Le "Corbu, je t’aime moi non plus" de François Chaslin - Livre

Zoom sur l'image Le Corbu, je t’aime moi non plus de François Chaslin - Livre
© seuil - Un Corbusier

François Chaslin est atteint de « Corbuïte » aiguë et, apparemment, il n’est pas le seul au vu des polémiques qui se sont déchaînées autour des révélations – qui n’en sont pas vraiment pour les plus avertis – du passé douteux ou pas très reluisant du grand maître. Le Corbusier est un fasciste et il faudrait revoir ses réalisations à l’aune de ce filtre idéologique, dénaturer ce que l’on peut considérer comme la plus grande œuvre architecturale du XXe siècle. Là n’est en aucun cas le propos de François Chaslin, d’autres s’en chargent pour lui, car l’écrivain, et non pas biographe ou critique, signe ici un livre on ne peut plus personnel : c’est Un Corbusier mais c’est son Corbu. Il ne faut donc pas s’attendre à une biographie au sens classique du terme, ni à un essai historique sur Le Corbusier.

 

C’est un pavé de 500 pages qui se lit comme un roman policier, un objet inclassable où on a l’impression de pénétrer le cerveau de l’architecte et, en miroir, d’assister à la mue de l’auteur faisant le compte de ses années passées. C’est aussi et surtout, un livre d’histoires tant les personnages, célèbres et anonymes, sont nombreux à traverser les pages. Qu’ils gravitent de près ou de loin autour de la figure de l’architecte, ils participent à rendre palpable la chair d’une époque, à dresser le tableau d’une comédie humaine.

Portraits hybrides

Oui, l’ouvrage est dense et méandreux, mais cette touffeur, volontaire, participe à lui donner de la teneur. Il y a un effet de masse qui multiplie les points de vue – du plus petit au plus grand – et même si, bien souvent on a déjà oublié le nom d’une personne avant de tourner la page, cela n’est pas bien grave. Car ce qui compte ici, c’est que cela fourmille, que cette profusion donne de la profondeur. Paradoxalement, cela humanise aussi Le Corbusier dans le sens où il y apparaît déconceptualisé, en action, et qu’on a l’impression parfois de pouvoir le toucher. S’il y a une indéniable familiarité qui s’instaure au fil des 24 chapitres avec ce « Dieu » de l’architecture, elle n’est rendue possible que grâce aux travaux de recherche titanesques de l’auteur, à ses obsessions, voire à son fétichisme… L’admiration est immense, ce qui ne l’empêche pas de faire un portrait cru et sans ménagement. Et c’est peut-être là que se situe le plus grand mérite du livre, cette ambiguïté qui naît de la superposition ou plutôt de l’imbrication entre la puissance des citations innombrables, le sérieux du niveau des investigations et le voile autofictionnel qui le recouvre. On apprend forcément plein de choses sur Le Corbusier, des anecdotes les plus prosaïques à une véritable mise en perspective de ses projets et revirements politiques. Et pourtant, ce qui est le plus intéressant c’est le rapport que l’on peut presque qualifier d’intime, que François Chaslin entretient avec lui. Il s’agit d’une passion qui traverse sa vie, l’accompagne depuis petit – son propre père, l’ingénieur Paul Chaslin n’est pas loin – et le suivra, n’en doutons pas, jusqu’à sa mort. Là où cela devient troublant, surtout quand on sait l’étendue de sa culture architecturale, c’est la manière avec laquelle il dépeint l’évolution de son approche corbuséenne qui correspond aussi à celle de son propre chemin vers la maturité intellectuelle et humaine, entre naïveté et désenchantement. Car il y a l’homme et il y a les œuvres, comme il y a le temps de Le Corbusier et celui de l’auteur en train d’écrire à la première personne. C’est dans ces entre-deux pleins de doutes que le livre touche à quelque chose d’existentiel et tente, au fond, de répondre à ce qui fait une vie, architecte de génie ou pas.

 

 


  • Un corbusier, François Chaslin, Éditions Seuil, collection Fiction & Cie, 524 p., 24 €.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

La Samaritaine, Sanaa, Paris (Ier)

La Samaritaine de Sanaa a ouvert ses portes

23/06/2021

300 Créée en 1870 par les époux Cognacq-Jaÿ qui bâtirent un empire à partir d’une échoppe installée au coin des rues de la Monnaie et du Pont-Neuf à Paris, la Samaritaine vient enfin de rouvrir ses portes, fermées depuis 2005. Restructuré par l’agence japonaise Sanaa, le grand magasin, monument à part […]

Centquatre (Paris), exposition

Collection d'énergies positives - Exposition au […]

23/06/2021

300 Encore Heureux, l'artiste Bonnefrite et l'Ecole urbaine de Lyon présentent au Centquatre une exposition, pour encourager les consciences climatiques. Aux pessimistes et aux collapsologues, ils opposent une multitude d'initiatives qui construisent un monde plus durable et équitable. "On n'a pas de […]

Abonnés AMC

LC2 LE CORBUSIER, PIERRE JEANNERET, CHARLOTTE PERRIAND

Design: les dessous de la réédition

22/06/2021

300 Le culte du passé est vendeur. Les rééditions de meubles ou de luminaires prennent une place grandissante. Ces « classiques » sont d'autant plus vite adoptés qu'ils sont inscrits dans la mémoire collective, sinon cautionnés par l'histoire du design. Valeurs sûres stylistiques, ils participent aussi […]

PHOTO - 25413_1500786_k2_k1_3472552.jpg

Passages sportifs - Livre

22/06/2021

300 Longtemps ignoré, le patrimoine sportif est aujourd'hui reconsidéré. En particulier les lieux monumentaux que sont les stades, lesquels disent beaucoup d'une ville, d'une région, voire d'un pays, tant ils sont lourds de symboles et souvent chargés de mémoire. De manière originale, cet ouvrage […]

Abonnés AMC

23 logements sociaux, extension d'hôtel et commissariat, Paris (VIIIe), Nicolas Reymond / PAN

Le minéral en commun, logements sociaux, hôtel et […]

21/06/2021

300 Près de l'arc de Triomphe à Paris, sur la ZAC Beaujon, deux bâtiments signés Nicolas Reymond et PAN tirent parti de leur mixité programmatique pour composer une remarquable unité bâtie. Une insertion contextuelle qui passe autant par la minéralité que par l'expression des façades, où le rythme prime […]

Abonnés AMC

Antarctic Resolution - Giulia Foscari / UNLESS - 17ème biennale d'architecture de Venise

Venise 2021, le top 10 de la rédac #9 : […]

21/06/2021

300 L’Antarctique, c’est 10% de la masse terrestre. Un territoire contesté, considéré à la fois comme une ressource, dans un monde dont la population ne cesse de croître, mais aussi comme une source d’information précieuse pour les scientifiques qui s’intéressent au climat. « Antartic Resolution » […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital