Le numéro de février d'AMC est paru

Zoom sur l'image Le numéro de février d'AMC est paru
AMC n°293-février 2021, couverture

Au sommaire du numéro d'AMC qui vient de paraître (n°293-février 2021) et disponible en format numérique: un événement sur le souffle utopique de la science-fiction, un dossier sur la transformation d'usage du patrimoine ordinaire, des détails "toitures praticables" et une matériauthèque "impression 3D". Mais aussi, les réalisations du mois: l'Ecole normale supérieure sur le campus de Paris-Saclay par RPBW, un groupe scolaire à Drancy par Jean et Aline Harari, les 182 logements étudiants de Canal Architecture à Paris (XIXe), 30 logements de transition par OBOH à Stains, et une salle de dégustation viticole à Cognac par EDGAR. En référence, l'Ecole Louis-Lumière à Noisy-Le-Grand.

Edito

Déclaration d'amour

La crise sanitaire et les différentes formules qui ont incité les Français à rester chez eux depuis près d'un an - du couvre-feu au confinement - ont remis la question de l'habitat au centre des préoccupations. En ce début d'année 2021, c'est même à un déferlement que l'on assiste, une passion soudaine pour l'espace domestique, jusqu'à en faire un enjeu de santé mentale, voire de survie. La presse nationale s'empare du sujet et interroge les Français (Le Monde du 18 Janvier) : le logement idéal devrait avoir une pièce en plus - pour travailler au calme -, un séjour multifonction - pour l'exercice physique -, une grande cuisine - vive les plats faits maison ! - et une entrée séparée avec vestiaire - pour laisser les miasmes à l'extérieur du foyer. Investisseurs et promoteurs ne sont pas en reste. Ils ont compris que le développement du télétravail pourrait impacter durablement l'immobilier tertiaire (-44 % de surfaces louées en Ile-de-France en 2020) ; ils réorientent leurs investissements vers le résidentiel, neuf ou à partir de la reconversion de bureaux vacants, emboîtant le pas à Action logement (lire p. 55), qui compte acquérir pour 1,5 milliard d'euros d'immeubles à transformer dans les trois ans à venir. De leur côté, les pouvoirs publics se mobilisent pour renforcer la qualité de l'habitat social (rapport Lemas du 15 janvier). Ils lanceront « d'ici l'été » un appel à manifestation d'intérêt pour la construction ou la réhabilitation de 50 000 logements « expérimentaux ». A grand renfort d'ITE ? Non : « Si on se contente de faire des économies d'énergie en transformant des passoires thermiques en bouteille thermos, on n'ira pas très loin », indique le rapport. L'ambition architecturale est donc au programme : les logements seront innovants, tant dans leur conception intérieure que dans leur lien à l'environnement proche. Pour finir, devançant la Saint-Valentin, Roselyne Bachelot s'est répandue en déclarations d'amour : « Vous exercez un métier essentiel, dont la nécessité est rarement apparue avec autant d'acuité qu'aujourd'hui », a-t-elle déclaré lors des vœux de l'Ordre. Et encore le lendemain, à l'occasion de la remise du rapport Lemas : « L'architecture n'est pas un luxe, elle est la condition d'une société digne, épanouie, où chacun peut littéralement avoir sa place. » Certes, les architectes ont trop souvent été, dans le passé, payés de mots pour ne pas se méfier. Mais toute crise facilitant les prises de conscience, on a, cette fois, envie d'y croire. Gilles Davoine, rédacteur en chef

 

Le numéro de février d'AMC est paru
Découvrez tous les articles de ce numéro Consultez les archives 2021 de AMC

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital