-Denis, est devenu en moins de dix ans un quartier de ville dense et mixte, desservi par le tramway en décembre 2012 et bientôt par une nouvelle gare RER (2015). Sous la direction de François Leclercq, architecte-coordinateur de la zone, 300 logements sont sortis de terre, protégés des nuisances sonores de la voie rapide par une barrière de 41 000 m2 de bureaux. En plus des locaux commerciaux prévus en pied d’immeubles, l’école polyvalente (cinq classes de maternelle, sept de primaires) réalisée par Olivier Brenac et Xavier Gonzalez complète la programmation de la ZAC pour anticiper les besoins des futurs habitants de cette nouvelle centralité du 19e arrondissement.

La peau sérigraphiée agit comme un filtre

 

L’équipement public s’installe dans la parcelle trapézoïdale formant la limite est de la ZAC, le long des berges du canal. Posé sur un socle de béton clair intégrant une halte-garderie et des locaux associatifs pour absorber la différence de niveau entre levquai et le boulevard Mac Donald, un ruban de verre opalin enveloppe les trois niveaux de l’école. Au nord, il rejoint dans une juste association – malgré une esthétique autrement affirmée – la façade colorée de l’immeuble de bureaux signé Sauerbruch et Hutton qui doit protéger l’équipement du bourdonnement du périphérique. Gommant presque toute composition de façade qui révélerait l’organisation interne de l’école, la peau sérigraphiée de motifs circulaires agit comme un filtre préservant un peu plus les élèves des nuisances extérieures. Mais, contrairement à l’effet forteresse induit depuis le trottoir, elle se révèle perméable depuis l’intérieur. À travers ses milliers de hublots transparents, les enfants profitent au calme de la vue sur l’eau à l’abri de ce contexte urbain agité.

À la blancheur de l’enveloppe s’opposent ce que les architectes nomment « les saveurs chromatiques des espaces intérieurs ». Un univers ultracoloré assumé, finalement adapté à ce programme où le psychédélisme peut être le support de développement de l’imaginaire enfantin. Dans le hall, d’abord, les élèves sont accueillis par un escalier monumental, sorte de couloir d’astronaute vert pomme traversant le vide sur trois niveaux et sous lequel la vue file jusqu’au cœur de l’îlot et de la cour de récréation. Là, un bâtiment-pont abrite les salles de classes. Soutenu par trois voiles en drapeau pris dans les bobines contenant les sanitaires extérieurs, il dégage le sol pour créer un large préau avec vue sur le canal. Dans cette aile surélevée, les classes se superposent en plans inversés : au premier étage, les salles de maternelle se tournent vers le canal. Au second, celles de primaire s’ouvrent sur la cour de récréation. Dans les circulations comme dans le hall, c’est le graphisme organique qui anime l’architecture. Des ondulations polychromes envahissent sols, murs et plafonds en accentuant les dilatations créées par la disposition en épi des salles de classe. Et l’abondance de matérialité (verre, plexiglas, sols coulés, stratifiés…) pour multiplier les reflets et les transparences invite à l’exploration progressive d’un espace aux surprises inépuisables. Partout – l’inversement des plans d’étage y contribue – c’est le mouvement qui est mis en scène. Celui des élèves au cours des années et des niveaux d’enseignement autant que celui du soleil sur la façade dessinant, au sol des espaces intérieurs, un motif à pois évolutif. C’est d’ailleurs vue de l’intérieur que la peau révèle finalement ses liaisons intimes avec la composition du bâtiment. À la fois mur-rideau en double vitrage sérigraphié posé sur la structure métallique du hall, simple vitrage en bardage sur les façades en béton opaque ou ouvrant dans les couloirs des maternelles et brise-soleil en simple vitrage devant les balcons des salles de classe, la peau décline ses formes à tout prix pour s’adapter et protéger l’univers onirique proposé aux enfants.

 

Visitez le site des architectes : www.brenac-gonzalez.fr

 

 

École polyvalente Claude-Bernard, Brenac & Gonzalez, Paris 19e, nommé à l'Equerre d’argent 2012 : peau sérigraphiée de la façade

 

École polyvalente Claude-Bernard, Brenac & Gonzalez, Paris 19e, nommé à l'Equerre d’argent 2012 : escalier du hall d'entrée
L’étonnant dessin de l’escalier du hall d’entrée est issu du détournement des réglementations imposant des hauteurs de garde-corps particulières et une protection de la sous-face des marches.

 

École polyvalente Claude-Bernard, Brenac & Gonzalez, Paris 19e, nommé à l'Equerre d’argent 2012 : couloir desservant les classes primaires
Le couloir desservant les classes primaires avec vue sur le canal Saint-Denis.

 

École polyvalente Claude Bernard, Brenac & Gonzalez, Paris 19e, nommé à l'Equerre d’argent 2012 : plan masse

 

 

 

École polyvalente Claude-Bernard, Brenac & Gonzalez, Paris 19e, nommé à l'Equerre d’argent 2012 : plan du rez-de-quai

 

École polyvalente Claude-Bernard, Brenac & Gonzalez, Paris 19e, nommé Equerre d’argent 2012 : plan du RDC

 

École polyvalente Claude Bernard, Brenac & Gonzalez, Paris 19e, nommé à l'Equerre d’argent 2012 : plan du R+1

 

École polyvalente Claude Bernard, Brenac & Gonzalez, Paris 19e, nommé à l'Equerre d’argent 2012 : plan du R+2

  • Lieu : Paris 19e
  • Maîtrise d’ouvrage : direction du patrimoine et de l’architecture, Ville de Paris
  • Maîtrise d'oeuvre : Atelier d’architecture Brenac & Gonzalez, Jean-Pierre Levêque, Stefan Tuchila, architectes
  • Surface  :4 432 m2 Shon
  • Coût : 11,38 M€ HT

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus