La ville moderne de Genève, redecouvrir Georges Addor - Livre

Zoom sur l'image La ville moderne de Genève, redecouvrir Georges Addor - Livre
© Éditions MétisPresses - Addor Architecte. Textes de Franz Graf, Mélanie Delaune Perrin et Giulia Marino, contribution de Christian Bischoff, préface de Joseph Abram. Éditions MétisPresses, 2015, 456 pages, 68 euros.

Il devient de plus en plus nécessaire de dresser un état de ce que fut la modernité architecturale des années 1950 et 1960, au fur et à mesure que sa substance disparaît sous le polystyrène revêtu d’enduit monocouche ou sous la laine minérale carrossée de panneaux composites. Cette période de production effrénée a su façonner une matérialité si rationnelle, si évidente, qu’elle en est devenue invisible et qu’elle pourrait bien disparaître sans qu’on y prête garde. À la manière d’un biologiste face aux innombrables espèces encore inconnues que le dérèglement climatique menace, Franz Graf et son laboratoire des techniques et de la sauvegarde de l’architecture moderne (TSAM) inventorient, dissèquent ces bâtiments dits « industrialisés » qui ont formé le paysage courant de nos métropoles. L’équipe lausannoise a publié de nombreux ouvrages de référence en la matière (*) : le monumental Addor Architecte prolonge ses recherches sur les systèmes constructifs, tout en les portant vers une dimension historique presque universelle.

Le puissant promoteur immobilier genevois Paul Addor décède en 1947. Son fils, le timide et discret Georges Addor, né en 1920, n’accepte l’encombrant legs, la régie Addor & Julliard, qu’à la condition d’y créer un bureau d’architecture. Diplôme en poche en 1948, il y développe une activité florissante, en synergie avec le juriste Horace Julliard, chargé des achats de terrain, des financements, de la vente puis de la gérance. Le bureau, qui se distingue par ses bâtiments aux parois et murs-rideaux impeccables, exerce également une activité plus classique de maîtrise d’œuvre. S’il signe une cinquantaine de réalisations dont quelques chefs-d’œuvre – l’hôtel Intercontinental, l’école de commerce Saint-Jean ou le siège de Rolex –, c’est surtout par le gigantisme de certaines de ses opérations de logement qu’il fait parler de lui, avec notamment Meyrin Parc et le Lignon. Épuisé, Addor stoppe son activité en 1966, à seulement 46 ans, et meurt en 1982, toujours riche, mais oublié, voire méprisé, du milieu architectural. Au-delà de l’analyse de la contribution majeure d’Addor au développement de la capitale lémanique, ce livre souligne l’exceptionnelle actualité d’une production qui, avec moins de flamboyance que celle d’un Pouillon mais un semblable succès, concilie quantité et exigence, générique et singularité. Comme l’auteur l’a montré pour le Lignon, des transformations ciblées, opérées en fonction de la reconnaissance de ses potentiels matériels, pourraient propulser ce patrimoine moderne particulièrement cohérent du rang de passoire thermique stigmatisée à celui de modèle pour le futur : une réhabilitation exacte ou conforme, aurait pu dire Le Corbusier, auquel le TSAM et Franz Graf ont consacré de nombreux travaux pédagogiques et études.

 

 

(*) La cité du Lignon, 1963-1971 – Étude architecturale et stratégies d’intervention, Infolio, 2012, et Histoire matérielle du bâti et projet de sauvegarde. Devenir de l’architecture moderne et contem­poraine, PPUR, 2014.

 

  • Addor Architecte. Textes de Franz Graf, Mélanie Delaune Perrin et Giulia Marino, contribution de Christian Bischoff, préface de Joseph Abram. Éditions MétisPresses, 2015, 456 pages, 68 euros.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Immeuble de bureaux Anis, Dimitri Roussel et Nicolas Laisné, Nice, 2018

Des terrasses de travail imaginées par Nicolas […]

18/09/2019

Pour concevoir un immeuble de bureaux au sein de la ZAC Méridia à Nice, conçue et pilotée par l’agence Devillers et Associés, les architectes Nicolas Laisné et Dimitri Roussel se sont demandé ce qu’est un lieu de travail aujourd’hui. […]

Notre nid par Maxence Grangeot, Festival des Architectures Vives, Montpellier, 2019

Appel à candidatures pour le Festival des […]

18/09/2019

Avec pour objectif de faire découvrir le travail de jeunes architectes, paysagistes et urbanistes, le Festival des Architectures Vives (FAV) ouvre les portes de cours d'hôtels particuliers dans le centre historique de Montpellier, où sont exposées des installations […]

Nicolas Laisné et Dimitri Roussel

Nicolas Laisné et Dimitri Roussel - Portrait

18/09/2019

Fondée en 2003 par Nicolas Laisné (diplômé de Marne-la-Vallée la même année) et rejointe en 2010 par Dimitri Roussel (diplômé de La Villette en 2007), l’agence d’architecture Laisné-Roussel est à l'origine de […]

Tod Williams et Billie Tsien à leur agence à New York, 2019

Tod Williams et Billie Tsien sont les lauréats du […]

17/09/2019

Depuis 1988, la Japan Art Association, plus ancienne fondation culturelle du Japon, décerne chaque année le Praemium Imperiale. Un prix qui récompense des disciplines aussi variées que l’architecture, la peinture, la sculpture, la musique et le […]

Vue intérieure de la bibliothèque l'Heure Joyeuse, Ellena Mehl architectes, Paris, 2018

L'Heure Joyeuse d'Ellena Mehl architectes

17/09/2019

Dans le 5e arrondissement de Paris, à quelques encablures de la place Saint-Michel, le bâtiment datant de 1975 et abritant la bibliothèque l’Heure Joyeuse devenait vétuste et non conforme à l’accueil du public. La mission de l’agence Ellena Mehl […]

Extérieur du Groupe scolaire Miriam Makeba, TOA, Nanterre, 2019

TOA livre la première école en terre crue […]

16/09/2019

C’est à Nanterre (Hauts-de-Seine) que le premier bâtiment public en terre crue voit le jour en Ile-de-France. La municipalité souhaitait, lors du concours en 2015, expérimenter un nouveau matériau avec pour objectif un groupe scolaire « à […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus