DOSSIER

"L'innovation est en partie une désobéissance qui a réussi", par Marc Barani

Zoom sur l'image L'innovation est en partie une désobéissance qui a réussi, par Marc Barani
© Vincent PFRunner - Marc Barani

Marc Barani

A l'occasion des quarante ans de la loi de 1977 et de la publication des premiers décrets d'application de la loi LCAP, AMC ouvre le débat: faut-il et comment légiférer sur l'architecture? 

Grand chantier lancé en octobre 2015 par le ministère de la Culture, les 30 mesures de la Stratégie nationale pour l’architecture ont été préparées en amont par trois groupes de travail. Marc Barani a piloté le groupe "Innover" avec Bellastock, Marie Zawistowski et Lorenzo Diez.  

Extrait du numéro 247 - décembre 2015-janvier 2016 d'AMC.

Avant tout, il nous faut préciser ce que nous entendons par architecture et dans quel contexte nous situons l’innovation. Ceci afin d’éviter que l’innovation ne devienne une incantation de plus mais qu’elle soit une réelle mise en perspective du futur de l’architecture. Tout d’abord, nous entendons ici par architecture les œuvres quotidiennes ou monumentales, passées ou actuelles, qui sont la substance même de nos villes et de nos campagnes, que les habitants, depuis toujours, vivent et transforment. Nous considérons ensuite l’innovation dans l’architecture comme un phénomène double, qui s’inscrit à la fois dans une continuité historique de recherches et de propositions qu’il faut trier, actualiser, renforcer; et comme un travail prospectif d’identification de problèmes nouveaux, qui appellent de nouvelles solutions.

 

"L’égalité de l’accès à la conception architecturale, quel que soit l’objet ou la taille de l’aménagement, n’est pas aujourd’hui garantie. C’est une question de culture, mais aussi d’éducation et d’égalité des territoires, une question éminemment transversale." 

 

Ceci étant dit, force est de constater qu’aujourd’hui, les nouvelles idées se multiplient face aux mutations techniques, économiques et sociales qui influent sur l’architecture et, par voie de conséquence, sur les architectes. Mais elles ont du mal à se concrétiser et à s’incarner dans les territoires, du fait, notamment, d’une saturation des normes de tous types. A l’inverse d’une culture de l’innovation, nous assistons, impuissants, à l’émergence d’une pensée qui laisserait entendre que l’addition des optimums aboutirait à la meilleure architecture. Si l’innovation est en partie une désobéissance qui a réussi, il faut cependant faire l’inventaire de ces idées, décloisonner leurs contextes d’origine, les renforcer en créant des synergies entre enseignement, recherche et métiers, pour progressivement inventer une nouvelle culture architecturale. Ces idées doivent s’élaborer à partir des connaissances internes à la discipline architecturale, mais elles doivent aussi s’ouvrir à d’autres champs, comme les ingénieries techniques, la sociologie, l’anthropologie, le design industriel. Car même si l’architecture n’appartient pas qu’aux architectes, ils sont les seuls formés à cette discipline et les mieux placés pour opérer une synthèse entre tous les champs disciplinaires concernés par l’acte de bâtir.

 

Aussi, nous proposons de créer un dispositif ambitieux d’innovation en architecture et par l’architecture qui s’appuierait sur cinq grandes mesures fondamentales: un label national facilitant la réalisation d’opérations architecturales expérimentales portées par les acteurs de terrain; un soutien à la création de chaires partenariales de recherche architecturale mobilisant les communautés d’innovation sur de grands enjeux; un soutien au développement de chantiers-démonstrateurs architecturaux dans les régions; un plan national de développement des contrats doctoraux en entreprises d’architecture; et enfin, un portefeuille pour l’innovation architecturale valorisant l’engagement des jeunes architectes dans l’innovation et l’entreprenariat. Ces cinq mesures fonctionnent comme un écosystème. Les synergies qu’elles développeront permettront d’installer en France un moteur d’innovation architecturale partagé, solidaire, ambitieux et pérenne.

 

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Loi du 3 janvier 1977 sur l'architecture

La loi de 1977 en 4 points

    Il y a quarante ans, le 3 janvier 1977, l’intérêt public de l’architecture était inscrit dans la loi. Au-delà des grands mots, ce texte a marqué un tournant pour la […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus