Japon, un art d'habiter

Zoom sur l'image Japon, un art d'habiter
© CNRS Editions - Façons d'habiter du Japon. Maisons, villes et seuils, Philippe Bonnin, Jacques Pezeu-Massabuau

Visiter une maison japonaise est la plus sûre introduction à la société nippone, ce que révèlent deux recueils savamment entremêlés, de l’architecte anthropologue Philippe Bonnin et de l’historien géographe Philippe Jacques Pezeu-Massabuau.

Le premier s’était déjà fait remarquer avec son Vocabulaire de la spatialité japonaise, dont les 199 courts textes faisaient partager les notions clés de la culture japonaise. Dans ce nouvel ouvrage, c’est la manière dont les Japonais pensent et vivent l’espace qu’ils habitent qui est développée. Un éclairage bienvenu car si l’on parle beaucoup d’architecture japonaise contemporaine, encore faut-il comprendre les valeurs qu’elle véhicule, et ce, depuis des siècles et malgré les bouleversements apportés par l’influence occidentale. Une large partie est consacrée à l’esthétique « ordinaire » de ce peuple qui tire toute sa puissance de l’objet le plus simple et le plus commun.
Sur le plan de l’harmonie sociale que représente le modèle de la famille, la maison traditionnelle exprime l’impermanence de l’homme et l’effacement de l’individu au profit du groupe considéré comme un tout. A la fragilité et à la légèreté des matériaux utilisés – bois, papier, nattes – répondent une hiérarchisation des espaces intérieurs et la définition de seuils symboliques. En matière de paysage urbain, c’est l’opposition entre traditionnel et occidental, nouveau et ancien, qui retient l’attention ; une coexistence pas toujours heureuse où la valeur patrimoniale est presque inexistante. Sous l’apparent désordre des villes japonaises, c’est aussi le règne d’un ordre social conditionné depuis des millénaires qui est ici mis en perspective. Un ordre suffisamment prégnant pour se dispenser de la démonstration de configurations spatiales destinées à le symboliser. L’ordre paraît en effet toujours caché mais bien présent, comme dans la maison où l’ombre est considérée comme une matière. Par ailleurs, les études de cas consacrées à des habitations traditionnelles et à leur transformation témoignent du contraste saisissant qu’offre la vie actuelle des Japonais, notamment celle des citadins évoluant dans un contexte occidental et retrouvant chaque soir le tatami et les gestes ancestraux qui s’y déroulent. On comprend mieux la relation du Japonais à sa demeure, celle d’une attitude à laquelle son corps est soumis. Individu et position assise constituent avec la maison un complexe indissoluble, base de toute appréhension globale de l’espace et d’autrui. Ainsi, l’espace japonais apparaît surtout comme le lieu des impressions familières où prend corps la culture nationale et des valeurs morales, esthétiques ou de discipline collective que celle-ci enseigne. Une plongée riche d’enseignements dans une culture spatiale qui, aussi différente de la nôtre qu’elle soit, et malgré de récentes interférences avec elle, dévoile un espace domestique qui, de l’art d’habiter a fait un art d’être au monde.
 
  • "Façons d'habiter du Japon. Maisons, villes et seuils", Philippe Bonnin, Jacques Pezeu-Massabuau, CNRS Editions, 500 p., 28 €.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

24 logements sociaux, Augustin faucheur architecte, Montreuil

24 logements sociaux à Montreuil, par Augustin […]

05/06/2020

300 L'architecte Augustin Faucheur a conçu cette opération de 24 logements sociaux comme un ensemble composite de volumes, unifiés par les matériaux. Sur une parcelle pentue d’un quartier pavillonnaire de Montreuil (Seine-Saint-Denis), ces 24 logements sociausx conçus par l'architecte Augustin Faucheur […]

Chemin des carrières, point d'observation, Alsace, Reiulf Ramstad Arkitekter

Un ruban de corten, en hommage aux carrières […]

04/06/2020

300 Le Chemin des Carrières est un hommage rendu aux chemins de fer alsaciens, au travail des hommes dans l’extraction des carrières. Le ruban de corten imaginé par Reiulf Ramstad Arkitekter se fraye un parcours sur 11km dans un terrain redevenu sauvage. Le Chemin des Carrières, à Rosheim en Alsace, […]

DENSIFIER / DÉDENSIFIER, PENSER LES CAMPAGNES URBAINES, dir. Jean-Michel Léger et Béatrice Mariolle. Photographies de Denis Gabbardo. Préface de Paola Vigano.

La consommation des campagnes urbaines - Livre

04/06/2020

300 La densification des constructions et la diversité des formes urbaines qui en découlent soulèvent de nombreuses questions. Comme le souligne Paola Vigano dans la préface de cet ouvrage consacré aux campagnes urbaines françaises, il faudrait d'abord définir l'objet fondamental qu'est la consommation […]

Christo, The Pont-Neuf Wrapped 2, Paris, 1975-1985

Christo à Paris, du Pont-Neuf à l'Arc de Triomphe

03/06/2020

300 L'automne 2021 s'annonce emballant. Christo, l'artiste bulgare qui empaqueta le Pont-Neuf à Paris à l'automne 1985, doit récidiver sur l'Arc de Triomphe; le Centre Pompidou inaugurant au même moment une grande rétrospective du travail de l'artiste et de sa femme Jeanne-Claude. Son décès le 31 mai […]

Christo (1935–2020) - Valley Curtain, Rifle, Colorado, 1970-72

Hommage à Christo: voyage à la redécouverte de ses […]

03/06/2020

300 Décédé le 31 mai 2020 à New-York, l'artiste Christo, célèbre emballeur du Pont-Neuf à Paris, travailla toute sa vie avec sa femme Jeanne-Claude Denat de Guillebon, décédée en 2009. Des premiers objets empaquetés par l'artiste né en 1935 en Bulgarie, aux monumentales installations de plein-air […]

Christo (1935–2020) - Christo at The Floating Piers, June 2016

Christo, l'emballeur du Pont-Neuf, est décédé

03/06/2020

300 Les Parisiens retiendront de lui le Pont-Neuf enveloppé d'un drapé à l'automne 1985. L'artiste Christo s'est éteint le 31 mai 2020 à New-York, à l'âge de 84 ans. Il préparait une nouvelle intervention manifeste dans la capitale, l'empaquetage de l'Arc de Triomphe. Il aura fallu 13 km de corde, 450 […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital