Les Beaux-Arts de Paris et l'école d'architecture de Paris-Malaquais, à la rue

Zoom sur l'image Les Beaux-Arts de Paris et l'école d'architecture de Paris-Malaquais, à la rue
© Des étudiant.es concerné.es de ENSBA Paris et de l'ENSA Paris-Malaquais - Cours de Rue, action conjointe des étudiants de l'école des Beaux-Arts de Paris et de l'ENSA Paris-Malaquais, 1er mars 2020

Articles Liés

Les écoles d'architecture brûlent de colère

Les écoles d'architecture en colère, écrivent au Premier ministre

Les écoles d'architecture en grève

Remontés depuis la décision du Conseil d’Etat de forcer la démolition d'un bâtiment dans l'enceinte de leurs établissements, pourtant en suroccupation quai Malaquais (VIe arr. de Paris), les étudiants de l'école des Beaux-Arts de Paris et de l'école d'architecture de Paris-Malaquais ont réalisé une performance artistique en pleine fashion week.

«Le privé nous met à nu, l'école est à la rue», brandissaient deux modèles vivants devant 65 étudiants de l'école des Beaux-Arts de Paris et de l'école d'architecture de Paris-Malaquais. Le cours de dessin donné rue Bonaparte à Paris (VIe arr.), devant l'enceinte des Beaux-Arts ce dimanche 1er mars 2020, était moins une performance artistique qu'un geste politique des étudiants, inquiets du sort fait à leurs établissements, colocataires quai Malaquais. Dans un communiqué, ils expliquent lutter ainsi "contre l’omniprésence du privé dans les institutions publiques et la précarisation étudiante, enseignante et du personnel administratif". C'est que les jours de l’extension de l’école d’architecture de Paris-Malaquais, hébergé sur le site des Beaux-Arts de Paris, sont comptés. D’ici le 31 décembre, l’établissement devra avoir démoli les bâtiments d'enseignement dits «Lenoir», glissés entre le palais des études et l’hôtel de Chimay, classés monuments historiques. Une décision du Conseil d’Etat, tombée le 29 novembre dernier. Depuis, les étudiants des deux établissements multiplient les manifestations collectives. Workshop interdisciplinaire, assemblées générales et même intrusion dans un événement privé organisé dans les Beaux-Arts par Louboutin sont autant d'occasions de s'insurger contre le peu d'espaces dont dispose l'école d'architecture, et plus largement contre les privatisations régulières des lieux de travail des deux établissements -privatisations à leur paroxysme à chaque fashion week. "Nous sommes convaincus qu’une école ne devrait pas dépendre de sociétés privées pour prospérer, d’autant plus si les espaces qu’elles occupent sont essentiels aux étudiants. L’école publique doit rester un bien commun à tous", revendiquent les étudiants.

En manque d'espace

L'annonce de la destruction des bâtiments «Lenoir» n'a fait que renforcer la colère. Certes, les édifices de 1000 m2 livrés en 2001 par les architectes Finn Geipel et Nicolas Michelin l’étaient à titre provisoire. Pour quatre ans exactement, le temps de pallier le manque de surfaces dévolues à l’enseignement de l'architecture dans l’enceinte des Beaux-Arts. Certes, il y fait froid l’hiver et chaud l’été, et les façades ont été quelque peu customisées. Mais les lieux n’ont jamais désempli, hébergeant ateliers de projet, salle informatique et laboratoires de recherche. Seulement la structure de verre et d’acier n’est pas du goût de François-Henri Pinault. Fâché que ces préfabriqués lui gâchent la vue depuis son hôtel particulier, c’est à lui que l’on doit la décision de la juridiction suprême. Et tant pis pour les étudiants, ils trouveront bien un autre toit pour travailler. "C'est bien parce que le ministère de la Culture n’a pas porté de projet pérenne pour le bon déroulement des activités des deux écoles sur le site des Beaux-Arts de Paris que ce bâtiment est encore investi", dénoncent les étudiants. Leurs actions s'inscrivent dans le mouvement de lutte des 20 écoles d'architecture de France, face à la précarisation de l'enseignement de la discipline.

 

 

 

© Des étudiant.es concerné.es de ENSBA Paris et de l'ENSA Paris-Malaquais - Cours de Rue, action conjointe des étudiants de l'école des Beaux-Arts de Paris et de l'ENSA Paris-Malaquais, 1er mars 2020

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

PHOTO - 27054_1596130_k6_k1_3684371.jpg

Dossier détails : escaliers scénographiques

22/10/2021

300 On descend un escalier, on le monte, on s'y croise, on s'y arrête peut-être. Alors que les grands halls deviennent atriums, les escaliers se métamorphosent en plateformes d'échanges. Prolongement de l'espace public au cœur d'un immeuble de logements ou interface dynamique entre l'accueil, les […]

Objet-abri conçu par Benjamin Tovo pour le cycle des veilleurs de WLDN/Joanne Leighton, à la Maison du parc départemental Jean-Moulin - Les Guilands

Veiller sur le Grand Paris depuis la structure […]

22/10/2021

300 Jusqu’au 2 octobre 2022, la maison du parc départemental Jean-Moulin-Les Guilands, située entre Montreuil et Bagnolet (Seine-Saint-Denis) accueille sur son toit un « objet-abri », conçu par le designer Benjamin Tovo, dans le cadre de la performance « Le cycle des veilleurs » crée par la chorégraphe […]

Abonnés AMC

Stadium Square. Configuration de base : un quartier autour d’une place publique »

La recherche en agence (3/5) : s'ouvrir au marché […]

19/10/2021

300 L'édition, la création d'expositions ou les explorations constructives occupent de plus en plus d'agences, notamment à la faveur d'une fiscalité incitative qui favorise la recherche et l'innovation dans le secteur privé. Les motivations des architectes sont plurielles : remettre un pied dans la […]

Lauréat de l'Équerre d'argent 2019, résidence Julia-Bartet, centre de formation pour apprentis et centre de distribution des Restos du Cœur à Paris XIVe, Charles-Henri Tachon (architecte), RIVP (maître d’ouvrage)

Trophée béton : Charles-Henri Tachon et Ingrid […]

21/10/2021

300 À l’occasion du lancement de l’édition 2022 du Trophée béton Pro aura lieu jeudi 21 octobre à la Maison de l’architecture Île-de-France une conférence spéciale intitulée « L’architecture béton en héritage ». Les architectes Charles-Henri Tachon, Ingrid Taillandier, Philippe Prost, Isabelle Buzzo et […]

Abonnés AMC

PHOTO - 27054_1596036_k2_k1_3684073.jpg

La recherche en agence (2/5) : construire un […]

19/10/2021

300 L'édition, la création d'expositions ou les explorations constructives occupent de plus en plus d'agences, notamment à la faveur d'une fiscalité incitative qui favorise la recherche et l'innovation dans le secteur privé. Les motivations des architectes sont plurielles : remettre un pied dans la […]

AMC hors série

Le hors-série spécial santé d'AMC est paru

13/10/2021

300 Au sommaire du numéro hors-série spécial santé d'AMC et disponible en format numérique, un entretien avec Reinier De Graaf, architecte urbaniste associé d'OMA, ainsi qu'une sélection de 20 réalisations livrées en France et dans le monde, présentées en détails. En couverture, le service […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital