Le patrimoine des Lieux de culte lyonnais - Livre

Zoom sur l'image Le patrimoine des Lieux de culte lyonnais - Livre
© Editions Lieux Dits - Le patrimoine des Lieux de culte lyonnais

Articles Liés

La pierre dans tous ses états - Livre

Une philosophie politique de l’espace public - Livre

Déconstruire un pont à Gênes, de Morandi à Piano - Livre

Entre 1900 et 2012, 165 sanctuaires ont été bâtis dans un territoire comprenant, outre le département du Rhône, le nord de la Loire autour de Roanne. Un patrimoine à redécouvrir grâce à la somme établie par Maryannick Chalabi et Violaine Savereux-Courtin, respectivement conservatrice en chef honoraire du patrimoine et conservatrice du patrimoine.

En plus d’un remarquable travail de fiches détaillées sur chaque édifice cultuel, les auteures livrent une passionnante analyse sur les interactions entre le positionnement social de l’Eglise, les pratiques liturgiques, les modes de financement et de maîtrise d’ouvrage, l’attitude des municipalités et l’inscription dans les grands courants architecturaux. Le tout, en perpétuelle mutation, de l’Eglise encore triomphante à la première moitié du XXe siècle jusqu’aux désacralisations de lieux de culte survenues ces trois dernières décennies, pour leur reconversion en cinéma associatif, salle d’escrime, etc. Divisé chronologiquement en quatre parties, l’ouvrage témoigne du peu d’impact qu’eut l’Art nouveau sur les édifices alors entrepris dans le diocèse. L’Art déco imprime beaucoup plus fortement sa marque. Pionnière, l’église de la Sainte-Famille à Villeurbanne, commune ouvrière jouxtant Lyon (1926-1927): dans un quartier marqué par une communauté italienne profondément catholique, le financement de plusieurs industriels permet aux architectes Louis et Louis-Gabriel Mortamet de lui donner son ample vaisseau rythmé d’arcs paraboliques et de vitraux dus à Georges Décôte. L’immédiat après-guerre est marqué par Notre-Dame-de-l’Assomption dans le village de Brussieu (1950-1952): éléments d’architecture vernaculaire, béton de granit brut et claustras en verre coloré font une puissante prière. Son architecte est François-Régis Cottin, qui signera Notre-Dame-du-Monde-Entier (1962-1969), la plus remarquable des quatre églises du grand ensemble lyonnais de la Duchère, avec celle érigée par Pierre Genton. Franck Grimal et Maurice Novarina étant les autres créateurs majeurs d’alors. Avec Saint-Thomas de Vaulx-en-Velin (2008-2012), l’agence Siz’-ix atteint la même qualité.

 

  • ÉGLISES XXe DU DIOCÈSE DE LYON, Maryannick Chalabi et Violaine Savereux-Courtin. Editions Lieux Dits, 352 p., 2019, 39 €

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital