Eva samuel, architecte urbaniste « il faut débattre des enjeux du projet avec les riverains, les élus, les administrations »

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
Zoom sur l'image Eva samuel, architecte urbaniste « il faut débattre des enjeux du projet avec les riverains, les élus, les administrations »
PHOTO - _11-0417-photo EVA_NQ.jpg

Aménager le quartier Fréquel-Fontarabie à Paris a constitué une expérience fructueuse, assez facile dans son déroulé, différente de celle d’une ZAC et plus vivante. C’est en effet dans le processus de fabrication que s’est logée l’innovation qui a accompagné la conception formelle du quartier. Au cours d’échanges réguliers, un consensus partagé sur les objectifs urbains s’est construit, avec la forte implication des élus, des administrations, des riverains et des représentants d’associations. Pour trouver ce qui vaut partage, il faut débattre de ces enjeux avec le public, sachant et non sachant, dès le début. Le travail de l’urbaniste consiste à proposer des pistes de façon spatialisée, à les expliquer et à traduire les attentes des partenaires. Une façon de faire qui permet à chacun de s’en saisir, pour sortir des a priori et des recettes banalisées.

Il est nécessaire aujourd’hui d’accepter que la ville à faire soit une œuvre culturelle, un récit plus complexe que ce à quoi la technique de la ZAC la réduit de façon assez mortifère (optimisation des prérogatives économiques, segmentation des pouvoirs, juxtaposition des programmes). La complexité est une condition à respecter pour ne pas reproduire les simplifications que l’urbanisme a connu et connaît encore, au nom de l’efficacité technocratique.

À Fréquel-Fontarabie, le projet urbain a précédé la forme administrative du lotissement qui l’a entériné. Cela produit des formes urbaines associées aux objectifs, une façon de réhabiliter le vernaculaire à l’opposé de l’exercice de composition à la française. Travailler dans un tissu constitué comme ici – où l’on n’a pas vraiment rencontré de difficulté – est d’une certaine façon plus aisé que dans un quartier à inventer. L’enjeu est bien de ne pas se tromper de cible et de faire en sorte que les techniques de production ne prennent pas le pas sur les enjeux de société et la recherche de l’intérêt commun. Structurer un projet à partir de valeurs partagées oblige également à fabriquer les outils adéquats pour représenter ce qui le sous-tend : cartographie des intentions, maquette, montage photo… Le plan masse est sans doute le dernier document à produire. Il me semble nécessaire pour les architectes de reconquérir cet amont du projet, de rétablir la discussion pour s’assurer des enjeux d’un aménagement. Partager une réflexion est un luxe qui prend un peu de temps, mais qui permet de faire des économies significatives à terme.

Eva samuel, architecte urbaniste « il faut débattre des enjeux du projet avec les riverains, les élus, les administrations »
PHOTO - _3d_Q.jpg

Eva samuel Logements, équipements et espaces publics Paris 20E

Au cœur du quartier populaire de la Réunion, l’îlot Fréquel-Fontarabie se caractérise par un tissu urbain hétéroclite. Entremêlés dans un parcellaire faubourien compact, des friches artisanales, des logements des années 1970 et de […]

CARTE - _P031_PLAN_MASSE_NB.ai

Rcr Équipements et espace public Barcelone

Pensés par Cerdà comme des espaces non bâtis partagés, les cœurs d’îlots de l’Eixample à Barcelone ont été grignotés par des extensions privées. Industrialisation et spéculation ont intensifié le phénomène pour finalement faire […]

PHOTO - _perspective2-ANMA_Q.jpg

Anma Aménagement urbain Mulhouse

Le vaste quartier populaire Vauban-Neppert (5 000 habitants, 2 700 logements) est constitué d’un tissu résidentiel ouvrier hérité du XIXe siècle. En pleine déqualification urbaine et sociale, il peine à garder son attractivité […]

PHOTO - SMP-PHT-01.jpg

Rmdm 10 logements sociaux Paris 18e

La viabilisation et l’aménagement de l’étroite impasse Dupuy – moins de 4 m de large – fait partie du programme d’éradication de l’habitat insalubre du quartier de la Chapelle. Deux parcelles de moins de 250 m2 chacune, occupées […]

PHOTO - Plan - A.ai

Tandem Étude urbaine Amiens

Peu convaincue par les constructions en cœurs d’îlots réalisées jusque-là dans le respect de son PLU (vis-à-vis important avec l’existant, mauvaise gestion du stationnement…), la ville d’Amiens a invité quatre agences à réfléchir […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital