Indispensable Le Corbusier

Zoom sur l'image Indispensable Le Corbusier
© Textuel - Indispensable Le Corbusier

Cinquantenaire de la mort de Le Corbusier oblige, 2015 a été riche en événements : une troisième candidature à l’Unesco, un flot de publications, ainsi que l’aboutissement de chantiers de restauration.

Déjà, le centenaire de sa naissance avait été le théâtre d’une telle pléthore et l’occasion d’une réhabilitation quasi sans conditions du maître tant bafoué. En 1987, l’exposition du Centre Pompidou orchestrée par Jean-Louis Cohen et son catalogue dirigé par Jacques Lucan témoignait d’une tentative d’approche détaillée et rigoureuse de l’activité plurielle de l’architecte. Néanmoins, leur découpage encyclopédique pouvait concourir à partitionner sa production en phases étanches et à isoler l’homme de son œuvre. L’on risquait ainsi de ne pas saisir les complexes articulations entre ses écrits et ses projets et de minimiser les ressorts de ses conceptions politiques douteuses ou de sa sociabilité intense. La même année, « Le Corbusier et la mystique de l’URSS », toujours de Cohen, relevait d’une approche qui, pour être explicitement politique, prenait le même risque de la discontinuité.

 

En 2005, quarantenaire de sa mort, Cohen avait fait le choix contraire d’un regard global sur les fascinantes contradictions corbuséennes. Au sortir d’un livre de synthèse chez Taschen, « Le Corbusier, un lyrisme pour l’architecture de l’ère mécaniste », il s’était attaché à un « essai biographique illustré » : « Le Corbusier : la planète comme chantier ». Dans une forme ramassée, il parvenait à réunir non seulement une évocation de l’œuvre, mais aussi la chronologie des voyages et la vie sociale, intellectuelle et amoureuse ô combien tortueuse du personnage. S’y dévoilait la cohérence de ses faits et gestes, dont le trait commun est une réaction incessante aux évolutions politiques, artistiques et techniques du siècle. Même Marc Perelman, contempteur acide des accointances du Corbu avec les formes extrêmes du pouvoir, en convenait : ce petit livre jaune faisait exception car, bien que « people » et « opportuniste », il permettait enfin « d’apprécier le bonhomme et son architecture ».

 

C’est ce livre indispensable que réédite Textuel. Il a subi quelques corrections sans perdre de sa fraîcheur, et, tout en évitant un encombrant appareil de notes, il a été enrichi d’une rubrique sur les sources de ses nombreuses citations, qui lui faisait défaut. Mais surtout, à dix ans d’intervalle, les considérations de Cohen entrent singulièrement en résonance avec son récent « Architecture en uniforme : projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale » (2011) ou avec son passage à Venise en 2014 où, de concert avec les « fondamentaux » de Koolhaas, il posait la question : « La modernité en France : promesse ou menace ».

 

  • Le Corbusier, la planète comme chantier, Jean-Louis Cohen.
  • Textuel, 2015, 240 p., 35 €.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Meubles en acier de Jean Garçon : table, chauffeuse avec coussins en peau de vachette, cache-pot sur roulettes, tabouret, une des deux tables basses  peut faire office de banc, vers 1966. Photographie Jacques Primois.

Jean Garçon, un créateur des Trente Glorieuses à […]

18/06/2021

300 Un livre et une exposition rendent hommage à Jean Garçon (1928-2011), un créateur des Trente Glorieuses aux talents multiples qui s’est notamment illustré dans la conception de meubles en acier au graphisme minimal. Une double actualité qui remet en lumière une œuvre restée trop longtemps […]

Abonnés AMC

Usine de R&D, FREAKS, Lamotte-Beuvron (41)

Pour Sammode, FREAKS redonne vie au hangar […]

17/06/2021

300 L'entreprise française de tubes lumineux industriels Sammode a inauguré son troisième site de production, destiné à la R&D : un hangar de zone d'activité réhabilité par Freaks, en périphérie de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher). Pour revaloriser cette architecture périurbaine sans qualité apparente, […]

Abonnés AMC

Pavillon des Pays-Bas - Who is We ? - 17ème biennale d'architecture de Venise

Venise 2021, le top 10 de la rédac #10 : Au […]

17/06/2021

300 À la question « Comment vivrons-nous ensemble ?», thème général de la 17ème biennale d’architecture de Venise, les Pays-Bas répondent par une contre-question : « Qui est-ce « nous » ? ». Leur contribution, conçue par l’architecte Afaina de Jong et l’artiste Debra Solomon avec le Het Nieuwe […]

L'architecte Denise Scott-Brown à Las Vegas (1968) (extrait de la photographie originale)

"Il faut faire tomber le mythe d'écoles […]

16/06/2021

300 D'après le collectif Architoo, composés d'une quarantaine d'enseignantes et d'enseignants des écoles d'architecture et de paysage françaises, la situation ne s'améliore pas en faveur de l'égalité des genres et de la diversité dans leur établissements. Pire, ces questions ne seraient pas légitimes […]

Architoo, écoles d'architecture et de paysage : l'égalité, maintenant !

Architoo, écoles d'architecture et de paysage : […]

16/06/2021

300 Créé en 2020 par une quarantaine d'enseignantes et d'enseignants des écoles d'architecture et de paysage, le collectif Architoo dénonce dans un manifeste la persistance des pratiques discriminatoires et les violences de genre dans leurs établissements. Le texte réclame de l'administration et de tout […]

Abonnés AMC

PHOTO - 25413_1500560_k7_k1_3471957.jpg

Offrir la science au regard, l'Imredd par Marc […]

15/06/2021

300 Au cœur de la ZAC Méridia, le bâtiment compact de l'Institut méditerranéen du risque, de l'environnement et du développement durable (Imredd) conçu par Marc Barani apparaît dans la blancheur opalescente des lames de verre qui habillent ses façades. A l'intérieur, de grands volumes creusés mettent en […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital