La restauration de la Cité de refuge de Le Corbusier - Livre

Zoom sur l'image La restauration de la Cité de refuge de Le Corbusier - Livre
© Les Éditions du Patrimoine - La cité de refuge, Le Corbusier et Pierre Jeanneret, l’usine à guérir, Gilles Ragot et Olivier Chadoin. Photographies de Cyrille ­Weiner. Les Éditions du Patrimoine. .

Ce copieux ouvrage sur la Cité de refuge, construite en 1933 par Le Corbusier et Pierre Jeanneret pour l’Armée du salut à Paris, est à recommander à tous les étudiants en architecture et patrimoine. Car, en matière de restauration(*) d’édifice patrimonial, ce chantier est un cas d’école. Corédigé par le sociologue Olivier ­Chadoin et l‘historien de l’art Gilles Ragot, avec la participation du photographe Cyrille Weiner, le livre s’organise en une première partie historique, la seconde étant consacrée aux enjeux contemporains de l’accueil social et à l’opération de rénovation.

Ce copieux ouvrage sur la Cité de refuge, construite en 1933 par Le Corbusier et Pierre Jeanneret pour l’Armée du salut à Paris, est à recommander à tous les étudiants en architecture et patrimoine. Car, en matière de restauration(*) d’édifice patrimonial, ce chantier est un cas d’école. Corédigé par le sociologue Olivier ­Chadoin et l‘historien de l’art Gilles Ragot, avec la participation du photographe Cyrille Weiner, le livre s’organise en une première partie historique, la seconde étant consacrée aux enjeux contemporains de l’accueil social et à l’opération de rénovation. Plus de 200 photos et documents d’archives (croquis, plans, reproductions d’articles de presse…), complétés d’images récentes du chantier, permettent de mesurer l’évolution de l’édifice dans toutes ses vicissitudes. L’iconographie documente notamment les versions successives de la façade, d’abord entièrement vitrée, puis enrichie d’allèges et de brise-soleil, et passant, au fil des années, de la monochromie à la polychromie. Plusieurs pages sont consacrées à la longue polémique autour de cette façade hermétique en verre qui marqua les premières années de la Cité de refuge. Le Corbusier souhaitait mettre en application sa théorie de la "respiration exacte", système d’aération maintenant l’air à 18°. ­Malgré son échec manifeste, il répond aux critiques par le mépris et la mauvaise foi, jusqu’à développer un intense ­lobbying auprès des scientifiques et pouvoirs publics pour maintenir sa façade. "Le Corbusier confond volontairement la dimension avant-gardiste et l’efficacité opérationnelle des solutions mises en œuvre, brandissant la première pour masquer l’échec de la seconde", souligne ­justement Gilles Ragot.

Le cas d’une "repatrimonisation"

Dans la seconde partie de l’ouvrage, le texte éclaire la complexité des enjeux de conservation-restauration d’un tel chantier, avec pour parti pris affiché dès le départ de ne pas renoncer à la mission sociale de la cité: l’accueil des sans-abri. Compte tenu des états successifs d’un bâtiment à l’histoire complexe, sur lequel l’architecte lui-même est revenu à plusieurs reprises, quel état de référence prendre en compte? La question se complique avec le Centre espoir, l’extension commandée en 1978 à Georges Candilis et Philippe Verrey. La réponse de François Gruson, mandataire de l’agence Opéra, et François Chatillon, architecte en chef des monuments historiques, sera donc pragmatique. Pas de soumission à une quelconque doxa patrimoniale, mais plutôt un savant dosage de restructuration, restitution à l’identique et de réinterprétation (notamment pour la polychromie). Il a également été décidé de privilégier l’œuvre de Le Corbusier et de faire porter au Centre espoir les contraintes techniques et fonctionnelles, afin de supprimer les faux ­plafonds et gaines techniques qui gênent la lisibilité de l’architecture. Un choix fort qui, comme le souligne Olivier Chadoin, marque une opération de repatrimo­nialisation de la Cité de refuge.

 

(*) Lire AMC n° 250, avril?2016, p. 46-51.

 

  • La cité de refuge, Le Corbusier et Pierre Jeanneret, l’usine à guérir,
    Gilles Ragot et Olivier Chadoin. Photographies de Cyrille ­Weiner. Les Éditions du Patrimoine, 208 pages, 35€.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus

Oyapock

17/10/2018

Issus de l’agence Brenac & Gonzalez et du studio brésilien Arthur Casas, Mathieu Garcia, Florent Descolas, Adrien Mondine, Raphael Franca et Rodrigo Tamburus créent Oyapock en 2015. Leur nom fait référence au fleuve qui sépare la France (Guyane) et le […]

L'ISMO, Institut des sciences moléculaires d’Orsay, par KAAN Architecten

KAAN et FRES réalisent le nouvel écrin de […]

16/10/2018

Dès la rentrée universitaire de 2018, l’ISMO, Institut des sciences moléculaires d’Orsay, s’est installé sur le plateau de Saclay, dans ses nouveaux locaux, signés KAAN Architecten. Derrière son apparence massive et stricte, le […]

L'artiste Brusk s'invite sur le chantier des Ateliers Gaité, de l'agence MVRDV

Arrêt sur chantier : Brusk s'invite aux Ateliers […]

16/10/2018

En attendant le lancement des Ateliers Gaité dans le quartier Montparnasse à Paris, l'opérateur Unibail-Rodamco-Westfield invite des artistes contemporains à investir le chantier en cours. La fresque du street-artiste Brusk est à découvrir sur la […]

Exemple de mobilier développé lors la première édition de Forme publique, 2012

Et si vous dessiniez le futur mobilier urbain de […]

16/10/2018

Jusqu’au 19 novembre 2018, La Défense de Paris invite des équipes de créateurs et d’industriels pour imaginer le mobilier urbain de demain. Pour la quatrième édition de la manifestation biannuelle Forme publique, architectes et designers devront […]

Le musée des Beaux-Arts des Grisons livré en 2016 à Chur, par Barozzi Veiga

Le monolithe du musée des Beaux-Arts de Coire, […]

15/10/2018

Après un premier travail de restauration dirigé par Peter Zumthor, le musée des Beaux-Arts a chargé les architectes barcelonais Fabrizio Barozzi et Alberto Veiga de réaliser son extension. Depuis, l'historique Villa Planta du XIXe siècle est […]

Paul Andreu

Paul Andreu, spécialiste de l'architecture […]

15/10/2018

Ingénieur et architecte, Paul Andreu s'est éteint à l'âge de 80 ans, le jeudi 11 octobre 2018 à Paris. Entre autres distinctions, Grand Prix national d'architecture de 1977, il restera célèbre pour ses nombreuses réalisations […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus