LA GARE, PROGRAMME UTILITAIRE ET SYMBOLIQUE - Livre

Zoom sur l'image LA GARE, PROGRAMME UTILITAIRE ET SYMBOLIQUE - Livre
PHOTO - 29036_1701340_k2_k1_3914331.jpg

Malgré ses deux siècles d'existence, le transport par rail, compte tenu de ses atouts environnementaux, devrait avoir encore de beaux jours devant lui. Une bonne raison pour retracer son histoire et surtout celle de ses gares, édifices riches de promesses, celles d'un ailleurs facilement atteignable, en suivant deux lignes métalliques au sol qu'on appellera « chemin de fer ». Dans un ouvrage très complet, largement illustré de dessins originaux - plans, coupes, perspectives - et de photos d'époque, Bertrand Lemoine retrace l'évolution des gares, de la naissance des premiers « embarcadères » à nos jours - et même un peu au-delà. 

Ce qui change, c'est bien sûr la dimension de la fameuse halle, chasse-gardée des ingénieurs, abritant des voies toujours plus nombreuses et les matériaux employés - bois, métal, verre. Mais c'est aussi et surtout le « bâtiment-voyageur », plus volontiers confié à un architecte, qui remplit des fonctions utilitaires - accueillir les usagers, au départ comme à l'arrivée, et gérer les flux de personnes - et symboliques - représenter et mettre en scène le voyage.

Essor du chemin de fer

Si la toute première ligne est mise en service en 1827 entre Saint-Etienne et Andrézieux, elle est utilisée principalement pour le transport de la houille et des marchandises. La première ligne réservée aux voyageurs voit le jour en 1837, entre Paris et Le Pecq, avant d'être prolongée jusqu'à Saint-Germain. Mais c'est dans la décennie suivante que se mettra en place un réseau national, accompagné de la construction des premières grandes gares, comme à Paris la gare du Nord (1846) avec sa double halle en bois ou la gare de Lyon (1852) et, en province, les gares de Tours (1946), Marseille (1848) ou Dijon (1851). Ces premières grandes gares - qui ont pour la plupart disparu ou dont il reste quelques fragments - témoignent d'une époque où ce programme n'est pas encore affirmé. Avec le Second Empire, le chemin de fer prend son essor, emblème de la révolution industrielle, de la liberté de circuler et du raccourcissement des distances. La gare prend alors un caractère monumental, comme la nouvelle gare du Nord par Hittdorf (1865), la gare d'Austerlitz (1869), ou celles de Nice (1865), de Perrache à Lyon (1857), de Nantes (1853). Construite à la périphérie des villes, elle assume également une fonction urbaine, en générant un quartier avec sa place et son « avenue de la gare ».

Tout un programme

L'auteur poursuit sa chronologie historique jusqu'à aujourd'hui, plusieurs tendances suivant celles de l'architecture en général : Art déco, régionaliste, moderne, fonctionnaliste, époque TGV et projets contemporains. Mais il s'attache aussi à examiner la mise en place de différentes typologies - bâtiment en tête des voies, bâtiment latéral parallèle aux voies, bâtiment entre les voies - et la lente élaboration des programmes : salle des pas perdus, billetterie, salle d'attente, service des bagages, buffet, consigne, bureau de poste… jusqu'à l'introduction massive d'espaces commerciaux, faisant de ce programme, plus que jamais, un lieu de brassage de toutes les populations.

 

LA GARE, PROGRAMME UTILITAIRE ET SYMBOLIQUE - Livre
  • UNE HISTOIRE DES GARES EN FRANCE. Bertrand Lemoine.
    Editions Archibooks, 400 p., 2021, 28 €.
Découvrez tous les articles de ce numéro Consultez les archives 2020 de AMC
PHOTO - 9330_588386_k2_k1_1426985.jpg

Dossier détails : Nez de dalle

27/01/2023

300 A rebours de la mode des enveloppes continues, nombre d'architectes exhument un élément de modénature historique pour habiller leurs projets : les corniches. Mais ils ne se contentent pas d'apposer des éléments de décor en débord de la façade isolée. Epaissies, les corniches deviennent des […]

Latour ou le retour de la philosophie en […]

26/01/2023

300 Enquête dans le monde de l'architecture, pour prendre la mesure des apports de Bruno Latour (1947-2022) à cette discipline. Comment les architectes mobilisent-ils, dans leur pratique et recherche, les notions et outils de celui qui fut tout à la fois sociologue, anthropologue et philosophe des […]

Fauteuil avec Pilati, tapis Constellations avec une literie Mobilier national, PINTO

Maison & Objet et in the City, en bleu, or, et […]

26/01/2023

300 Malgré le froid, les grèves, le public s’est déplacé en nombre pour la semaine de célébration du design du 18 au 23 janvier 2023. Dans Paris ou jusqu’aux halls du Salon de Villepinte, parcours en couleurs. Retour sur ce qu'il faut retenir de cette édition 2023, où en dépit des teintes officielles à […]

Balkrishna Doshi, lauréat du Pritzker Prize 2018

L'indien Balkrishna Doshi, prix Pritzker, est […]

25/01/2023

300 Il était le premier Indien récompensé par la plus prestigieuse des distinctions en architecture, le prix Pritzker 2018. Balkrishna Doshi est décédé le 24 janvier 2023 à Ahmedabad (Inde), à l'âge de 95 ans. Son architecture explore à travers le modernisme, les relations entre les besoins fondamentaux […]

Balkrishna Doshi lauréat du prix Pritzker 2018 - Indian Institute of Management, Bangalore

Retour en images sur 10 réalisations de Balkrishna […]

12/03/2018

300 Récompensé en 2018 pour sa longue carrière, Balkrishna Doshi est le premier architecte indien à recevoir le prestigieux prix Pritzker. Parmi ses réalisations - institutions, programmes mixtes, habitations, espaces publics, galeries et résidences privées - nombre d'entre elles sont situées à […]

Jeune architecture : appel à candidatures pour les femmes de moins de 40 ans

Jeune architecture : AMC s’engage pour la […]

11/01/2023

300 Parce que le monde de l’architecture peine à visibiliser la pratique des professionnelles dans la maîtrise d’œuvre et les métiers de l’architecture, la rédaction d’AMC s’engage pour valoriser les jeunes talents féminins d’aujourd’hui. Un appel à candidatures est ouvert aux femmes moins de 40 ans, […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital