DOSSIER

ÉQUERRE D'ARGENT 2012 / NOMMÉ - PHILIPPE GAZEAU - 76 LOGEMENTS

Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2012 / NOMMÉ - PHILIPPE GAZEAU - 76 LOGEMENTS
© Philippe Ruault - 76 logements, Philippe Gazeau, Saint-Jacques-de-la-Lande, Nommé à l'Equerre d’argent 2012 : vue d'une tour d'habitation

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2012 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

ÉQUERRE D'ARGENT 2012 / LAURÉAT - CAB ARCHITECTES - PÔLE PETITE ENFANCE

ÉQUERRE D'ARGENT 2012 / MENTION - DIETMAR FEICHTINGER - GROUPE SCOLAIRE

Sur la ZAC de la Courrouze, à Saint-Jacques-de-la-Lande près de Rennes, entre voie ferrée et terrain de sport, deux totems colorés se découpent sur l’horizon. Deux tours d’habitation, éléments émergés d’un ensemble plus vaste, composé de 76 appartements au total.

 

 

À la pointe nord-est de cette ancienne friche militaire et industrielle cernée d’un haut mur de schiste rouge, l’architecte parisien Philippe Gazeau s’est glissé en souplesse dans le cahier des charges des urbanistes du secteur, Bernardo Secchi et Paola Viganò (aux côtés du paysagiste Charles Dard). « J’avais envie de diversité typologique et morphologique, organisée autour d’un grand jardin partagé. J’ai joué la carte de la micro-urbanisation, avec de la densité ponctuelle », raconte-t-il. In situ, le dispositif architectural et urbain qu’il livre se compose de deux tours de hauteurs différentes, qui partagent un parking semi-enterré. Elles sont reliées par sa toiture-terrasse formant un parvis commun qui reçoit des maisons mitoyennes. À l’est de la parcelle, accolés au mur d’enceinte, vingt-trois duplex en bande ferment l’opération. « L’ensemble fonctionne comme un tout », explique Philippe Gazeau, et installe une « séquence construite » entre le vaste jardin central et l’espace paysager de l’ancien stade, qui offrent tous deux des vues dégagées aux maisons. Chaque type de bâtiment affiche une morphologie différente selon son implantation, son orientation et sa hauteur, de façon à en tirer le meilleur parti, pour un plus grand confort des logements.

Loggias-terrasses saillantes

Au nord, en lisière du site, la tour la plus haute forme signal sans porter ombre aux autres bâtiments. L’implantation très libre des deux tours permet une optimisation efficace de leur aspect. En plan, les bâtiments s’évasent : les façades nord, étroites et davantage exposées aux nuisances sonores de la voie ferrée s’enveloppent, de même qu’à l’est et à l’ouest, d’un bardage métallique nervuré qui protège l’isolation thermique extérieure. Les façades sud, les plus larges, jouent le contraste maximum. À la fois sculpturales et minérales, elles ouvrent largement les séjours des logements vers le soleil, à travers des loggias-terrasses, des boîtes en saillie. En béton préfabriqué, elles forment de véritables pièces extérieures protégées du vent, du bruit et des intempéries par des murs à mi-hauteur. « Je voulais des tours fuselées qui sortent de l’imagerie standard, sans gratuité ni formalisme », plaide l’architecte. Au pied des tours, six logements s’organisent sous forme de maisons à un étage, groupées trois par trois. Construites en voiles de béton lasuré, elles s’abritent sous une toiture monopente en bac acier vert foncé. Les cuisines, dotées d’une terrasse adjacente, forment saillie à l’ouest. Ouvertes sur le jardin intérieur, ces maisons sont traversantes de manière à ce que ni leur vue ni leur ensoleillement ne soient gênés par les tours qui les flanquent. À l’est de la parcelle, la barrette de logements en bande, réalisée en interface entre la rue et le jardin, contre l’ancien mur en schiste conservé, s’inspire du gabarit d’un programme préexistant au sud. « On a réadapté les vieilles recettes du Mouvement moderne en créant des duplex imbriqués, superposés et traversants, hyperfonctionnels », s’amuse Philippe Gazeau. Au deuxième étage, des volumes à deux pentes, disposés légèrement en retrait du corps principal du bâtiment, donnent un effet de « maisons posées sur un toit ». De même, à l’ouest, au rez-de-chaussée des jardins privatifs, les boîtes colorées des cuisines en saillie confèrent une échelle domestique à l’ensemble.

 

Visitez le site de l'architecte : www.philippegazeau.com

 

 

 


76 logements, Philippe Gazeau, Saint-Jacques-de-la-Lande, Nommé à l'Equerre d’argent 2012 : vue du parking
Les différentes altimétriques du terrain permettent de glisser un parking semi-enterré sous une partie des habitations.

 

76 logements, Philippe Gazeau, Saint-Jacques-de-la-Lande, Nommé à l'Equerre d’argent 2012 : vue intérieure depuis le séjour sur la terrasse-loggia
En façades sud des tours, les logements bénéficient de grandes terrasses-loggias dans le prolongement des séjours.

 

76 logements, Philippe Gazeau, Saint-Jacques-de-la-Lande, nommé à l'Equerre d’argent 2012 : plan du RDC du bâtiment R+2 (duplex imbriqués)

 

76 logements, Philippe Gazeau, Saint-Jacques-de-la-Lande, Nommé à l'Equerre d’argent 2012 : coupe transversale de la tour R+10

 

76 logements, Philippe Gazeau, Saint-Jacques-de-la-Lande, Nommé à l'Equerre d’argent 2012 : plan d'étage de la tour r+10

 

  • Lieu : Saint-Jacques-de-la-Lande, Ille-et-Vilaine
  • Maîtrise d’ouvrage : SNI Grand-Ouest ; Territoires publics, aménageur
  • Maîtrise d'oeuvre : Philippe Gazeau, architecte ; Lorraine Pelé, chef de projet, études et chantier ; Cotec, BET ; CLDP, économiste ; Qualiconsult Sécurité, coordination SPS
  • Surface :  6 400 m2 Shon, 5 300 m2 Shab
  • Coût : 7,3 M€ HT

 

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus