Jacqueline Osty, la paysagiste faiseuse de ville, lauréate du Grand prix de l'urbanisme 2020

Zoom sur l'image Jacqueline Osty, la paysagiste faiseuse de ville, lauréate du Grand prix de l'urbanisme 2020
© Eric Facon - La paysagiste Jacqueline Osty, Grand Prix de l'urbanisme 2020

Articles Liés

Ile de Nantes : Jacqueline Osty et Claire Schorter lauréates du dialogue compétitif

Parc zoologique – Jacqueline Osty / Bernard Tschumi – Paris

Grand Prix de l'urbanisme 2019: Patrick Bouchain, ou l'éloge de l'action

Le Grand Prix de l’urbanisme 2020 est décerné à la paysagiste Jacqueline Osty. La distinction, attribuée par le ministère de la Transition écologique aux professionnels de l'aménagement du territoire pour leur participation à faire progresser la fabrique urbaine, lui sera officiellement remise à la fin de l’année 2020.

Née en 1954 à Casablanca (Maroc), Jacqueline Osty fait partie de cette génération de femmes et d'hommes formés à l'école du paysage de Versailles à l'orée des années 1980, marqués par l'enseignement de Michel Corajou et son approche paysagère de l'urbain. Travailler dans la ville constituée et s'engager activement dans sa fabrique, voilà le labeur du paysagiste contemporain. C'est une constante pour Jacqueline Osty, qui œuvre depuis les années 1990 tant en centre-ville que dans les quartiers périphériques, avec la création de parcs et la conception de projets d'aménagement. En lui attribuant le Grand prix de l'urbanisme 2020, le jury rassemblé par le ministère de la Transition écologique a souhaité saluer «la poésie de l'œuvre de Jacqueline Osty, qui démontre que l’écologie est l’occasion de développer un art urbain porteur d’une poétique de la nature, qui peut mettre en scène en pleine ville le spectacle des saisons.»

Ville-nature

Car c'est un changement de paradigme qui structure l'approche paysagère de Jacqueline Osty, en quête d'une manière de conjuguer ces opposés fondamentaux que constituent, dans les représentations, les territoires anthropisés et les aires sauvages. Comme si cette nature qui a rejailli aux yeux des urbains pendant le confinement imposé pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, pouvait en réalité être au fondement de la conception de la ville. «La nature et la ville ne doivent pas être isolées l’une de l’autre, la première doit se glisser dans la seconde, posséder ses chemins pour qu’y chemine la gent animale susceptible de nous accompagner. C’est d’une progressive interpénétration dont le paysagiste doit avoir le souci dans ses projets», écrit Jacqueline Osty dans l'autobiographie que doivent rédiger les prétendants à la récompense décernée par le ministère de la Transition écologique.

Convergences

Cette volonté de relier touche aussi, dans la démarche de Jacqueline Osty, le contexte et sa mise en projet. Le regard du paysagiste se devant de chercher ce qui rapproche l'existant et son l'histoire, pour en révéler les valeurs d'usages et les beautés. Cette approche éminemment contextuelle infuse le travail de Jacqueline Osty depuis son premier projet de place devant de la mairie de Saint-Mandé (Val-de-Marne) au début des années 1980, jusqu'à aujourd'hui et ses grands parcs envisagés comme des espaces indispensables à l'écosystème urbain. «Il s’agit pour moi de créer des convergences dans le disparate, de saisir le dépôt des siècles dans une même trame, de nature et d’urbain, c’est-à-dire un socle liant toutes les strates -géologie, géographie, histoire et mémoire-, un socle et un sol fertiles à tous points de vue, pour un urbanisme qui soit cette alliance générale», écrit la paysagiste.

Biodiversité

Entre 1994 et 2013, Jacqueline Osty a aménagé les promenades du boulevard Richard Lenoir à Paris, les places Bellecour, des Jacobins et Bachut à Lyon ou encore le front de mer des Sables d’Olonnes. Depuis 2017, l’Atelier Jacqueline Osty et associés (AJOA) est en charge de la maîtrise d'œuvre urbaine de l'île de Nantes, en collaboration avec l'urbaniste Claire Shorter. Jusqu'en 2024, ils replaceront le paysage comme armature principale de l'aménagement de ce vaste territoire. La capitale accueille quant à elle, deux œuvres majeures de Jacqueline Osty. Le parc Martin-Luther-King dans la Zac Clichy-Batignolles (XVIIe arr.), vaste étendue traversée par la trame urbaine du nouveau quartier qui l'encadre et connectée au-delà, par un axe se poursuivant dans les communes limitrophes. Dans cette ancienne zone ferroviaire sans relief, le terrain a été modelé pour répartir les usages et multiplier les ambiances. Quant à la gestion du lieu, voulue la plus écologique possible, elle devient son image incarnée par l'ensemble des dispositifs mis en place pour la garantir (noues, éoliennes, plantes qui nettoient, eaux purifiées, bassins biotopes, etc.). Dans le XIIe arrondissement, le réaménagement du parc zoologique du bois de Vincennes constitue pour sa part un véritable exercice de style, où une même attention a été donnée aux hommes et aux animaux en permettant à ceux-ci de se cacher dans la végétation quand ils en éprouvent le besoin. C'est cette manière d'appréhender la biodiversité, en dépassant le seul point de vue scientifique et technique pour en explorer les transformations formelles, qui caractérise l'approche de Jacqueline Osty. N'est-ce pas au fond, le rôle des paysagistes dans le grand chantier de la transition environnementale que d'en envisager la dimension visible, spatiale et artistique?

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

Lycée à Châteaurenard par Rémy Marciano et José Morales

Lycée à Châteaurenard par Rémy Marciano et José […]

18/01/2021

300 L'intégration dans le territoire agricole et collinaire de ce lycée conçu par Rémy Marciano et José Morales qui accueille 900 élèves s'appuie sur son inscription dans la continuité des lanières paysagères alentour. Sa localisation au nord-est de la parcelle libère un vaste espace de vie au sud, […]

Abonnés AMC

Centre sportif Charcot par Odile+Guzy à Paris (XIIIe)

Centre sportif Charcot par Odile+Guzy à Paris

15/01/2021

300 Le centre sportif d'Odile+Guzy assure une habile transition entre le quartier sur dalle de la ZAC Paris-Rive-Gauche (XIIIe arr.) et le tissu ancien bordant la rue du Chevaleret. Lesté par trois niveaux de parkings souterrains, il s'étale et s'enfonce sur sa parcelle triangulaire en pente. Sur sa […]

Grand Prix PARI Pavillon d’accueil d’une scierie, Corzé (Maine-et-Loire), 2017, Atelier d’architecture Ramdam

Le palmarès des prix PARI en Pays de la Loire

14/01/2021

300 PARI est un nouveau prix d’architecture lancé par la maison régionale de l’architecture des Pays de la Loire, qui a choisi de le placer sous le signe de la résilience et de l’optimisme. L’enjeu étant de questionner l’architecture dans sa capacité d’adaptation pour inventer un construit nouvelle […]

Jean Chabanne

Disparition de l’architecte et urbaniste Jean […]

13/01/2021

300 Le fondateur de l’agence Chabanne, l’architecte et urbaniste Jean Chabanne, s’est éteint le 28 décembre 2020 à l’âge de 74 ans. C’est son fils Nicolas Chabanne, président de l’agence depuis 2011, qui l’annonce dans un communiqué. Jean Chabanne fonde son agence en 1969, après avoir obtenu son diplôme […]

Projet de réhabilitation de la bibliothèque Jean-Louis Barrault à Avignon, Jakob+MacFarlane

Les concours à suivre en 2021

12/01/2021

300 La réhabilitation de la bibliothèque Jean-Louis Barrault à Avignon par Jakob+MacFarlane, le stade de Jean Guervilly et BVL à Limoges, la transformation de la halle Sernam à Pau par ANMA, la rénovation du musée Rolin à Autun par l'Atelier Novembre, et l'ENSA de Toulouse revue par Pierre-Louis Faloci, […]

Abonnés AMC

Museon Arlaten à Arles, par Tetrarc

Muséon Arlaten à Arles par Tetrarc

12/01/2021

300 Consacré à l'ethnographie de la Provence, le Muséon Arlaten a été créé à Arles en 1899 par le poète Frédéric Mistral. Le lieu qui l'accueille est un site classé de deux mille ans d'histoire : forum romain, grande demeure du Moyen Age, chapelle et collège jésuites, respectivement des XVIIe et XVIIIe […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital