Grand Prix de l'urbanisme 2019: Patrick Bouchain, ou l'éloge de l'action

Zoom sur l'image Grand Prix de l'urbanisme 2019: Patrick Bouchain, ou l'éloge de l'action
© Ville de Versailles / Pierrick DAUL - Patrick Bouchain, sur le site de Nature & Découverte à Versailles, le 23 juin 2018

Articles Liés

Passage à l’acte, les recettes de Patrick Bouchain - Livre

Chantier à suivre en 2019: Bois & cornettes par Patrick Bouchain

ÉQUERRE D’ARGENT 2003 / MENTION – PATRICK BOUCHAIN ET LOÏC JULIENNE – ACADÉMIE FRATELLINI

C'est à Patrick Bouchain, architecte et scénographe engagé, que le Grand Prix de l'urbanisme 2019 est décerné. Il lui sera remis par Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, lors d’une cérémonie à l’automne 2019.

Son nom circulait depuis plusieurs années dans tous les palmarès. C'est finalement du ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales qu'arrive la reconnaissance: l'architecte et scénographe Patrick Bouchain a reçu le Grand Prix de l'urbanisme 2019, le 8 avril dernier. La consécration de cette personnalité iconoclaste pouvait difficilement venir du monde de l'architecture, tant ses manières de faire dénotent. Pourtant érigé en référence par nombre de jeunes professionnels -notamment les "collectifs d'architectes" qui investissent le champ de l'urbanisme transitoire-, Patrick Bouchain, en s'opposant aux manières conventionnelles de la fabrique de l'espace, peine manifestement à convaincre des atouts de sa démarche, certains architectes anxieux de leurs prérogatives sur la conception.

L'action plutôt que l'œuvre

Casser les codes de la maîtrise d'œuvre en impliquant au même niveau architectes, ouvriers et habitants au cœur de la fabrication des projets, voilà la méthode Bouchain et Construire, son agence créée à Paris avec Nicole Concordet et Loïc Julienne. Né en 1945, Patrick Bouchain n'a pas grand-chose à voir avec ses confrères qui préfèrent garder jalousement la main sur le dessin. A chacun de ses projets, il définit le cadre d'une action collective plutôt que les traits figés d'une œuvre. Comment impliquer les usagers du futur projet dans sa construction? Comment laisser une marge de manœuvre aux artisans sur le chantier? Ce sont des événements que façonne Construire, au fil de ces questions. Et c'est par cette ode à l'action collective que l'agence construit la ville. Éprouvée pour la réalisation de grands d'équipements, comme la transformation de l'usine LU en Lieu Unique à Nantes (2000) ou celle des abattoirs de Calais en Channel-scène nationale (2005), la méthode collaborative de Construire se déploie également dans le logement social. «On refuse de travailler pour personne», soutenait l'architecte Marie Blanckaert rencontrée en 2013 (AMC n°223-avril 2013). À l'époque membre de Construire, elle travaillait à la rénovation en concertation de maisons ouvrières, frange résidentielle de la ZAC de l'Union à Tourcoing.

Permanence architecturale

Dans une société où la démocratie représentative est en crise, la méthode de Construire, qui consiste à impliquer les citoyens dans la construction de leur espace de vie, a la cote. Et si le pavillon français de la Biennale de Venise 2018, orchestré par Encore Heureux, était imprégné de ces valeurs de coconception, c'est que Julien Choppin et Nicola Delon les avaient éprouvées au même endroit en 2006, aux côtés de Patrick Bouchain. La "Métacité/Métavilla", montée et habitée par ce dernier au cœur du pavillon a fait des émules: en 2006 comme en 2018, c'est moins l'objet architectural que l'on célèbre que l'acte collectif de sa construction, "l'acte d'architecture". En réalité, c'est à Venise que Patrick Bouchain a posé les bases de sa manière de faire: la résidence du concepteur sur le site du projet, pour engager au quotidien tous les acteurs dans la construction de l'espace. Partout où Construire fait projet, l'agence inaugure donc une "permanence architecturale", baraque de chantier ouverte aux quatre vents, où s'exposent les maquettes, d'où partent les visites publiques des travaux, où sont reçus les riverains. Ainsi, l'architecte Sophie Ricard, de l'agence Construire, a vécu trois ans dans une des maisons de la rue Auguste-Delacroix à Boulogne-sur-Mer pour réaliser, avec chaque famille, la rénovation de leur habitation.

Le pouvoir de faire

Vanter l'action, l'expérimentation et le geste artisan comme ciment de la société est un mode de vie pour Patrick Bouchain, qui s'engage politiquement en ce sens. Sa formation à Camondo et aux Beaux-Arts de Paris tout juste achevée, il devient membre du Parti communiste peu après 1968 avant d'en être expulsé en 1981 et de se rapprocher de Jack Lang. Conseiller auprès du ministre de la Culture, il a dirigé l’Atelier public d’architecture et d’urbanisme de Blois et participé à la création de l'école nationale supérieure de Création industrielle (ENSCI-Les Ateliers), au début des années 1980. Le petit ouvrage Le Pouvoir de faire raconte la longue et intense collaboration entre Jack Lang et Patrick Bouchain. S'il garantit aujourd'hui avoir pris sa retraite de l'agence, ce dernier reste un homme politique: il a participé à la rédaction du "permis de faire", introduit par la loi relative à la liberté de création, architecture et patrimoine. Permis censé libérer l'action dans le champ de la construction, en valorisant l'obligation de résultat plutôt que l'utilisation de recettes légales toutes faites.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Chai à barriques, Château de Camensac, Saint-Laurent-Médoc, Fabre de Marien, 2018

Chai du Château de Camensac de Fabre de Marien

19/09/2019

Après avoir réalisé le pôle agricole en 2016 sur le domaine du château de Camensac, à Saint-Laurent-Médoc, au nord de Bordeaux, l’agence Fabre de Marien revient sur place pour réhabiliter le chai et le cuvier existant – cellier […]

Immeuble de bureaux Anis, Dimitri Roussel et Nicolas Laisné, Nice, 2018

Des terrasses de travail imaginées par Nicolas […]

18/09/2019

Pour concevoir un immeuble de bureaux au sein de la ZAC Méridia à Nice, conçue et pilotée par l’agence Devillers et Associés, les architectes Nicolas Laisné et Dimitri Roussel se sont demandé ce qu’est un lieu de travail aujourd’hui. […]

Notre nid par Maxence Grangeot, Festival des Architectures Vives, Montpellier, 2019

Appel à candidatures pour le Festival des […]

18/09/2019

Avec pour objectif de faire découvrir le travail de jeunes architectes, paysagistes et urbanistes, le Festival des Architectures Vives (FAV) ouvre les portes de cours d'hôtels particuliers dans le centre historique de Montpellier, où sont exposées des installations […]

Nicolas Laisné et Dimitri Roussel

Nicolas Laisné et Dimitri Roussel - Portrait

18/09/2019

Fondée en 2003 par Nicolas Laisné (diplômé de Marne-la-Vallée la même année) et rejointe en 2010 par Dimitri Roussel (diplômé de La Villette en 2007), l’agence d’architecture Laisné-Roussel est à l'origine de […]

Tod Williams et Billie Tsien à leur agence à New York, 2019

Tod Williams et Billie Tsien sont les lauréats du […]

17/09/2019

Depuis 1988, la Japan Art Association, plus ancienne fondation culturelle du Japon, décerne chaque année le Praemium Imperiale. Un prix qui récompense des disciplines aussi variées que l’architecture, la peinture, la sculpture, la musique et le […]

Vue intérieure de la bibliothèque l'Heure Joyeuse, Ellena Mehl architectes, Paris, 2018

L'Heure Joyeuse d'Ellena Mehl architectes

17/09/2019

Dans le 5e arrondissement de Paris, à quelques encablures de la place Saint-Michel, le bâtiment datant de 1975 et abritant la bibliothèque l’Heure Joyeuse devenait vétuste et non conforme à l’accueil du public. La mission de l’agence Ellena Mehl […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus