François Chaslin règle ses comptes - Livre

Zoom sur l'image François Chaslin règle ses comptes - Livre
© Editions Non Standard - Rococo ou drôles d'oiseaux (divertissement), François Chaslin

Articles Liés

Le Corbusier, roi déchu?

Qui a dit: "Les architectes s’entrecopient à tire-larigot. Les étudiants sont devenus des[...]

Le "Corbu, je t’aime moi non plus" de François Chaslin - Livre

François Chaslin prévient d'emblée, son nouveau livre est une sotie, une farce, plus précisément un pamphlet visant à faire le récit de la mésaventure dans laquelle l'entraîna la sortie de son Un Corbusier en 2015, concomitante au cinquantenaire de la mort du maître. Mais attention, si l'auteur règle ses comptes c'est avec une raillerie non dénuée d'élégance et d'autodérision, entraînant le lecteur dans une allégorie ornithologique où les mœurs souvent cruelles et fleurant la bêtise de notre monde contemporain sont dépeintes avec crudité, et ce, à travers d'adroits mouvements d'ailes, coups de becs et heureux pépiements.

Si Le Corbusier s'était fait Corbeau, tous les autres oiseaux, innombrables, beaux ou laids, idiots ou intelligents, c'est vous, c'est nous : à chacun de se laisser guider par leur bruissement qui enveloppe le nouveau récit de François Chaslin comme autant de motifs ou de sujets. En tant que telle, l'affaire est violente, compliquée et dépasse les enjeux d'un livre, son Un Corbusier, demeuré pour beaucoup incompris, qui sans avoir été présenté comme une biographie, se définissait davantage comme un grand portrait, dressé dans toute son épaisseur littéraire, historique et personnelle. Associé à deux ouvrages édités au même moment, en 2015, il a été pointé du doigt, réduit au scoop -pourtant déjà périmé- d'un Le Corbusier fasciste mais décorrelé de son contexte et de son époque. Quand des institutionnels accusaient Chaslin de plagiat, d'autres, depuis la «Corbeautière» (la fondation Le Corbusier), lui reprochaient d'écorner l'image jalousement lissée de l'architecte démiurge -l'enjeu du classement à l'Unesco ajoutant une pression supplémentaire.

Tweet, tweet, tweet

C'est avec une certaine naïveté -ce qui ne veut pas dire candeur- que l'auteur explique avoir découvert un monde volatile: «Des milliers de twitters en goguette donnèrent en toutes langues sur des livres qu'ils n'avaient pas lus. Ce fut viral, instantané. C'est ce que j'ai qualifié d'Ebola du blablabla, stupéfait […] par le mode de déploiement des informations que colportent, répercutent, déforment et grossissent maintenant les réseaux sociaux.» Et s'il est tombé de sa chaise -on imagine avec fracas et émotion- face à l'intensité d'un tel tourbillon d'incompréhensions et de condamnations, c'est avec grâce qu'il s'en relève ici, transformant son expérience en une fable érudite et croustillante. Sans tomber dans le piège de l'autojustification et de l'incrimination, c'est avec drôlerie qu'il entremêle son vécu à la critique quasi philosophique d'une société régie par des comportements de masse rompus au diktat des médias et du marketing, interroge la notion d'imitation ou de complotisme. Le sujet principal demeure le «Corbeau». Et c'est d'un œil perçant qu'il convoque ses pairs, fait fi des guerres de chapelles -notamment celles du petit monde souvent sectaire et codifié de l'architecture, qu'il s'agisse des chercheurs, des concepteurs et professeurs, et même des journalistes- revendique sa liberté et son goût des mots.

Un joyeux vagabondage littéraire

Comme si cette affaire personnelle n'était au fond qu'un prétexte pour s'égarer à travers l'épaisseur d'un joyeux vagabondage littéraire qui n'hésite pas à multiplier les citations oiselières -d'Aristophane au Capitaine Haddock, d'Eric Chevillard à Friedrich Nietzche, de Montaigne au poète Henri Pichette-, s'enchâssant avec naturel dans ce texte iconoclaste et poétique dont elles deviennent parties intégrantes. Car si l'auteur souligne «un état général de désagrégation de l'autorité intellectuelle», il rappelle aussi combien les mots peuvent être vivants et devenir un matériau dont les architectes devraient se saisir plus souvent. A noter le remarquable travail de l'éditeur, dont la mise en forme et l'approche calligraphique réussit à faire chanter le texte. En bonus, le lecteur a même la possibilité de découper les plis japonais de l'ouvrage, pour faire apparaître des oiseaux cachés dans les pages, dessinés de la main de l'auteur, qui a aussi un joli coup de crayon.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

La Samaritaine, Sanaa, Paris (Ier)

La Samaritaine de Sanaa a ouvert ses portes

23/06/2021

300 Créée en 1870 par les époux Cognacq-Jaÿ qui bâtirent un empire à partir d’une échoppe installée au coin des rues de la Monnaie et du Pont-Neuf à Paris, la Samaritaine vient enfin de rouvrir ses portes, fermées depuis 2005. Restructuré par l’agence japonaise Sanaa, le grand magasin, monument à part […]

Abonnés AMC

LC2 LE CORBUSIER, PIERRE JEANNERET, CHARLOTTE PERRIAND

Design: les dessous de la réédition

22/06/2021

300 Le culte du passé est vendeur. Les rééditions de meubles ou de luminaires prennent une place grandissante. Ces « classiques » sont d'autant plus vite adoptés qu'ils sont inscrits dans la mémoire collective, sinon cautionnés par l'histoire du design. Valeurs sûres stylistiques, ils participent aussi […]

PHOTO - 25413_1500786_k2_k1_3472552.jpg

Passages sportifs - Livre

22/06/2021

300 Longtemps ignoré, le patrimoine sportif est aujourd'hui reconsidéré. En particulier les lieux monumentaux que sont les stades, lesquels disent beaucoup d'une ville, d'une région, voire d'un pays, tant ils sont lourds de symboles et souvent chargés de mémoire. De manière originale, cet ouvrage […]

Abonnés AMC

23 logements sociaux, extension d'hôtel et commissariat, Paris (VIIIe), Nicolas Reymond / PAN

Le minéral en commun, logements sociaux, hôtel et […]

21/06/2021

300 Près de l'arc de Triomphe à Paris, sur la ZAC Beaujon, deux bâtiments signés Nicolas Reymond et PAN tirent parti de leur mixité programmatique pour composer une remarquable unité bâtie. Une insertion contextuelle qui passe autant par la minéralité que par l'expression des façades, où le rythme prime […]

Abonnés AMC

Antarctic Resolution - Giulia Foscari / UNLESS - 17ème biennale d'architecture de Venise

Venise 2021, le top 10 de la rédac #9 : […]

21/06/2021

300 L’Antarctique, c’est 10% de la masse terrestre. Un territoire contesté, considéré à la fois comme une ressource, dans un monde dont la population ne cesse de croître, mais aussi comme une source d’information précieuse pour les scientifiques qui s’intéressent au climat. « Antartic Resolution » […]

Meubles en acier de Jean Garçon : table, chauffeuse avec coussins en peau de vachette, cache-pot sur roulettes, tabouret, une des deux tables basses  peut faire office de banc, vers 1966. Photographie Jacques Primois.

Jean Garçon, un créateur des Trente Glorieuses à […]

18/06/2021

300 Un livre et une exposition rendent hommage à Jean Garçon (1928-2011), un créateur des Trente Glorieuses aux talents multiples qui s’est notamment illustré dans la conception de meubles en acier au graphisme minimal. Une double actualité qui remet en lumière une œuvre restée trop longtemps […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital