Les écoles d'architecture en grève

Articles Liés

Aurelie Cousi nommée directrice de l’Architecture

"Cessons d'opposer théoriciens et praticiens", réponse collective à la SFA

[Article mis à jour le 3 février 2020 à 18h00]

Les annonces tombent au fil des Assemblées générales: les écoles nationales supérieures d’architecture (Ensa) entrent en grève administrative les unes après les autres. Le 3 février 2020, la totalité des 20 établissements français protestent ainsi contre l’inaction du ministère de la Culture, qui ne leur fournirait pas de quoi accomplir leur mission. Un dossier brûlant, en guise de bienvenue pour Aurélie Cousi, la nouvelle directrice de l’architecture au sein du ministère.

L’élan est parti de l’école d’architecture de Paris-La Villette. Le 15 janvier 2020, le Conseil pédagogique et scientifique (CPS) de l’établissement, regroupant les représentants des enseignants, des étudiants et du personnel administratif, décidant des programmes pédagogiques, assurant la gestion des carrières des enseignants et les recrutements, a déclaré à l’unanimité, la grève administrative. Tous les dossiers en cours se trouvant dès lors ajournés. Une mobilisation suivie dans la foulée par les CPS des 19 autres écoles nationales supérieures d'architecture (Ensa). Au cours d'Assemblées générales extraordinaires convoquées pour l'occasion, les CPS ont, les uns après les autres, interrompus leurs travaux pour une durée indéterminée, instituant ainsi une mobilisation d'une ampleur rare.

 

Le blocage administratif s’inscrit dans le mouvement de revendication initié par le collège des directeurs et présidents des conseils d’administration des écoles d’architecture, sous cotutelle du ministère de la Culture et du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Dans un courrier adressé le 10 janvier 2020 à Franck Riester, le ministre de la Culture, les administrateurs se demandent s’ils ne sont pas à la tête «d’établissements oubliés», tant les moyens semblent manquer pour mener à bien leur mission de formation. Une missive restée sans réponse jusqu'à ce que Paris-La Villette débraie et le signifie au ministère. Les directeurs devraient enfin être reçus rue de Valois, les 3 et 4 février prochains.

Pas suffisamment de recrutements

"Chaque année, un étudiant en architecture coûte entre 6000 et 10000 euros à l'Etat. Dans les universités les moins dotées, c'est 12000 euros", dénonce Alessia De Biase, présidente par interim du CPS de l'école de Paris-La Villette. Un manque d'investissement chronique, aggravé d'après les différents CPS par la mise en œuvre de la réforme des écoles d’architecture en 2018. Transformant le statut des enseignants pour favoriser la production de recherche au sein des écoles, le texte a organisé une forme de décentralisation de la gestion des ressources humaines au sein de chaque établissement. A première vue, une satisfaction pour les enseignants-chercheurs. En réalité, un gouffre faute de moyens. "Le recrutement des enseignants et le suivi des carrières engendre une dépense d'heures non négligeable et pourtant non comptabilisée pour les enseignants qui siègent dans les instances, décrit Alessia De Biase. Pire, le ministère nous annonce en janvier que certaines écoles vont perdre des Equivalents temps plein (ETP)".

 

Egalement reprises par le conseil national des enseignants-chercheurs des écoles d’architecture (CNECEA), chargé d'instruire les candidatures des aspirants enseignants pour le compte du ministère avant les recrutements par école -conseil lui aussi en grève-, les revendications sont simples: que les cotutelles respectent les engagements interministériels pris en 2018. Il avait par exemple été acté de la création de 50 postes de professeurs sur cinq ans (2018/2022). Seuls 15 ont été obtenus à ce jour et les demandes de créations émises par les écoles en janvier dernier ne sont pas entendues. Quant aux fonctions support grâce auxquelles vivent les établissements, «elles sont sous-dimensionnées», dénoncent les directeurs dans leur courrier au ministre de la Culture. Sans parler de la situation immobilière des établissements, qu'ils jugent «indigne». Dernier témoignage du peu de cas dont se fait l’administration centrale du sort des étudiants, la décision du Conseil d’Etat de forcer la démolition des bâtiments temporaires de l’école d’architecture de Paris-Malaquais, pourtant toujours en activité.

Les derniers recrutés, non payés

Enfin, tous dénoncent un ministère de la Culture qui entretient la précarité de ses agents, en ne rémunérant pas en temps voulu les enseignants recrutés pour l’année. Certains, qui ont débuté en septembre 2019, ont dû attendre décembre pour être payés. Emboîtant le pas des directeurs d’établissement, les CPS des différentes écoles et le CNECEA demandent ainsi, d'une même voix, «un plan de rattrapage pluriannuel pour mettre à niveau les écoles par rapport aux autres établissements d’enseignement supérieur. L’augmentation des subventions de fonctionnement et d’investissement à hauteur des besoins. Ainsi que l’augmentation des plafonds d’emploi, de la masse salariale et des ressources humaines». «Coupes budgétaires, simplification, non communication, etc. Les écoles d'architecture font aujourd'hui face aux mêmes difficultés que l'hôpital public. C'est partout la même histoire», analyse Alessia De Biase. Tous les personnels mobilisés réclament enfin des échanges plus efficaces avec le ministère de la Culture. Interrogé à ce sujet, le ministère a répondu par la voix de Corinne Langlois, sous directrice à l'architecture, à la qualité de la construction et du cadre de vie: «L’année 2019 a été la première année de [la mise en œuvre de la réforme de 2018]. Des difficultés de natures très différentes sont alors apparues progressivement, difficultés qui ne se résument pas à des questions de moyens. Le ministère de la Culture, en concertation avec les directrices et directeurs des ENSA, travaille à l’analyse fine des difficultés qui ont été identifiées afin de trouver les solutions les plus adaptées. Cela prend du temps mais le travail est en cours.» Enseignants et étudiants des écoles d'architecture annoncent une mobilisation devant les fenêtres de la rue de Valois, mardi 4 février 2020.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

PHOTO - 25413_1500560_k7_k1_3471957.jpg

Offrir la science au regard, l'Imredd par Marc […]

15/06/2021

300 Au cœur de la ZAC Méridia, le bâtiment compact de l'Institut méditerranéen du risque, de l'environnement et du développement durable (Imredd) conçu par Marc Barani apparaît dans la blancheur opalescente des lames de verre qui habillent ses façades. A l'intérieur, de grands volumes creusés mettent en […]

PHOTO - 25413_1500781_k2_k1_3472544.jpg

Les lieux mémoriels d'aujourd'hui - Livre

15/06/2021

300 Dans une société globalisée où même la mémoire s'assimile à un bien de consommation et que la patrimonialisation des catastrophes est devenue systématique et presque banale, on peut s'interroger sur la pertinence de construire un mémorial au XXIe siècle. Pour l'architecte anglo-ghanéen David Adjaye, […]

Abonnés AMC

Grand Palais éphémère, Wilmotte & Associés, Paris (VIIe)

Signé Wilmotte, le Grand Palais éphémère déploie […]

14/06/2021

300 Ils étaient nombreux à s’étonner ce jour-là de découvrir un bâtiment… entièrement vide ! Le Grand Palais éphémère, conçu par l’architecte Jean-Michel Wilmotte à l’entrée du Champ-de-Mars à Paris, a ouvert ses portes la semaine dernière à quelques privilégiés. Le projet, porté par la Réunion des […]

Abonnés AMC

PHOTO - 24961_1478036_k5_k1_3420501.jpg

Hommage: Gottfried Böhm, déconstructiviste avant […]

04/05/2021

300 Emblématique du renouveau architectural en Allemagne de l'Ouest dans l'après-guerre, l'architecte Gottfried Böhm s'est éteint à 101 ans. Son œuvre était influencée par l'esthétique brutaliste des années 1960, puis par le courant postmoderne. Premier lauréat germanique du prix Pritzker en 1986, […]

Abonnés AMC

PHOTO - 25413_1500555_k2_k1_3471932.jpg

Piétons en suspension au Portugal

11/06/2021

300 La commune d'Arouca, à l'est de Porto (Portugal), peut désormais se targuer de posséder le pont suspendu pédestre le plus long du monde. Culminant à 175 m de la terre ferme, prise entre deux escarpes granitiques, cette structure métallique propose une promenade sur gorges de 516 m de long au-dessus […]

Point de vue de Mathias Rollot, enseignant-chercheur

"Il faut ouvrir une école tournée vers […]

11/06/2021

300 "Aujourd’hui, le cœur des savoirs n’est plus la séparabilité, mais à l’inverse, les liens, les interdépendances, les cohabitations." La thèse défendue dans de multiples disciplines (économie, médecine, anthropologie, etc.) par l'ouvrage collectif Relions-nous ! La construction des liens, l'an 1, […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital