Jacqueline Osty, la paysagiste faiseuse de ville, lauréate du Grand prix de l'urbanisme 2020

Zoom sur l'image Jacqueline Osty, la paysagiste faiseuse de ville, lauréate du Grand prix de l'urbanisme 2020
© Eric Facon - La paysagiste Jacqueline Osty, Grand Prix de l'urbanisme 2020

Articles Liés

Ile de Nantes : Jacqueline Osty et Claire Schorter lauréates du dialogue compétitif

Parc zoologique – Jacqueline Osty / Bernard Tschumi – Paris

Grand Prix de l'urbanisme 2019: Patrick Bouchain, ou l'éloge de l'action

Le Grand Prix de l’urbanisme 2020 est décerné à la paysagiste Jacqueline Osty. La distinction, attribuée par le ministère de la Transition écologique aux professionnels de l'aménagement du territoire pour leur participation à faire progresser la fabrique urbaine, lui sera officiellement remise à la fin de l’année 2020.

Née en 1954 à Casablanca (Maroc), Jacqueline Osty fait partie de cette génération de femmes et d'hommes formés à l'école du paysage de Versailles à l'orée des années 1980, marqués par l'enseignement de Michel Corajou et son approche paysagère de l'urbain. Travailler dans la ville constituée et s'engager activement dans sa fabrique, voilà le labeur du paysagiste contemporain. C'est une constante pour Jacqueline Osty, qui œuvre depuis les années 1990 tant en centre-ville que dans les quartiers périphériques, avec la création de parcs et la conception de projets d'aménagement. En lui attribuant le Grand prix de l'urbanisme 2020, le jury rassemblé par le ministère de la Transition écologique a souhaité saluer «la poésie de l'œuvre de Jacqueline Osty, qui démontre que l’écologie est l’occasion de développer un art urbain porteur d’une poétique de la nature, qui peut mettre en scène en pleine ville le spectacle des saisons.»

Ville-nature

Car c'est un changement de paradigme qui structure l'approche paysagère de Jacqueline Osty, en quête d'une manière de conjuguer ces opposés fondamentaux que constituent, dans les représentations, les territoires anthropisés et les aires sauvages. Comme si cette nature qui a rejailli aux yeux des urbains pendant le confinement imposé pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, pouvait en réalité être au fondement de la conception de la ville. «La nature et la ville ne doivent pas être isolées l’une de l’autre, la première doit se glisser dans la seconde, posséder ses chemins pour qu’y chemine la gent animale susceptible de nous accompagner. C’est d’une progressive interpénétration dont le paysagiste doit avoir le souci dans ses projets», écrit Jacqueline Osty dans l'autobiographie que doivent rédiger les prétendants à la récompense décernée par le ministère de la Transition écologique.

Convergences

Cette volonté de relier touche aussi, dans la démarche de Jacqueline Osty, le contexte et sa mise en projet. Le regard du paysagiste se devant de chercher ce qui rapproche l'existant et son l'histoire, pour en révéler les valeurs d'usages et les beautés. Cette approche éminemment contextuelle infuse le travail de Jacqueline Osty depuis son premier projet de place devant de la mairie de Saint-Mandé (Val-de-Marne) au début des années 1980, jusqu'à aujourd'hui et ses grands parcs envisagés comme des espaces indispensables à l'écosystème urbain. «Il s’agit pour moi de créer des convergences dans le disparate, de saisir le dépôt des siècles dans une même trame, de nature et d’urbain, c’est-à-dire un socle liant toutes les strates -géologie, géographie, histoire et mémoire-, un socle et un sol fertiles à tous points de vue, pour un urbanisme qui soit cette alliance générale», écrit la paysagiste.

Biodiversité

Entre 1994 et 2013, Jacqueline Osty a aménagé les promenades du boulevard Richard Lenoir à Paris, les places Bellecour, des Jacobins et Bachut à Lyon ou encore le front de mer des Sables d’Olonnes. Depuis 2017, l’Atelier Jacqueline Osty et associés (AJOA) est en charge de la maîtrise d'œuvre urbaine de l'île de Nantes, en collaboration avec l'urbaniste Claire Shorter. Jusqu'en 2024, ils replaceront le paysage comme armature principale de l'aménagement de ce vaste territoire. La capitale accueille quant à elle, deux œuvres majeures de Jacqueline Osty. Le parc Martin-Luther-King dans la Zac Clichy-Batignolles (XVIIe arr.), vaste étendue traversée par la trame urbaine du nouveau quartier qui l'encadre et connectée au-delà, par un axe se poursuivant dans les communes limitrophes. Dans cette ancienne zone ferroviaire sans relief, le terrain a été modelé pour répartir les usages et multiplier les ambiances. Quant à la gestion du lieu, voulue la plus écologique possible, elle devient son image incarnée par l'ensemble des dispositifs mis en place pour la garantir (noues, éoliennes, plantes qui nettoient, eaux purifiées, bassins biotopes, etc.). Dans le XIIe arrondissement, le réaménagement du parc zoologique du bois de Vincennes constitue pour sa part un véritable exercice de style, où une même attention a été donnée aux hommes et aux animaux en permettant à ceux-ci de se cacher dans la végétation quand ils en éprouvent le besoin. C'est cette manière d'appréhender la biodiversité, en dépassant le seul point de vue scientifique et technique pour en explorer les transformations formelles, qui caractérise l'approche de Jacqueline Osty. N'est-ce pas au fond, le rôle des paysagistes dans le grand chantier de la transition environnementale que d'en envisager la dimension visible, spatiale et artistique?

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

Tribunes et vestiaires, Thibaudeau / Tocrault et Dupuy, Thouars (Deux-Sèvres)

Tribunes et vestiaires brutalistes pour un stade […]

23/09/2021

300 La démolition puis la reconstruction des tribunes du stade de Thouars (Deux-Sèvres), auxquelles s'adjoignent des vestiaires et des locaux de rangement, ne furent pas sans embûches pour les agences Thibaudeau et Tocrault & Dupuy: le programme a été revu avec les architectes pour, dans un calendrier […]

Portrait de Jasmine Kenniche-Le Nouëne - JKLN

JKLN - Portrait

22/09/2021

300 Diplômée de l'Ensa Paris-Belleville en 2009, Jasmine Kenniche-Le Nouëne fonde JKLN en 2014. Auparavant, elle a collaboré au sein des agences Babin+Renaud, RPBW ou Dusapin Leclercq. En 2019, l'agence est lauréate du prix 40Under40. La démarche de JKLN s'inscrit dans la volonté de produire une […]

LES RIM 2001

Faire l’architecture et l’urbanisme autrement : […]

23/09/2021

300 Le jeudi 23 et vendredi 24 septembre 2021, au domaine de Tizé, à l’Hôtel Pasteur et aux Champs Libres, à Rennes, aura lieu la troisième édition des RIM - Rencontres Inter-Mondiales des nouvelles manières de faire en architecture et en urbanisme. Ces deux journées professionnelles qui ont lieu tous […]

Abonnés AMC

PHOTO - 26720_1577283_k5_k1_3640084.jpg

Sous le béton, le bois. Mixité constructive pour […]

22/09/2021

300 Cet immeuble de logements intermédiaires conçu par l'agence JKLN et sis dans l'opération urbaine du boulevard Vincent-Auriol s'inscrit dans une logique de préfabrication tirant parti de la complémentarité du bois et du béton. Il réactualise un mode constructif mixte, qui devient générateur du […]

Christian de Portzamaparc

Christian de Portzamparc en direct depuis Venise

21/09/2021

300 Le 23 septembre 2021 à 17h, suivez en direct la conférence vénitienne de l'architecte Christian de Portzamparc, Prix spécial du jury du Grand Prix AFEX 2021 pour l'ensemble de son œuvre à l'export. A l'occasion des hommages officiels et publics aux pavillons nationaux de la 17e Biennale […]

PHOTO - Franck Hammoutène.eps

Franck Hammoutène (1954-2021)

21/09/2021

300 L'architecte Franck Hammoutène, lauréat de l'Équerre d'argent en 2006, est décédé le 14 septembre 2021. "Nos ouvrages sont contextuels, urbains. Radicaux puisque se voulant réalistes, pragmatiques et bénéfiques." Ainsi l'agence de Franck Hammoutène, basée à Paris, présente ses travaux. Né en 1954 à […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital