Jack Lang: «Notre ambition était que l’art et la culture occupent l’une des toutes premières places dans la société»

Zoom sur l'image Jack Lang: «Notre ambition était que l’art et la culture occupent l’une des toutes premières places dans la société»
© Courtesy IMA - Jack Lang

Articles Liés

Dans les archives d'AMC: 1984, si l'Opéra Bastille était conté

Équerre d'argent 1987 / Jean Nouvel Architecture Studio – Institut du monde arabe – Paris[...]

Les moucharabiehs de l'IMA reprennent leur danse

Il y a trente ans, en 1989, étaient inaugurés la Pyramide du Louvre, l’opéra Bastille, la Grande Arche de La Défense et le ministère des Finances à Bercy, les tout premiers "grands projets" parisiens de Mitterrand parmi la dizaine qui allaient donner une impulsion nouvelle à l’architecture française. Retour sur cette période dans AMC n°282-novembre 2019, avec une interview de Jack Lang, aujourd’hui président de l’Institut du monde arabe, ancien ministre de la Culture de 1981 à 1986 puis de 1988 à 1993, et acteur central des décisions et des arbitrages qui présidèrent à l’édification de bâtiments devenus emblématiques du paysage urbain de la capitale.
 

AMC: Quel était votre diagnostic en matière d’institutions culturelles à Paris et en France à votre arrivée au ministère de la Culture?
Jack Lang: A vrai dire, le manque était général. La situation culturelle était d’une grande pauvreté, à l’exception de certains orchestres, de certaines villes comme Grenoble, Lille, Marseille ou Strasbourg. Un chantier immense nous attendait dans presque tous les domaines culturels, des arts plastiques au théâtre, en passant par les musées et les bibliothèques, qui étaient dans un dénuement total. Même Paris était dans un état de relatif abandon, en comparaison de New York, Londres ou Berlin. Le musée du Louvre ou la Bibliothèque nationale, par exemple, étaient dans un état de décrépitude avancée: des salles ne pouvaient ouvrir au public qu’une demi-journée par semaine, l’eau coulait à travers les collections… L’opéra Garnier craquait de toutes parts, il y avait très peu de représentations possibles dans ­l’année.


Comment le programme des grands travaux lancés dès 1981 par François Mitterrand est-il né?
L’expression "grands travaux" que l’on utilise aujourd’hui est ­trompeuse. Notre ambition à l’époque était autre. Il ne s’agissait pas de construire pour construire mais d’engager une politique des arts et de la culture complètement nouvelle, qui s’appliquait à ­l’ensemble du pays. Cette politique avait été exposée pendant la campagne présidentielle dans un discours de François Mitterrand datant de mars 1981, prononcé lors d’une conférence internationale de la culture que j’avais organisée, dans le grand amphithéâtre de l’Unesco. Ce texte distinguait bien deux aspects: d’une part, "les?institutions nationales de référence", d’autre part, "la trans­formation de la politique culturelle pour l’ensemble du pays". Il n’était pas encore question de "grands travaux", pas même pour le Louvre. Mais il y avait déjà l’idée de regrouper à la Villette toute une série d’institutions musicales, que l’on appelait alors "Beaubourg de la musique".


Par quoi avez-vous commencé?
Lorsque François Mitterrand a remporté l’élection présidentielle et que je suis devenu ministre de la Culture, la première proposition que je lui ai faite a concerné l’Institut du monde arabe [IMA], dont la création avait été décidée sous le septennat précédent. L’IMA devait se construire initialement dans le XVe arrondissement, un projet d’Henry Bernard, avec une architecture néoarabe qui ne nous emballait pas. On pensait qu’il fallait quelque chose de plus contemporain. ­François Mitterrand m’a dit: "Si l’on veut changer d’architecte, il faut changer de terrain." On a trouvé un emplacement libre dans le Ve arrondissement, en bord de Seine, face à Jussieu et pas très loin de la Grande Mosquée. Les pays arabes ont d’abord été très réticents: ils pensaient qu’on voulait enterrer le projet, alors qu’au contraire, on voulait lui donner davantage d’ampleur. D’ailleurs, au financement des pays arabes et du ministère des Affaires étrangères, j’ai ajouté une contribution importante du ministère de la Culture. A la fin de l’année 1981, nous avons organisé un concours avec de jeunes architectes, qui a été remporté par une équipe de quasi-inconnus, Jean Nouvel et Architecture Studio.


Qui pilotait l’ensemble de ces grands projets ?
Il y avait un petit groupe de coordination des grands projets qui se réunissait tous les deux mois. On l’avait appelé "le groupe des quatre", avec Robert Lion, directeur de cabinet du Premier ministre Pierre Mauroy, qui assurait le lien avec les Finances, Roger Quillot, ministre de l’Equipement, Paul Guimard, conseiller personnel de Mitterrand pour la culture, et moi-même. J’avais aussi auprès de moi au ministère, Christian Dupavillon, un homme remarquable qui était d’ailleurs architecte. On établissait les programmes des concours, les propositions de composition des jurys, le suivi des opérations. C’était un travail monumental!
 

Propos recueillis par Gilles Davoine

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

PHOTO - 24209_1437162_k2_k1_3316103.jpg

Retour à Memphis

25/02/2021

300 Palette multicolore, contrastes des matériaux, formes sculpturales : l'esprit joyeusement iconoclaste du groupe fondé autour d'Ettore Sottsass dans les années 1980 resurgit. Une réponse ludique et contestataire aux fondamentaux du minimalisme scandinave ou japonais. Une arme utilisée par les […]

Catherine Chevillot, nouvelle présidente de la Cité de l'architecture

Catherine Chevillot succède à Marie-Christine […]

24/02/2021

300 Catherine Chevillot, conservatrice générale du patrimoine, directrice du musée Rodin depuis 2012, devient présidente de la Cité de l’architecture et du patrimoine à compter du 8 mars 2021. Elle succède à Marie-Christine Labourdette, nommée à la présidence du château de Fontainebleau. Catherine […]

Abonnés AMC

PHOTO - 24209_1437159_k6_k1_3316076.jpg

L'Ecole normale supérieure de Renzo Piano, l'oasis […]

24/02/2021

300 L'Ecole normale supérieure de Cachan s'est installée sur le campus de Paris-Saclay. Ses bâtiments, qui entourent un parc, abritent 1 700 étudiants, 320 enseignants-chercheurs et 300 doctorants. Il s'agit désormais d'une pièce majeure de la ville nouvelle universitaire. Crée en 1912, l'Ecole normale […]

Elections ordinales 2021

2021, année élective à l'Ordre des architectes

23/02/2021

300 Sur les 17 conseils régionaux de l'Ordre des architectes, dont la moitié des membres sera renouvelée en 2021, sept conseils sont concernés par l'organisation d'un second tour de vote. Ces derniers sont ouverts par voie électronique jusqu'au 8 mars. C'est à eux que reviendra d'élire la prochaine […]

Séverine Savigny et Merril Sinéus, Oboh

OBOH - Portrait

23/02/2021

300 Séverine Savigny et Merril Sinéus ont créé Oboh pour le projet de 30 « habitations de transition » qu'elles viennent de livrer à Stains (Seine-Saint-Denis). Respectivement diplômées de l'Ensa Paris Val de Seine (2005) et de l'Ensa Nantes (2003), elles envisagent leur métier comme un acte de […]

L'hôpital d'Oslo pour les maladies rhumatismales, Akersbakken 27, par l'architecte Lilla Hansen, construit en 1938 et démoli en 2017.

Connaître l'histoire des bâtisseuses, une […]

22/02/2021

300 Qui ont été les premières femmes architectes au XXe siècle? Qu’ont-elles construit et quelles voies ont-elles ouvertes aux architectes contemporaines? Alors que la féminisation de la profession se poursuit selon la dernière enquête Archigraphie, passant en près de vingt ans de 16,6 à 30,7% […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital