Indispensable Le Corbusier

Zoom sur l'image Indispensable Le Corbusier
© Textuel - Indispensable Le Corbusier

Cinquantenaire de la mort de Le Corbusier oblige, 2015 a été riche en événements : une troisième candidature à l’Unesco, un flot de publications, ainsi que l’aboutissement de chantiers de restauration.

Déjà, le centenaire de sa naissance avait été le théâtre d’une telle pléthore et l’occasion d’une réhabilitation quasi sans conditions du maître tant bafoué. En 1987, l’exposition du Centre Pompidou orchestrée par Jean-Louis Cohen et son catalogue dirigé par Jacques Lucan témoignait d’une tentative d’approche détaillée et rigoureuse de l’activité plurielle de l’architecte. Néanmoins, leur découpage encyclopédique pouvait concourir à partitionner sa production en phases étanches et à isoler l’homme de son œuvre. L’on risquait ainsi de ne pas saisir les complexes articulations entre ses écrits et ses projets et de minimiser les ressorts de ses conceptions politiques douteuses ou de sa sociabilité intense. La même année, « Le Corbusier et la mystique de l’URSS », toujours de Cohen, relevait d’une approche qui, pour être explicitement politique, prenait le même risque de la discontinuité.

 

En 2005, quarantenaire de sa mort, Cohen avait fait le choix contraire d’un regard global sur les fascinantes contradictions corbuséennes. Au sortir d’un livre de synthèse chez Taschen, « Le Corbusier, un lyrisme pour l’architecture de l’ère mécaniste », il s’était attaché à un « essai biographique illustré » : « Le Corbusier : la planète comme chantier ». Dans une forme ramassée, il parvenait à réunir non seulement une évocation de l’œuvre, mais aussi la chronologie des voyages et la vie sociale, intellectuelle et amoureuse ô combien tortueuse du personnage. S’y dévoilait la cohérence de ses faits et gestes, dont le trait commun est une réaction incessante aux évolutions politiques, artistiques et techniques du siècle. Même Marc Perelman, contempteur acide des accointances du Corbu avec les formes extrêmes du pouvoir, en convenait : ce petit livre jaune faisait exception car, bien que « people » et « opportuniste », il permettait enfin « d’apprécier le bonhomme et son architecture ».

 

C’est ce livre indispensable que réédite Textuel. Il a subi quelques corrections sans perdre de sa fraîcheur, et, tout en évitant un encombrant appareil de notes, il a été enrichi d’une rubrique sur les sources de ses nombreuses citations, qui lui faisait défaut. Mais surtout, à dix ans d’intervalle, les considérations de Cohen entrent singulièrement en résonance avec son récent « Architecture en uniforme : projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale » (2011) ou avec son passage à Venise en 2014 où, de concert avec les « fondamentaux » de Koolhaas, il posait la question : « La modernité en France : promesse ou menace ».

 

  • Le Corbusier, la planète comme chantier, Jean-Louis Cohen.
  • Textuel, 2015, 240 p., 35 €.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

PHOTO - 29820_1743685_k2_k1_4008033.jpg

Un hôtel bas carbone en modules de bois […]

30/09/2022

300 Conçu par l'agence d'architecture VON M, cet hôtel constitue l'assemblage de modules préfabriqués en bois, réalisés en usine dans le Voralberg à partir de lamellé-croisé produit localement. Dans le centre-ville de Ludwigsbourg (Allemagne), cet hôtel bas carbone construit à partir de modules […]

PHOTO - 30472_1782076_k6_k1_4104313.jpg

Un cadavre exquis par des logements, un parking et […]

29/09/2022

300 Près de la gare Saint-Jean à Bordeaux, ce programme mixte imbrique 46 logements et un parking au-dessus d'un centre de propreté municipal. A la croisée des usages qui fabriquent aujourd'hui un tissu fonctionnel, l'opération revendique le collage urbain par sa façade stratifiée. Pour Benjamin Colboc […]

PHOTO - 30472_1782010_k2_k1_4104158.jpg

COSA - portrait

29/09/2022

300 Arnaud Sachet et Benjamin Colboc fondent l'agence Cosa en 2016, à Paris. Arnaud Sachet, diplômé de l'ENSAIS en 2001, et Benjamin Colboc, diplômé de Paris Belleville en 2003, ont fondé Cosa en 2016, après avoir collaboré au sein de Colboc Franzen & associés. Recherchant des réponses simples à des […]

PHOTO - 30472_1782147_k2_k1_4104695.jpg

DORTE MANDRUP, UN ART DE L'ENRACINEMENT - […]

28/09/2022

300 Réunissant cinq projets conçus pour des lieux symboliques, l'exposition « Place », à la maison du Danemark à Paris, donne un aperçu de la méthode de l'architecte danoise Dorte Mandrup, mêlant analyse du contexte et harmonie des formes. A l'ère de l'anthropocène, elle invite à redécouvrir le dialogue […]

Ilulissat Icefjord Centre, Groenland, Dorte Mandrup architects

La démarche de Dorte Mandrup, en conférence

28/09/2022

300 Jeudi 13 octobre 2022, l'architecte Lars Johan Almgren, représentant de l'agence scandinave Dorte Mandrup, donnera une conférence à la maison du Danemark à Paris. L'occasion de découvrir autrement les projets présentés dans l'exposition "Place, Architecture et paysage en symbiose", consacrée aux […]

Tour de logements, Barcelone (Espagne), Studio Odile Decq architecte

En rouge et blanc, une tour de luxe à Barcelone […]

27/09/2022

300 Conçue par Odile Decq, cette tour de 30 étages abritant des logements de haut standing, se dresse à l'entrée de l'emblématique avenue Diagonal à Barcelone. Le projet a été distingué par le Chicago Atheneum International Award 2022, dans la catégorie High Rises / Skyscrapers. En 2015, le Studio Odile […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital