Le "Corbu, je t’aime moi non plus" de François Chaslin - Livre

Zoom sur l'image Le Corbu, je t’aime moi non plus de François Chaslin - Livre
© seuil - Un Corbusier

François Chaslin est atteint de « Corbuïte » aiguë et, apparemment, il n’est pas le seul au vu des polémiques qui se sont déchaînées autour des révélations – qui n’en sont pas vraiment pour les plus avertis – du passé douteux ou pas très reluisant du grand maître. Le Corbusier est un fasciste et il faudrait revoir ses réalisations à l’aune de ce filtre idéologique, dénaturer ce que l’on peut considérer comme la plus grande œuvre architecturale du XXe siècle. Là n’est en aucun cas le propos de François Chaslin, d’autres s’en chargent pour lui, car l’écrivain, et non pas biographe ou critique, signe ici un livre on ne peut plus personnel : c’est Un Corbusier mais c’est son Corbu. Il ne faut donc pas s’attendre à une biographie au sens classique du terme, ni à un essai historique sur Le Corbusier.

 

C’est un pavé de 500 pages qui se lit comme un roman policier, un objet inclassable où on a l’impression de pénétrer le cerveau de l’architecte et, en miroir, d’assister à la mue de l’auteur faisant le compte de ses années passées. C’est aussi et surtout, un livre d’histoires tant les personnages, célèbres et anonymes, sont nombreux à traverser les pages. Qu’ils gravitent de près ou de loin autour de la figure de l’architecte, ils participent à rendre palpable la chair d’une époque, à dresser le tableau d’une comédie humaine.

Portraits hybrides

Oui, l’ouvrage est dense et méandreux, mais cette touffeur, volontaire, participe à lui donner de la teneur. Il y a un effet de masse qui multiplie les points de vue – du plus petit au plus grand – et même si, bien souvent on a déjà oublié le nom d’une personne avant de tourner la page, cela n’est pas bien grave. Car ce qui compte ici, c’est que cela fourmille, que cette profusion donne de la profondeur. Paradoxalement, cela humanise aussi Le Corbusier dans le sens où il y apparaît déconceptualisé, en action, et qu’on a l’impression parfois de pouvoir le toucher. S’il y a une indéniable familiarité qui s’instaure au fil des 24 chapitres avec ce « Dieu » de l’architecture, elle n’est rendue possible que grâce aux travaux de recherche titanesques de l’auteur, à ses obsessions, voire à son fétichisme… L’admiration est immense, ce qui ne l’empêche pas de faire un portrait cru et sans ménagement. Et c’est peut-être là que se situe le plus grand mérite du livre, cette ambiguïté qui naît de la superposition ou plutôt de l’imbrication entre la puissance des citations innombrables, le sérieux du niveau des investigations et le voile autofictionnel qui le recouvre. On apprend forcément plein de choses sur Le Corbusier, des anecdotes les plus prosaïques à une véritable mise en perspective de ses projets et revirements politiques. Et pourtant, ce qui est le plus intéressant c’est le rapport que l’on peut presque qualifier d’intime, que François Chaslin entretient avec lui. Il s’agit d’une passion qui traverse sa vie, l’accompagne depuis petit – son propre père, l’ingénieur Paul Chaslin n’est pas loin – et le suivra, n’en doutons pas, jusqu’à sa mort. Là où cela devient troublant, surtout quand on sait l’étendue de sa culture architecturale, c’est la manière avec laquelle il dépeint l’évolution de son approche corbuséenne qui correspond aussi à celle de son propre chemin vers la maturité intellectuelle et humaine, entre naïveté et désenchantement. Car il y a l’homme et il y a les œuvres, comme il y a le temps de Le Corbusier et celui de l’auteur en train d’écrire à la première personne. C’est dans ces entre-deux pleins de doutes que le livre touche à quelque chose d’existentiel et tente, au fond, de répondre à ce qui fait une vie, architecte de génie ou pas.

 

 


  • Un corbusier, François Chaslin, Éditions Seuil, collection Fiction & Cie, 524 p., 24 €.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

PHOTO - 29820_1743685_k2_k1_4008033.jpg

Un hôtel bas carbone en modules de bois […]

30/09/2022

300 Conçu par l'agence d'architecture VON M, cet hôtel constitue l'assemblage de modules préfabriqués en bois, réalisés en usine dans le Voralberg à partir de lamellé-croisé produit localement. Dans le centre-ville de Ludwigsbourg (Allemagne), cet hôtel bas carbone construit à partir de modules […]

PHOTO - 30472_1782076_k6_k1_4104313.jpg

Un cadavre exquis par des logements, un parking et […]

29/09/2022

300 Près de la gare Saint-Jean à Bordeaux, ce programme mixte imbrique 46 logements et un parking au-dessus d'un centre de propreté municipal. A la croisée des usages qui fabriquent aujourd'hui un tissu fonctionnel, l'opération revendique le collage urbain par sa façade stratifiée. Pour Benjamin Colboc […]

PHOTO - 30472_1782010_k2_k1_4104158.jpg

COSA - portrait

29/09/2022

300 Arnaud Sachet et Benjamin Colboc fondent l'agence Cosa en 2016, à Paris. Arnaud Sachet, diplômé de l'ENSAIS en 2001, et Benjamin Colboc, diplômé de Paris Belleville en 2003, ont fondé Cosa en 2016, après avoir collaboré au sein de Colboc Franzen & associés. Recherchant des réponses simples à des […]

PHOTO - 30472_1782147_k2_k1_4104695.jpg

DORTE MANDRUP, UN ART DE L'ENRACINEMENT - […]

28/09/2022

300 Réunissant cinq projets conçus pour des lieux symboliques, l'exposition « Place », à la maison du Danemark à Paris, donne un aperçu de la méthode de l'architecte danoise Dorte Mandrup, mêlant analyse du contexte et harmonie des formes. A l'ère de l'anthropocène, elle invite à redécouvrir le dialogue […]

Ilulissat Icefjord Centre, Groenland, Dorte Mandrup architects

La démarche de Dorte Mandrup, en conférence

28/09/2022

300 Jeudi 13 octobre 2022, l'architecte Lars Johan Almgren, représentant de l'agence scandinave Dorte Mandrup, donnera une conférence à la maison du Danemark à Paris. L'occasion de découvrir autrement les projets présentés dans l'exposition "Place, Architecture et paysage en symbiose", consacrée aux […]

Tour de logements, Barcelone (Espagne), Studio Odile Decq architecte

En rouge et blanc, une tour de luxe à Barcelone […]

27/09/2022

300 Conçue par Odile Decq, cette tour de 30 étages abritant des logements de haut standing, se dresse à l'entrée de l'emblématique avenue Diagonal à Barcelone. Le projet a été distingué par le Chicago Atheneum International Award 2022, dans la catégorie High Rises / Skyscrapers. En 2015, le Studio Odile […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital