Jack Lang: «Notre ambition était que l’art et la culture occupent l’une des toutes premières places dans la société»

Zoom sur l'image Jack Lang: «Notre ambition était que l’art et la culture occupent l’une des toutes premières places dans la société»
© Courtesy IMA - Jack Lang

Articles Liés

Dans les archives d'AMC: 1984, si l'Opéra Bastille était conté

Équerre d'argent 1987 / Jean Nouvel Architecture Studio – Institut du monde arabe – Paris[...]

Les moucharabiehs de l'IMA reprennent leur danse

Il y a trente ans, en 1989, étaient inaugurés la Pyramide du Louvre, l’opéra Bastille, la Grande Arche de La Défense et le ministère des Finances à Bercy, les tout premiers "grands projets" parisiens de Mitterrand parmi la dizaine qui allaient donner une impulsion nouvelle à l’architecture française. Retour sur cette période dans AMC n°282-novembre 2019, avec une interview de Jack Lang, aujourd’hui président de l’Institut du monde arabe, ancien ministre de la Culture de 1981 à 1986 puis de 1988 à 1993, et acteur central des décisions et des arbitrages qui présidèrent à l’édification de bâtiments devenus emblématiques du paysage urbain de la capitale.
 

AMC: Quel était votre diagnostic en matière d’institutions culturelles à Paris et en France à votre arrivée au ministère de la Culture?
Jack Lang: A vrai dire, le manque était général. La situation culturelle était d’une grande pauvreté, à l’exception de certains orchestres, de certaines villes comme Grenoble, Lille, Marseille ou Strasbourg. Un chantier immense nous attendait dans presque tous les domaines culturels, des arts plastiques au théâtre, en passant par les musées et les bibliothèques, qui étaient dans un dénuement total. Même Paris était dans un état de relatif abandon, en comparaison de New York, Londres ou Berlin. Le musée du Louvre ou la Bibliothèque nationale, par exemple, étaient dans un état de décrépitude avancée: des salles ne pouvaient ouvrir au public qu’une demi-journée par semaine, l’eau coulait à travers les collections… L’opéra Garnier craquait de toutes parts, il y avait très peu de représentations possibles dans ­l’année.


Comment le programme des grands travaux lancés dès 1981 par François Mitterrand est-il né?
L’expression "grands travaux" que l’on utilise aujourd’hui est ­trompeuse. Notre ambition à l’époque était autre. Il ne s’agissait pas de construire pour construire mais d’engager une politique des arts et de la culture complètement nouvelle, qui s’appliquait à ­l’ensemble du pays. Cette politique avait été exposée pendant la campagne présidentielle dans un discours de François Mitterrand datant de mars 1981, prononcé lors d’une conférence internationale de la culture que j’avais organisée, dans le grand amphithéâtre de l’Unesco. Ce texte distinguait bien deux aspects: d’une part, "les?institutions nationales de référence", d’autre part, "la trans­formation de la politique culturelle pour l’ensemble du pays". Il n’était pas encore question de "grands travaux", pas même pour le Louvre. Mais il y avait déjà l’idée de regrouper à la Villette toute une série d’institutions musicales, que l’on appelait alors "Beaubourg de la musique".


Par quoi avez-vous commencé?
Lorsque François Mitterrand a remporté l’élection présidentielle et que je suis devenu ministre de la Culture, la première proposition que je lui ai faite a concerné l’Institut du monde arabe [IMA], dont la création avait été décidée sous le septennat précédent. L’IMA devait se construire initialement dans le XVe arrondissement, un projet d’Henry Bernard, avec une architecture néoarabe qui ne nous emballait pas. On pensait qu’il fallait quelque chose de plus contemporain. ­François Mitterrand m’a dit: "Si l’on veut changer d’architecte, il faut changer de terrain." On a trouvé un emplacement libre dans le Ve arrondissement, en bord de Seine, face à Jussieu et pas très loin de la Grande Mosquée. Les pays arabes ont d’abord été très réticents: ils pensaient qu’on voulait enterrer le projet, alors qu’au contraire, on voulait lui donner davantage d’ampleur. D’ailleurs, au financement des pays arabes et du ministère des Affaires étrangères, j’ai ajouté une contribution importante du ministère de la Culture. A la fin de l’année 1981, nous avons organisé un concours avec de jeunes architectes, qui a été remporté par une équipe de quasi-inconnus, Jean Nouvel et Architecture Studio.


Qui pilotait l’ensemble de ces grands projets ?
Il y avait un petit groupe de coordination des grands projets qui se réunissait tous les deux mois. On l’avait appelé "le groupe des quatre", avec Robert Lion, directeur de cabinet du Premier ministre Pierre Mauroy, qui assurait le lien avec les Finances, Roger Quillot, ministre de l’Equipement, Paul Guimard, conseiller personnel de Mitterrand pour la culture, et moi-même. J’avais aussi auprès de moi au ministère, Christian Dupavillon, un homme remarquable qui était d’ailleurs architecte. On établissait les programmes des concours, les propositions de composition des jurys, le suivi des opérations. C’était un travail monumental!
 

Propos recueillis par Gilles Davoine

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Bureaux et galerie d'art à Bordeaux, RCR ARTOTEC architectes

L'architecture suggestive d'RCR Artotec, à […]

20/01/2020

Située en secteur protégé, au cœur du quartier Saint-Michel à Bordeaux, cette reconversion est signée RCR ARTOTEC, entité française de l’agence espagnole Pritzker 2017. ­Guidée par la lumière, elle fait […]

RCR ARTOTEC

RCR ARTOTEC - Portrait

20/01/2020

L’équipe franco-­catalane RCR ARTOTEC est composée du trio Prix Pritzker 2017 et du duo bordelais d’­ARTOTEC, Thomas Rodriguez et Jaïro Pinedo. C’est à la suite d’une rencontre placée sous le signe de l’évidence amicale et […]

Les affres existentiels d'une starchitecte en BD

20/01/2020

Si l'architecture, en tant qu'objet fictionnel ou simple décor, constitue une matière d'élection dans l'art de la bande dessinée, le choix de recourir à la figure de l'architecte pour en faire un sujet à part entière, un […]

Pierre Audat architecte,  restructuration et extension d’un bâtiment industriel à Paris

Pierre Audat redynamise un immeuble industriel […]

17/01/2020

  Situé en fond de cour dans le XI e arrondissement de Paris, avenue Philippe Auguste, le bâtiment est un immeuble industriel typique du XIXe siècle avec son ossature en bois et son escalier central maçonné. Plus qu’une simple rénovation, sa […]

Bâtiment universitaire, université Paris Sud 11, Dominique Lyon architectes, Orsay (Essonne)

Un belvédère pour les étudiants de Saclay, par […]

16/01/2020

Conçu par l'architecte Dominique Lyon, le nouveau bâtiment d’enseignement de physique de l’université Paris-Sud s'installe à proximité de laboratoires déjà présents sur le plateau de Saclay (Essonne). Il s'enroule sur […]

Concours Young european architects 2020

Appel à candidatures: Young european architects […]

16/01/2020

Architectes européens de moins de 40 ans en quête de reconnaissance, il reste un mois pour candidater aux prix Young european architects organisé par Architecture-Studio et sa fondation vénitienne, la CA'ASI. Les lauréats de ce concours international seront […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus