DOSSIER

« L’occasion de reprendre la maîtrise du projet », par Jacques Lévy-Bencheton, architecte associé et BIM Manager, Brunet-Saunier Architecture, Paris

 

 

Jacques Levy-Bencheton, architecte associé
et BIM Manager, agence Brunet-Saunier
Architecture, Paris

 

J’implémente le BIM – « Building Information Modeling » – à l’agence Brunet Saunier Architecture depuis 2005. Partie prenante dans la plupart des projets et concours de l’agence, je suis en charge de la gestion des systèmes informatiques et de l’implémentation des nouvelles technologies.

Je suis également président et cofondateur de l’association BIM France créée en mars 2013 dans le but de promouvoir, d’encourager, de développer et de généraliser l’utilisation du BIM en France et dans les pays francophones.

L’adoption du BIM en France commence à prendre une certaine ampleur, même si elle reste balbutiante et que les différents acteurs de la filière du bâtiment ne cernent pas encore complètement les limites et l’étendue de ce processus.

Il convient tout d’abord de comprendre et d’assimiler qu’il s’agit d’un processus global. Ce processus remet en question nos méthodes d’études du projet architectural. Il ne s’agit pas d’un nouvel outil logiciel de plus. Cette révolution va peut-être encore plus loin, en remettant en cause la structure même de nos sociétés d’architecture, des économistes de la construction et des bureaux d’études techniques.

J’aimerais mettre à votre appréciation deux sujets afin d’entamer un dialogue. 
Le premier concerne la maîtrise et la propriété de la maquette numérique. Je pense qu’une des principales caractéristiques du BIM réside dans la fusion du modèle 3D et de la base de données. L’Information de l’intégralité des éléments constructifs est liée à la modélisation de ces objets. L’architecte a aujourd’hui, par la maîtrise de ces deux aspects – Model 3D et Information – l’occasion de reprendre vraiment la maîtrise du projet et d’en redevenir par là même le chef d’orchestre. Et ce, jusqu’au terme du chantier.

Le second sujet a trait aux outils de conception architecturale intégrés à la maquette numérique. Les volumes conceptuels et les composants adaptatifs liés à des outils comme Dynamo pour Revit et Grasshopper pour Rhyno, permettent d’intégrer à la maquette numérique toute la partie de conception du projet. La conception directement dans la maquette numérique permet de diriger cette conception dans la bonne direction en fonction des contraintes du programme et de limiter les pertes d’information lors du développement de l’esquisse. La capacité de ces outils permet de faire sur ces composants complexes, dès la phase esquisse, des développés nous facilitant le quantitatif et le chiffrage d’éléments de façades particuliers. Un atout dans les concours sous contrats de conception-réalisation et partenariat public-privé.

Ces deux sujets me paraissent particulièrement importants aujourd’hui pour les agences d’architecture qui sont amenées à franchir le pas vers les nouvelles technologies du BIM.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus