Jeanne quéheillard* (théoricienne du design) « chaque époque invente une nouvelle plasticité à l’ornement ainsi qu’une nouvelle critique. »

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
Zoom sur l'image Jeanne quéheillard* (théoricienne du design) « chaque époque invente une nouvelle plasticité à l’ornement ainsi qu’une nouvelle critique. »
PHOTO - jeanne3ƒ.jpg

On ne peut pas parler d’un retour de l’ornement aujourd’hui car ce fait de culture ne disparaît jamais, mais évolue à travers l’histoire. Sa forme est toujours liée à un contexte social et en tant qu’expression des moyens de l’instant, l’ornement serait un des opérateurs qui permet la transformation d’un fait de civilisation, une nouvelle technologie par exemple, en un fait de culture. Ancrée dans l’actualité, sa mise en œuvre dépend des techniques offertes à ses concepteurs. Ainsi, toutes les évolutions techno-logiques et culturelles changent notre façon de produire de l’ornement. La critique faite par le mouvement moderne ne supprime pas l’ornement. Il était considéré comme un crime, pour autant ce mouvement a été producteur d’un nouveau type d’ornement. Chez Le Corbusier, cela se traduit dans le dessin des coffrages ou les aplats de couleur, par exemple. Le mouvement moderne s’est saisi de ce que permettait la production industrielle pour interdire l’ajout de ce qu’il considérait comme inutile, un décor non-indispensable, et chercher d’autres formes plus justifiables. La question du sens et de la gratuité de l’ornement revient constamment. Le décor qu’il produit est toujours questionné puisqu’il est perçu selon nos propres codes esthétiques, forcément subjectifs. L’ornement provient d’un désir d’art et de beauté. Les artistes, parmi lesquels les architectes, endossent une part de responsabilité dans la création de cette beauté et peuvent donc être critiqués. Chaque époque invente une nouvelle plasticité à l’ornement en même temps qu’une nouvelle critique. Aujourd’hui, les évolutions technologiques lui permettent de réinventer des formes. Ce qui explique sûrement qu’il est de plus en plus présent et donne l’impression de réapparaître. Les progrès techniques permettent de construire autrement, de travailler sur des formes complexes, d’inventer des matériaux et de leur donner de nouvelles qualités sensibles.

* Professeure à l’école des beaux-arts de Bordeaux.

Jeanne quéheillard* (théoricienne du design) « chaque époque invente une nouvelle plasticité à l’ornement ainsi qu’une nouvelle critique. »
PDF de l'article

Façades Ornementales

La maîtrise de l’image d’un bâtiment est l’une des préoccupations majeures des architectes. Mais depuis Adolf Loos et ses écrits acerbes sur le décor, la façade ornementale est décriée. Les critiques de sa gratuité et de sa […]

PHOTO - RH1969-0086ƒ.jpg

Nieto sobejano Musée San sebastián

À San Sebastián, le musée San Telmo est installé depuis 1932 dans un couvent dominicain du XVIe siècle au pied du mont Urgull le séparant de la mer. En 2005, la ville décide d’agrandir l’institution pour élargir ses collections et […]

DESSIN - _01_sahrdc_13_NB.jpg

Anagram Bureaux New dehli, inde

Les architectes indiens d’Anagram ont réalisé avec un budget réduit ce petit bâtiment de bureaux pour une organisation non gouvernementale. L’édifice s’installe à l’angle de rues piétonnes très animées, sur une parcelle de 50 m2 […]

PHOTO - Jorge Ayala_ Beijing_ Stadiumƒ.jpg

L’ornement est-il toujours un crime ?

La profusion de façades ornementales dans l’architecture contemporaine impose à nouveau de questionner les critiques formulées il y a plus de 100 ans. Le décor ou recouvrement de façade, qualifié alors d’inutile et d’artifice par […]

PHOTO - MOATI-RIVIERE_façadeƒ.jpg

Moatti & rivière Centre culturel Arles

Dans le cadre d’un vaste projet de renou-vellement urbain mené sur des ateliers SNCF fermés depuis 1985, une ancienne chaudronnerie a été transformée en centre culturel. Pour la réhabilitation de cet édifice dédié à la […]

PHOTO - Copyright Satoru Mishima05_1.jpg

Foa Centre commercial Leicester

Jusqu’alors installés en zone périurbaine, les centres commerciaux rejoignent les centres-ville pour en devenir des éléments constitutifs. Comment intégrer ces programmes autarciques dans un contexte urbain et culturel dense ? […]

PHOTO - GAUTRAND-ORIGAMI-355-VFƒ.tif

Manuelle gautrand Bureaux Paris, 8E

Conçu pour un investisseur privé, à moins de 200 mètres de l’Arc de triomphe, l’immeuble abrite 300 postes de travail. La vocation emblématique d’un siège social et l’implan-tation de cette parcelle ont conduit l’architecte a […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital