Le Confluence Institute d'Odile Decq, un enseignement alternatif

Zoom sur l'image Le Confluence Institute d'Odile Decq, un enseignement alternatif
© Mazen Saggar - Odile Decq, directrice et cofondatrice avec Matteo Cainer de l’institut Confluence à Lyon

Articles Liés

L’école d’architecture privée d’Odile Decq reconnue outre-manche

Alors que le Royal Institute of Britsh Architects (RIBA) vient de reconnaître le diplôme de l’école privée Confluence Institute, créée en 2013 par Odile Decq à Lyon, retour sur le point de vue de sa directrice sur l'enseignement de l'architecture en France. 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi créer une nouvelle école d’architecture? Est-ce en réaction à l’enseignement actuel ?

Non, c’est une proposition différente, alternative. Il faut arrêter de croire que les écoles d’architecture mènent obligatoirement à une profession. Faire des études d’architecture ne signifie pas forcément devenir architecte. C’est un apprentissage qui développe la capacité de penser et de proposer des solutions et qui ne vise pas à former des exécutants répondant à une commande. Il faut envisager une plus grande diversification: devenir scénographe, couturier, urbaniste, gérer des problèmes complexes en entreprise... selon l’ouverture d’esprit des étudiants et leurs opportunités.

 

Concernant la formation professionnelle des architectes, comment l’envisagez-vous?
Elle arrivera dans un second temps. Une fois que nous aurons la reconnaissance du diplôme, nous développerons la formation professionnelle à travers une habilitation à la maîtrise d’œuvre en nom propre (HMONP) que nous essaierons de faire évoluer. Je pense qu’il est absurde de donner cette habilitation un an seulement après le diplôme. Il vaudrait mieux poursuivre par deux ou trois ans d’exercice en agence comme cela se pratique ailleurs, notamment en Grande- Bretagne.
 
En quoi l’enseignement de l’institut Confluence se distinguera-t-il?
Nous allons d’abord fonctionner par séminaires intensifs. Par exemple, Alfredo Brillembourg, qui a travaillé dans les bidonvilles de Sao Paulo et Caracas, interviendra cet automne autour de l’action sociale et l’interaction avec la ville. Il y aura aussi des cours de neurosciences pour resituer la question du corps dans l’espace. Nous mettrons en place le studio vertical ou tout le monde participe au même projet, de la première à la cinquième année. C’est un peu le principe des Beaux-Arts autour de l’atelier, avec l’obligation de changer de studio chaque année. Enfin, comme dans les grandes écoles internationales, l’enseignement ira de la réflexion jusqu’à la fabrication, en passant par le prototypage. En France, certains établissements ne disposent pas d’ateliers de maquettes, c’est dramatique.
 
Les Ensa assurent être sous- dotées...
Certes, mais il faut arrêter de tout attendre de l’État. Désormais, un directeur d’école doit avoir des idées et trouver des moyens par lui-même. Quand je suis arrivée à l’ESA en 2007, j’ai constaté que l’école ne disposait que d’un atelier bois. Je suis allée directement voir les fabricants pour obtenir une découpe laser en expliquant que l’école serait la première à l’utiliser. Il est possible de négocier avec les industriels qui savent que les étudiants représentent un potentiel de clients et donc, un marché.
 
Pourquoi, selon vous, n’y a-t- il pas d’écoles françaises avec un positionnement fort ?
Le Ministère devrait les autoriser à être plus autonomes. Mais les écoles doivent aussi accepter d’être différentes et la différence fait peur. Les enseignants ont besoin de certitudes. Le malaise dans la profession d’architecte fait que tout le monde veut se raccrocher à un système standardisé, à se rapprocher de l’ingénierie ou de la recherche.
 
 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Europan 15: Le faubourg du réemploi, projet […]

18/02/2020

Concours d’idées biennal ouvert aux architectes, paysagistes et urbanistes européens âgés de moins de 40 ans, Europan a dévoilé sa 15e cuvée, lancée sur le thème “La ville productive”. C'est la seconde édition […]

CHARLOTTE PERRIAND, L'ŒUVRE COMPLÈTE, VOLUME 4 - 1969-1999

Charlotte Perriand bâtisseuse - Livre

18/02/2020

Pour tous ceux qui douteraient encore des talents de bâtisseuse de Charlotte Perriand malgré la grande rétrospective que lui consacre la Fondation Louis Vuitton jusqu'au 24 février 2020 à Paris, il faut plonger dans ce dernier volume de son œuvre […]

Pavillon Serpentine 2020, Counterspace architectes, Londres, vue intérieure

Multiculturalisme et recyclage à la galerie […]

17/02/2020

C'est l'agence Counterspace, une inconnue venue de Johannesburg (Afrique-du-Sud), qui réalisera l'édition 2020 du pavillon éphémère de la galerie Serpentine, dans les jardins de Kensington à Londres. Inauguration prévue le 11 juin 2020. Le […]

Régis Roudil archietcte, Atelier Régis Roudil architectes

Régis Roudil architecte - Portrait

17/02/2020

L'architecte Régis Roudil fonde son agence à Aix-en-Provence en 2013. Diplômé en 2008 de l’école d’architecture de Marseille, Régis Roudil passe par les agences niçoises Comte Vollenweider et Marc Barani, avant de s’installer en […]

Les structures hybrides de James Casebere à la […]

14/02/2020

Connu pour son travail photographique à partir de maquettes d’architecture, James Casebere s'affirme, une fois de plus, comme un maître de la mise en scène. Présentée jusqu'au 7 mars 2020 à la galerie Templon à Paris, son exposition […]

De?tail du rangement Be Hold, incluant séparateurs de livres, P. Urquiola

Bureaux clarifiés par Patricia Urquiola, à Lyon

14/02/2020

A Lyon, le bureau du fabricant de mobilier de bureaux Haworth est une vitrine de sa vision du travail. Patricia Urquiola, directrice artistique du groupe déjà au cœur du design de meubles et de tissus du fabricant, vient de revoir l’aménagement de son site […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus