DOSSIER

ÉQUERRE D'ARGENT 2013 / MENTION - ATELIER SERAJI - 74 LOGEMENTS SOCIAUX

Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2013 / MENTION - ATELIER SERAJI - 74 LOGEMENTS SOCIAUX
© Studio Erick Saillet - 74 logements sociaux - résidence Victor-Duruy, Atelier Seraji, Clermont-Ferrand, mention à l'Equerre d’argent 2013 : vue générale

Articles Liés

ÉQUERRE D'ARGENT 2013 / LAURÉAT - SANAA - LE LOUVRE-LENS

PREMIÈRE ŒUVRE 2013 / LAURÉAT - BORIS BOUCHET - CABINETS MÉDICAUX ET COMMERCE

ÉQUERRE D'ARGENT 2013 / NOMINÉ - BRUNET-SAUNIER - CENTRE HOSPITALIER

Deux immeubles de logements sociaux locatifs et en accession tirent habilement parti d'un terrain en pente pour offrir aux habitants des vues sur le paysage et des séquences architecturales variées.

C'est un rempart plutôt sévère, un monolithe anthracite aux reflets rougeoyants, qui s'élève à près de 20 mètres de hauteur : lorsqu'on arrive du centre-ville dans ce faubourg quelque peu déstructuré de la périphérie nord de Clermont-Ferrand, le premier bâtiment a de quoi impressionner, voire intimider. Aligné sur une rue en pente, il est complété par un second bâtiment, son frère jumeau, qui lui, explore le cœur de l'îlot le long d'un espace public traversant. Entre les deux, une faille qui laisse apercevoir la pelouse d'un jardin commun. Ce passage étroit pratiqué entre les deux pignons noirs fait alors découvrir une architecture beaucoup plus avenante : des façades ensoleillées, orientées au sud et à l'ouest, équipées de baies vitrées et de généreux balcons filants en lignes obliques. Une vibration plutôt joyeuse et ludique au-dessus du jardin arboré sur lequel s'ouvrent également des terrasses en rez-de-chaussée et les grands halls d'entrée.

L'opération, 39 logements locatifs sociaux et 35 logements en accession sociale, fait partie d'un plan ambitieux de densification d'une vaste parcelle appartenant au bailleur social local, l'OPHIS (Office public de l'habitat et de l'immobilier social) du Puy-de-Dôme. Il est question notamment de réhabiliter et de transformer l'ancienne école normale d'institutrices existant sur le site, avec un programme de logements, de bureaux et une école maternelle. Cet équipement, imposant par son échelle et son architecture Troisième République qui associe pierre volcanique noire et terre cuite rouge, fait face aux deux nouveaux immeubles. Il a sans nul doute dicté fortement aux architectes le choix du revêtement noir de leurs façades. Celles-ci sont en fait constituées d'un double mur composé de l'épaisseur de la brique (10 cm), d'un isolant (12 cm) et d'un voile béton (18 cm) pour une performance énergétique satisfaisant à la RT 2005 - 20 %, le permis ayant été déposé en 2007. Plus modestement, les façades sud et ouest sur jardin ont été revêtues d'un simple enduit noir, suite à des économies budgétaires.

L'un des points forts du projet est la façon dont il tire habilement parti de la déclivité du site. Ainsi, l'accès aux logements se fait par une suite de séquences qui constituent un véritable parcours architectural. L'entrée du bâtiment de logements sociaux, par exemple, n'est pas située sur la rue : il faut le contourner par un emmarchement qui conduit à la partie haute du terrain, se poursuit par la faille créée entre les deux immeubles qui mène à un grand hall ouvert et traversant, en balcon à la fois sur le jardin et sur la rue. L'accès au bâtiment de logements en accession se fait d'une façon similaire, à partir d'un même hall ouvert sur le jardin, depuis l'espace public traversant l'îlot. La déclivité du terrain a été utilisée également pour placer deux niveaux de parking en partie basse du bâtiment, éclairés et ventilés naturellement par le percement ponctuel de la façade en brique sur la rue.

Possibilités d'usage

La volonté du maître d'ouvrage était de traiter les deux immeubles locatif et en accession avec les mêmes prestations. La plupart des 74 logements - du T1 au T5 - sont traversants ou à double orientation et bénéficient d'une terrasse ou d'un balcon. Les garde-corps sont équipés d'un barreaudage en acier galvanisé dont le dessin de détail varie en fonction de son positionnement en avant d'une façade pleine ou vitrée. Les logements adoptent une grande variété de configurations pour maximiser les possibilités d'usage. Au total, plus de 12 types différents ont été développés, avec notamment plusieurs duplex et un logement mono-orienté mais totalement vitré sur rue. Bien que le projet ait été conçu en 2006, il a bénéficié d'une démarche environnementale assez volontaire : isolation par l'extérieur, menuiseries en aluminium avec double vitrage haute performance, stores extérieurs ou volets roulants en aluminium, toiture végétalisée sur 1 300 m2 et équipée de 70 m2 de panneaux solaires pour la production d'eau chaude.

 

Visitez le site des architectes : www.seraji.net

 

  • Lieu : Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme
  • Maîtrise d'ouvrage : OPHIS du Puy-de-Dôme
  • Maîtrise d'œuvre : Atelier Seraji Architectes et Associés (ASAA), architecte-urbaniste ; Euclid, Bet structure et fluide ; MDETC, économiste
  • Programme : 74 logements sociaux dont 39 en location et 35 en accession
  • Surface : 6 500 m2 Shon
  • Coût : 8,2 M€ HT
 

 

74 logements sociaux - résidence Victor-Duruy, Atelier Seraji, Clermont-Ferrand, mention à l'Equerre d’argent 2013 : hall d'entrée d'un bâtiment

 

74 logements sociaux - résidence Victor-Duruy, Atelier Seraji, Clermont-Ferrand, mention à l'Equerre d’argent 2013 : vue intérieure d'un logement

 

74 logements sociaux - résidence Victor-Duruy, Atelier Seraji, Clermont-Ferrand, mention à l'Equerre d’argent 2013 : vue intérieure d'un logement

 

74 logements sociaux - résidence Victor-Duruy, Atelier Seraji, Clermont-Ferrand, mention à l'Equerre d’argent 2013 : plan du RDC

 

 

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus