Le non-conformisme d’Henri Raymond - Livre

Zoom sur l'image Le non-conformisme d’Henri Raymond - Livre
© Editions Parenthèses - L’architecture, les aventures spatiales de la raison Henri Raymond, préface de Jean-Pierre Frey, Collection Eupalinos/A+U, Editions Parenthèses

Articles Liés

Passage à l’acte, les recettes de Patrick Bouchain - Livre

L'architecte, portrait et clichés - Livre

Relire le grand sociologue de l’architecture que fut Henri Raymond (1921-2016) est une entreprise à saluer, due à Jean-Pierre Frey, professeur émérite à l’Ecole d’urbanisme de Paris.

La réédition de L’architecture, les aventures spatiales de la raison est précieuse, car le sociologue Henri Raymond appartient à une génération qui publia peu (hormis ses articles, on ne lui connaît qu’un petit manuel d’analyse de contenu et deux ouvrages écrits en collaboration avec l’équipe des Pavillonnaires), alors que son enseignement et ses recherches ont exercé une grande influence sur les architectes post-1968. Disciple d’Henri Lefebvre (auquel il succéda à Paris X-Nanterre), en rupture avec une sociologie marxiste alors dominante, fondateur avec Bernard Huet et Roger-Henri Guerrand d’UP 8 (l’actuelle Ensa Paris-Belleville), son non-conformisme intellectuel sut séduire les jeunes architectes, alors sensibles aux sirènes des sciences sociales.

Des villas palladiennes à la parole de l’habitant

Raymond était également un fin connaisseur de l’architecture italienne de la Renaissance, un lecteur d’Argan, Benevolo, Tafuri, Zevi, etc., sur lesquels il s’appuie dans cet ouvrage pour croiser avec virtuosité l’histoire, les sciences sociales et l’architecture, dans l’étude des villas palladiennes et des villes baroques. Car l’ambition de Raymond était, non pas d’écrire une histoire sociale de l’architecture, mais, selon un renversement marxiste typique, une histoire architecturale de la société. Qu’entendait-il par là ? Que ce n’est pas la société qui permet de comprendre l’architecture, mais c’est la production architecturale qui permet de comprendre la société.

 

Raymond doit à Barthes l’apport de la sémiologie, très en vogue à l’époque, pour l’étude de la typologie. A la «commutation», système qui permet de passer de la commande du client au projet de l’architecte, il ajoute la «transmutation» des signes, qui explique les transformations stylistiques, lesquelles relèvent plus proprement de la discipline architecturale.

 

Le second volet du livre est consacré à ce qui a été une référence pour de nombreux chercheurs: le statut de la parole de l’habitant. Raymond est le premier sociologue à questionner les habitants sur une lecture approfondie de l’architecture, selon une double méthode, très spécifique, d’écoute et d’analyse de la parole. La finesse de ses interprétations sur «l’habitant face à l’architecture», en particulier sur la coupure entre la perception de la façade et celle de l’intérieur, n’a rien perdu de leur pertinence. En ayant su s’emparer de l’architecture, au moyen de l’histoire de l’art, de l’ethnologie, de la sociologie et de la sémiologie, passant de Palladio à Le Corbusier et des églises baroques aux grands ensembles, Henri Raymond apparaît aujourd’hui comme l’un des derniers témoins d’une génération cultivée et critique, dont ce livre est le manifeste d’une pensée complexe mais libre.

  • L’architecture, les aventures spatiales de la raison, Henri Raymond, préface de Jean-Pierre Frey
  • Collection Eupalinos/A+U, Editions Parenthèses, 256 p. 18 €.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Paulo Mendas da Rocha. Fauteuil Paulistano, 1957, Objekto

Le mobilier d'architectes s'expose à la Cité de […]

19/07/2019

Si elle s’avère une pratique assez courante chez les architectes contemporains, la production de mobilier revêt une grande diversité de formes et de motivations. En témoigne l’exposition « Mobilier d’architectes, 1960-2020 », actuellement […]

Made in URSS : Design et graphisme, 1950-1989, Justin McGuirk

L’univers soviétique au quotidien

19/07/2019

En Occident, les études sur le design soviétique sont rares et, dans notre conscience collective, le mode de vie induit par la société communiste a conduit à sa chute tout autant que son système politique. Sans chercher à revisiter l’histoire […]

Laboratoire dermatologique à Brabois (54), Aurélie Husson architecte (Studiolada)

Des laboratoires hors standards par Studiolada

18/07/2019

Les laboratoires conçus par Aurélie Husson de Studiolada sont implantés sur l’une des dernières parcelles du technopole de Brabois, un parc d’activité typique des années 1980 de la banlieue de Nancy, qui s’étend au milieu d’une […]

Rendez-vous à suivre

Cinq rendez-vous d'architecture, du 18 au 24 […]

18/07/2019

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Merveilleuses maisons Jusqu’au 27 juillet, à la maison de l'architecture de Normandie, à Rouen Hommage aux maisons d’architectes, alors […]

14 logements sociaux à Saint-Etienne par Link architectes

A Saint-Etienne, une opération de 14 logements […]

17/07/2019

Pour que leur bâtiment fasse corps avec le déjà-là, les architectes l’ont conçu avec les qualités urbaines et esthétiques de son environnement. Dans un contexte bouché et minéral, où les perspectives sont rares, […]

Link architectes. Gérald Lafond, Jérôme Glairoux et Romain Chazalon

Link architectes - Portrait

17/07/2019

Basée à Lyon, l'agence Link architectes a été fondée en 2010 et regroupe les architectes Jérôme Glairoux, Romain Chazalon et Gérald Lafond. Jérôme Glairoux, Romain Chazalon et Gérald Lafond sont diplômés de […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus