Learning from Alabama: entretien avec Rural Studio

Zoom sur l'image Learning from Alabama: entretien avec Rural Studio
© Timothy Hursley - Rural Studio, la Rosa Lee House (2009), en bardage de cèdre débité par les étudiants, Footwash (Alabama, Etats-Unis)

Articles Liés

Eduardo Souto de Moura : "La règle, aussi scrupuleuse soit-elle, peut être interprétée"

Luca Nichetto, designer : "sans risques, où va la création ?"

Prônant la sobriétél’atelier pédagogique Rural Studio a développé, dès le début des années 1990 dans l’Alabama (Etats-Unis), un modèle social et environnemental plus que jamais d’actualité. Son fondateur, Samuel Mockbee, architecte anticonformiste décédé en 2001, était convaincu de la nécessité de réformer l’enseignement de l'architecture et la pratique du métier pour revenir au sens ontologique de l’acte de construire: «donner à tous un toit doté d’une âme, pour vivre, manger, dormir dans la dignité». Face aux maux de la société contemporaine –crise des ressources, changement climatique, inégalités…–, le bon sens de l’architecture traditionnelle, sobre et citoyenne constitue en effet un réservoir de solutions. AMC a rencontré les architectes Andrew Freear et Elena Barthel qui animent désormais le studio. Extraits de l'interview à retrouver en intégralité dans AMC n°260-mai 2017.

Dans quel contexte environnemental travaillez-vous?

Andrew Freear: J’ai rejoint Rural Studio, à Newbern, en Alabama, en 2000. Je venais alors de Chicago, où j’enseignais l’architecture à l’université de l’Illinois. En découvrant le comté de Hale, j’ai été frappé tout à la fois par l’extrême pauvreté et par l’âpreté du paysage. Une terre façonnée par la culture du coton et cette pierre noire de la "black belt". Les personnes les plus démunies vivent, au mieux, dans des mobile-homes, sédentarisées; au pire, dans des logements insalubres. La rareté des routes goudronnées ne facilite pas les déplacements entre les bourgs. Peu d’équipements publics structurent la vie sociale dans les villages. En 2004, le centre de secours que nous avons construit à Newbern était le premier bâtiment public à sortir de terre depuis près de cinquante ans! L’économie de cette région du Sud, basée autrefois sur les industries du coton et du soja aujourd’hui sinistrées, a évolué vers une monoactivité aquacole –l’élevage du poisson-chat– qui a eu un impact négatif sur l’emploi et les modes de vie.

 

Vous employez souvent le terme "subruralité"…

Elena Barthel: La précarité du logement traduit la disparité d’emploi et les problèmes sociaux qui en découlent: carence éducative, malnutrition, etc. Notre travail s’inscrit dans ce contexte que nous qualifions de "subrural": la population a tourné le dos à la nourriture locale, comme elle a tourné le dos à sa tradition agraire. Il ne s’agit pas de vouer un "culte" nostalgique à la campagne, mais plutôt de retrouver avec les habitants une économie locale en s’appuyant sur les ressources sous-estimées de la ruralité.

 

Le logement social reste-t-il l’un de vos axes majeurs, comme semblent l’illustrer les 20K houses?

A. F.: Les 20K houses, les maisons à 20000 dollars [environ 18000 euros], constituent une solution alternative aux mobile-homes, chers [25000 dollars] et sans qualité. Nous sommes partis d’un budget équivalent pour imaginer une solution d’habitat économique. Le budget se ventile entre 8000 dollars de coût de main-d’œuvre et 12000 dollars de matériaux. Nous avons réalisé 22 de ces maisons, toujours en bois, de typologies différentes. Les plans, en open source, sont accessibles à tous. Ces projets très simples, adaptables et évolutifs, sont construits en trois semaines par un groupe de quatre personnes. Leur conception vise la qualité d’espace optimale: un porche, des plafonds hauts, un plan traversant avec deux entrées, plusieurs orientations, six fenêtres, de bonnes proportions, avec un salon agréable équipé d’un poêle à bois. Les habitants aiment y vivre. Les mensualités de remboursement de leur prêt sont calculées pour ne pas excéder 100 dollars par mois sur vingt ans.

 

L’intégration de matériaux de récupération contribue à l’identité de vos projets…

A. F.: Nous travaillons dans la sobriété. Par nécessité, mais aussi par choix. Le réemploi contribue à l’économie de nos projets –les déchets de construction, les vieux surplus d’usine ou les erreurs de commande. Nous recevons des subventions de diverses fondations et, plus encore, des dons en nature, car les entreprises bénéficient alors de détaxes. La maison de Lucie [Lucie Carpet House, 2001] illustre ce type d’opportunité: en récupérant un stock de dalles de moquette, nous avons cherché une solution technique pour les intégrer à la construction des murs. Autre exemple, la bibliothèque de Newbern [2013]: nous avons réutilisé un bâtiment existant, celui de l’ancienne banque auquel a été rapporté un volume indépendant en bois, une sorte de boîte qui se prolonge en extension dans le jardin. Les briques de l’ancien coffre-fort ont servi à élever des murets dans les espaces extérieurs de lecture. La mémoire des lieux est préservée. Un groupe d’habitants est à l’origine de ce projet, réalisé par quatre étudiants.

 

Propos recueillis par Anne Bertucci


Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Pierre Audat architecte,  restructuration et extension d’un bâtiment industriel à Paris

Pierre Audat redynamise un immeuble industriel […]

17/01/2020

  Situé en fond de cour dans le XI e arrondissement de Paris, avenue Philippe Auguste, le bâtiment est un immeuble industriel typique du XIXe siècle avec son ossature en bois et son escalier central maçonné. Plus qu’une simple rénovation, sa […]

Bâtiment universitaire, université Paris Sud 11, Dominique Lyon architectes, Orsay (Essonne)

Un belvédère pour les étudiants de Saclay, par […]

16/01/2020

Conçu par l'architecte Dominique Lyon, le nouveau bâtiment d’enseignement de physique de l’université Paris-Sud s'installe à proximité de laboratoires déjà présents sur le plateau de Saclay (Essonne). Il s'enroule sur […]

Concours Young european architects 2020

Appel à candidatures: Young european architects […]

16/01/2020

Architectes européens de moins de 40 ans en quête de reconnaissance, il reste un mois pour candidater aux prix Young european architects organisé par Architecture-Studio et sa fondation vénitienne, la CA'ASI. Les lauréats de ce concours international seront […]

Lauréat du prix Première Œuvre 2019, atelier de verrerie à Brioude (Haute-Loire), Antoine Dufour Architectes, Sydec Allier Allagnon (maître d’ouvrage)

Prix de la Première Œuvre 2019: le patrimoine, de […]

15/01/2020

Le prix de la Première Œuvre 2019 est attribué à l'atelier de verrerie de l'artiste Emmanuel Barrois à Brioude (Haute-Loire), conçu par l'agence Antoine Dufour Architectes. Un projet de réhabilitation mesuré, qui préserve les […]

Pierre Dufour et Aymeric Antoine architectes, agence Antoine-Dufour, prix de la Première Œuvre 2019

Antoine Dufour architectes, portrait des lauréats […]

15/01/2020

Lauréats du prix de la Première Œuvre 2019 avec l'installation de l'atelier du maître verrier Emmanuel Barrois dans une ancienne halle ferrovière à Brioude (Haute-Loire), les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour revendiquent le travail sur […]

Atelier de stockage, ancien camp de Natzweiler-Struthof, Natzwiller (67) ; Antoine Dufour, Choulet, Ecallard, Bollinger Grohmann

L'agence Antoine Dufour architectes, en projets

15/01/2020

Les architectes Aymeric Antoine et Pierre Dufour, lauréats du prix de la Première Œuvre 2019, revendiquent le travail sur l'existant comme acte créatif. Par la charge de Pierre Dufour -architecte en chef des Monuments historiques dans les départements du […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus