DOSSIER

ÉQUERRE D'ARGENT 2013 / NOMINÉ - DU BESSET - LYON - PÔLE CULTUREL

Zoom sur l'image ÉQUERRE D'ARGENT 2013 / NOMINÉ - DU BESSET - LYON - PÔLE CULTUREL
© Philippe Ruault - Pôle culturel des Cordeliers, Du Besset – Lyon, Lons-le-Saunier, nominé à l'Equerre d’argent 2013 : vue d'une façade avec baies hexagonales

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2013 : BÂTIMENTS NOMINÉS À L'ÉQUERRE D'ARGENT

ÉQUERRE D'ARGENT 2013 / LAURÉAT - SANAA - LE LOUVRE-LENS

ÉQUERRE D'ARGENT 2013 / MENTION - BABLED-NOUVET-REYNAUD - 20 LOGEMENTS SOCIAUX

Inséré dans un quartier historique dense, dans une parcelle enclavée de surcroît, le nouvel équipement culturel devait s'affirmer pour être identifié. Monolithe de béton lisse aux lignes à peine courbes, il répond en douceur à son contexte sévère.

Ni couleur tape-à-l'œil ni grand geste, c'est sur une massivité minérale, mais dynamique que se sont appuyés les architectes pour faire exister le projet tel « un bâtiment qui danse » face à l'église et à la prison. Dans un ensemble urbain composé de l'église des Cordeliers avec sa grande toiture d'ardoise, de l'imposant hôtel de Balay et du mur d'enceinte de la maison d'arrêt, le nouveau pôle culturel joue un rôle fédérateur et anime les lieux par ses lignes courbes et ses arêtes vives. Il s'adresse sur la rue par un étroit pignon et s'étend dans la profondeur de la parcelle avec une longue façade qui se creuse pour mieux dilater la place au sud. Sa courbe favorise une liaison naturelle entre la rue, le chevet de l'église et le passage qui la longe.

Objet autonome, calé au nord de la parcelle, le volume de béton combine une géométrie complexe - double cintrage de la façade sud - et une technologie précise avec l'insertion de plus de 200 baies hexagonales au nu de la paroi béton à double courbure. L'altimétrie du bâtiment varie du point haut sur la rue (13,40 m) à un point bas vers la prison (12,30 m). En limite nord, accolé au massif de béton, un volume métallique simple (structure et bardage acier) abrite deux salles de cinéma, composantes du pôle culturel.

Les pignons est et ouest sont courbes en plan, tandis que la façade sud est cintrée à la fois en plan et en coupe. Cette surface concave est réalisée en béton autoplaçant et se développe sur appuis glissants, sans aucun joint de dilatation sur 60 mètres de longueur. D'épaisseur constante (22 cm), les façades sont percées d'un semis de baies hexagonales en VEC à débordement constituées d'un double vitrage blanc feuilleté - et bombé pour la façade sud - dans un cadre métallique. L'absence de dormant est compensée par un joint périphérique de 20 mm. Cette technique de verre affleurant préserve la continuité de la peau et renforce l'expression lisse du monolithe. En face intérieure, l'ébrasement s'amplifie ; habillé d'une tôle d'acier laqué blanc, il diffuse largement la lumière et la proportion plein/vide de la façade semble s'inverser.

Si les façades sont autoporteuses, elles ne sont toutefois pas porteuses et les planchers reposent sur des portiques d'acier insérés dans la géométrie du volume. En face interne des parois béton, est posée une isolation englobant dans son épaisseur les poteaux acier (HEB) de la structure. Elle est habillée d'un parement bois fixé sur ossature bois. La souplesse des lames de peuplier est parfaitement adaptée à la pose sur surface courbe et la teinte blonde du bois contribue à la luminosité du lieu. Les salles de lecture qui occupent deux niveaux (R+1 et R+2 partiel) profitent de toute la longueur du bâtiment et rendent perceptible, grâce à la mezzanine, l'ampleur du volume dans sa totalité. Principalement prévu pour le prêt et la lecture sur place, cet équipement surprend par la rareté de postes informatiques de consultation, au profit d'un linéaire important de rayonnages qui structurent les grands plateaux. Dans la zone réservée aux enfants, un rideau acoustique à lamelles isole le coin du conte pour plus de confort. Ici, les couleurs pastel et le sol souple à motifs graphiques rompent avec l'ambiance des salles de lecture où domine le blanc, uniquement ponctué d'une multitude de Diamond chairs d'Harry Bertoia aux teintes acidulées. Un univers feutré, propice à la lecture qui profite des vues panoramiques sur la sérénité de la retraite urbaine de la place très minérale.

 

Visitez le site des architectes : www.dubesset-lyon.com

 

Façades : Pôle culturel des Cordeliers, Du Besset – Lyon, Lons-le-Saunier, nommé à l'Equerre d’argent 2013 

 

Pôle culturel des Cordeliers, Du Besset – Lyon, Lons-le-Saunier, nommé à l'Equerre d’argent 2013 : vue intérieure

 

Pôle culturel des Cordeliers, Du Besset – Lyon, Lons-le-Saunier, nommé à l'Equerre d’argent 2013 : vue intérieure

 

 

Pôle culturel des Cordeliers, Du Besset – Lyon, Lons-le-Saunier, nommé à l'Equerre d’argent 2013 : vue intérieure

 

 

 

Pôle culturel des Cordeliers, Du Besset – Lyon, Lons-le-Saunier, nommé à l'Equerre d’argent 2013 : coupe transversale

 

Pôle culturel des Cordeliers, Du Besset – Lyon, Lons-le-Saunier, nominé à l'Equerre d’argent 2013 : coupe longitudinale

 

 

Pôle culturel des Cordeliers, Du Besset – Lyon, Lons-le-Saunier, nominé à l'Equerre d’argent 2013 : plan du RDC

  • Lieu : Lons-le-Saunier, Jura
  • Maîtrise d’ouvrage : Du Besset - Lyon, architectes. Kephren Ingénierie, BET structure, Espace Temps, BET fluides ; Jean-Claude Drauart, économiste ; Beurret-Ratel, architectes exécution ; ATPI, BET vrd ; VAS, BET façades ; Jean-Paul Lamoureux, acousticien ; agence Franck Boutté, consultant HQE ; 8'18'', éclairagiste
  • Maîtrise d'œuvre : espace communautaire Lons Agglomération
  • Programme : bibliothèque, médiathèque, deux salles de cinéma
  • Surface : 3 500 m² Shon
  • Coût : 7,66 M€ HT (bâtiment) ; 700 000 € HT (mobilier) ; 723 591 € HT (aménagements extérieurs)

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus