DOSSIER

Germain Pluvinage, bureau Face B: "Je crains que s’ajoute à nos économies d’agences déjà fragiles, une surcharge de travail non rémunéré"

Zoom sur l'image Germain Pluvinage, bureau Face B: Je crains que s’ajoute à nos économies d’agences déjà fragiles, une surcharge de travail non rémunéré
© Marikel Lahana - Germain Pluvinage, architecte, bureau Face B

Articles Liés

Julien Perraud, agence RAUM: "La fin du confinement peut voir l’émergence d’une demande[...]

Atelier O-S: "Le confinement ne doit pas être une parenthèse à oublier le plus vite[...]

Coronavirus: faire tourner l'agence d'architecture à l'heure du confinement

Télétravail, chômage partiel, poursuite des études, reprise ou arrêt des chantiers. L'organisation des architectes est mise à rude épreuve par le confinement imposé pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Pourtant, dans les agences -ou plutôt hors les agences-, les échanges entre associés, salariés, co-traitants et clients se poursuivent, la division du travail s'adapte au fil de la situation, la gestion des projets s'optimise. Comme en temps de crise économique, les architectes français repensent leur système de production pour passer l'orage. Et ils envisagent déjà l'après, les leçons que la profession et le monde de la construction devront tirer de la situation actuelle. L'architecte Germain Pluvinage, du bureau Face B, répond aux questions d'AMC.

AMC: Le confinement imposé pour lutter contre l'épidémie de coronavirus installe le télétravail dans la durée. Comment l'activité se poursuit-elle dans votre agence? Comment adaptez-vous vos installations et votre organisation au fil du temps?

Germain Pluvinage: L’activité est au ralenti, la plupart des planning se distendent. Mais d’une certaine manière, la perte de productivité et la gestion des arrêts/reprises des chantiers compense en partie le ralentissement. Nous avons tablé, dès la semaine du 16 mars 2020, sur un planning avec six semaines de confinement et une répartition du travail entre les collaborateurs. Peu à peu, nous nous équipons avec des logiciels de travail collaboratif plus performants.

 

Avez-vous recours au chômage partiel?

Oui. Nous avons fait une demande préalable, qui a été acceptée, et notre demande de prise en charge pour le mois de mars est en cours de traitement. Notre cabinet comptable nous a accompagné dans ces démarches. Nous avons réparti le travail restant uniformément entre les collaborateurs. Cela permet d’alléger la charge de chacun.  

 

D'après vous, quels dangers risquez-vous face au prolongement du confinement?

Prendre racine! Perdre l’émulation du travail d’équipe.  

 

Comment envisagez-vous l'après confinement?

C’est l’inconnu! La reprise va être longue, certaines des entreprises avec qui nous travaillons vont peut-être ne pas en sortir indemne. Je crains que s’ajoute à nos économies d’agences d’architecture déjà fragiles, une surcharge de travail non rémunéré. C’est cette période qui me semble la plus incertaine.

 

Propos recueillis par Margaux Darrieus

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital