La ville moderne de Genève, redecouvrir Georges Addor - Livre

Zoom sur l'image La ville moderne de Genève, redecouvrir Georges Addor - Livre
© Éditions MétisPresses - Addor Architecte. Textes de Franz Graf, Mélanie Delaune Perrin et Giulia Marino, contribution de Christian Bischoff, préface de Joseph Abram. Éditions MétisPresses, 2015, 456 pages, 68 euros.

Il devient de plus en plus nécessaire de dresser un état de ce que fut la modernité architecturale des années 1950 et 1960, au fur et à mesure que sa substance disparaît sous le polystyrène revêtu d’enduit monocouche ou sous la laine minérale carrossée de panneaux composites. Cette période de production effrénée a su façonner une matérialité si rationnelle, si évidente, qu’elle en est devenue invisible et qu’elle pourrait bien disparaître sans qu’on y prête garde. À la manière d’un biologiste face aux innombrables espèces encore inconnues que le dérèglement climatique menace, Franz Graf et son laboratoire des techniques et de la sauvegarde de l’architecture moderne (TSAM) inventorient, dissèquent ces bâtiments dits « industrialisés » qui ont formé le paysage courant de nos métropoles. L’équipe lausannoise a publié de nombreux ouvrages de référence en la matière (*) : le monumental Addor Architecte prolonge ses recherches sur les systèmes constructifs, tout en les portant vers une dimension historique presque universelle.

Le puissant promoteur immobilier genevois Paul Addor décède en 1947. Son fils, le timide et discret Georges Addor, né en 1920, n’accepte l’encombrant legs, la régie Addor & Julliard, qu’à la condition d’y créer un bureau d’architecture. Diplôme en poche en 1948, il y développe une activité florissante, en synergie avec le juriste Horace Julliard, chargé des achats de terrain, des financements, de la vente puis de la gérance. Le bureau, qui se distingue par ses bâtiments aux parois et murs-rideaux impeccables, exerce également une activité plus classique de maîtrise d’œuvre. S’il signe une cinquantaine de réalisations dont quelques chefs-d’œuvre – l’hôtel Intercontinental, l’école de commerce Saint-Jean ou le siège de Rolex –, c’est surtout par le gigantisme de certaines de ses opérations de logement qu’il fait parler de lui, avec notamment Meyrin Parc et le Lignon. Épuisé, Addor stoppe son activité en 1966, à seulement 46 ans, et meurt en 1982, toujours riche, mais oublié, voire méprisé, du milieu architectural. Au-delà de l’analyse de la contribution majeure d’Addor au développement de la capitale lémanique, ce livre souligne l’exceptionnelle actualité d’une production qui, avec moins de flamboyance que celle d’un Pouillon mais un semblable succès, concilie quantité et exigence, générique et singularité. Comme l’auteur l’a montré pour le Lignon, des transformations ciblées, opérées en fonction de la reconnaissance de ses potentiels matériels, pourraient propulser ce patrimoine moderne particulièrement cohérent du rang de passoire thermique stigmatisée à celui de modèle pour le futur : une réhabilitation exacte ou conforme, aurait pu dire Le Corbusier, auquel le TSAM et Franz Graf ont consacré de nombreux travaux pédagogiques et études.

 

 

(*) La cité du Lignon, 1963-1971 – Étude architecturale et stratégies d’intervention, Infolio, 2012, et Histoire matérielle du bâti et projet de sauvegarde. Devenir de l’architecture moderne et contem­poraine, PPUR, 2014.

 

  • Addor Architecte. Textes de Franz Graf, Mélanie Delaune Perrin et Giulia Marino, contribution de Christian Bischoff, préface de Joseph Abram. Éditions MétisPresses, 2015, 456 pages, 68 euros.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

PHOTO - 010_Image67296.jpg

Dans les archives d'AMC: Raj Rewal, en quête d'une […]

14/05/2021

300 En novembre 2013, Sandrine Gill et Patrick Henry rencontrent Raj Rewal, dans son agence à Delhi. Né en 1934, l'architecte appartient à cette génération post-coloniale d'intellectuels indiens qui ont voyagé et étudié hors de leur pays. S'il reconnaît l'apport de Le Corbusier et Louis Kahn, il ne […]

PHOTO - 24961_1478094_k2_k1_3420683.jpg

Raj Rewal en conversation - Livre

14/05/2021

300 Bien que Raj Rewal, figure du modernisme indien, soit considéré comme l'un des acteurs majeurs de la scène architecturale de l'Asie du Sud-Est, son œuvre demeure largement méconnue tant elle est abondante et protéiforme. A l'heure où la tendance de « la plus grande démocratie du monde » est […]

Palmarès de l'Equerre d'argent 2021, les candidatures sont ouvertes

Équerre d'argent 2021: les candidatures sont […]

12/05/2021

300 Les candidatures pour participer à la 39e édition du palmarès de l'Equerre d'argent sont ouvertes ! Proposez vos réalisations avant le 10 septembre 2021. Décernée depuis 1983, le prix organisé par les rédaction du Moniteur et d'AMC a pour objectif de faire connaître le meilleur de la production […]

Abonnés AMC

Extension d'équipement scolaire, Ateliers O-S, Lugrin (Haute-Savoie)

Pureté des formes et humanité de la matière, une […]

11/05/2021

300 A Lugrin, commune du pays d'Evian offrant un panorama époustouflant sur le lac Léman, la silhouette étirée en Corten du nouveau réfectoire de l'école signée Ateliers O-S émerge du site étagé en terrasses. Avec sa forme archétypale de la grange à deux pans, il joue de la pureté de son volume pour […]

Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris, en charge de l’urbanisme, l’architecture, du Grand Paris, de la transformation des politiques publiques et des relations avec les arrondissements.

PLU bioclimatique, esthétique parisienne et […]

11/05/2021

300 Révision du plan local d'urbanisme, élaboration d'un "Manifeste de l’esthétique parisienne", débat sur la construction de nouvelles tours, etc. Dans un long entretien avec les journalistes du Moniteur, Marie-Douce Albert et Nathalie Moutarde, Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la maire de […]

Abonnés AMC

PHOTO - 24961_1477829_k2_k1_3420175.jpg

L'impossible héritage berlinois, entre mythes et […]

10/05/2021

300 A Berlin, dans le quartier populaire de Neukölln en passe d'être gentrifié, le projet de destruction-reconstruction de l'iconique grand magasin Kartast fait polémique. Un projet confié à David Chipperfield par Signa Holding, qui révèle le rapport ambigu qu'entretient la ville avec les fantômes […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital