Michel Ragon, 1924-2020

Zoom sur l'image Michel Ragon, 1924-2020
© Thesupermat - Michel Ragon, écrivain et critique d'art, 1924-2020

Décédé le 14 février 2020 à l'âge de 95 ans, l'écrivain Michel Ragon était un grand critique et historien de l'architecture, auteur notamment d'ouvrages sur l’architecture et de l’urbanisme moderne, sur les utopies des années 1950-60 ou encore l'implication des habitants dans la construction de leur environnement.

"Je n'ai rien contre les historiens d'art, ni les historiens de l'architecture. Bien au contraire, je leur suis reconnaissant des précisions qu'ils m'apportent et qui me servent de références pour mon travail. Mais il s'agit là de critique a posteriori. La critique architecturale que j'essaie de faire et qui, dans une large mesure, est encore un genre à créer, est une critique d'actualité", écrivait Michel Ragon en 1964, au rédacteur en chef de L'Architecture d'aujourd'hui, Alexandre Persitz. Le critique comme intermédiaire entre le professionnel de l'art et le public -et pas seulement entre pairs-, voilà l'engagement social que n'a eu de cesse de défendre Michel Ragon.

Prospective

Né à Marseille en 1924, écrivain, poète, critique d’art et historien, Michel Ragon publie son premier ouvrage sur l’architecture en 1958, Le Livre de l’architecture moderne. En 1965, Les visionnaires de l'architecture est lui axé sur les expérimentations des années 1950-60. Défenseur d'une architecture prospective, dénonçant l’indigence esthétique et "l’impasse" de l’urbanisme occidental, Michel Ragon devient alors le porte-voix d’une jeune génération d’architectes engagés dans l’expérimentation de nouvelles formes urbaines. Il fonde en 1965, le Groupe international d’architecture prospective (Giap), qu’il anime jusqu’au début des années 1970.

Implication habitante

Son engagement social s'affirmera à travers ses innombrables écrits, expositions et conférences. Il nourrit c'est certain, la publication en 1977 de L'architecte, le prince et la démocratie, ouvrage sur le thème de la participation habitante et de l'autogestion. Alors qu'au même moment l'architecture devient "d'intérêt public" par la loi, Ragon y réfute la terminologie moderniste "d'usagers" et appelle les "habitants" à prendre en main leur environnement, à devenir les maîtres de chez eux, de véritables maîtres d'ouvrage. Opposant le "logement marchandise" au "logement fonction sociale", "l'habiter fonctionnaliste" à "l'habitat poétique", l'ouvrage fait le point sur les expérimentations d'alors à Grenoble, Bologne et aux Etats-Unis. Et il interpelle les concepteurs de l'époque: "tant que les architectes modernes ne sauront pas répondre aux fonctions psychiques de l'habiter dans leurs immeubles collectifs, le pavillon aura plus de séduction que l'appartement". Un pamphlet d'inspiration anarchiste -idées dont Ragon n'a cessé d'être proche-, autant qu'un livre d'histoire, à relire alors que l'implication des habitants devient la norme dans la fabrication du cadre de vie.

 

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Abonnés AMC

Projet pour l'Arena Porte de la Chapelle, Paris, SCAU et NP2F architectes

JO Paris 2024 : Grands équipements, petit souffle

28/10/2020

300 Les grands équipements qui seront bâtis à l'occasion des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, le centre aquatique à Saint-Denis et l'Arena porte de la Chapelle, offrent des traductions sans ostentation aux injonctions légitimes à la modération environnementale. Au risque de manquer le […]

« Nos jours heureux, Architecture et bien-être à l’ère du capitalisme émotionnel »,

Déconstruire la mythologie du bonheur - Livre

28/10/2020

300 Publié par le prestigieux Centre canadien d’architecture à l’occasion de l’exposition du même nom organisée dans ses murs l’an dernier, « Nos jours heureux, Architecture et bien-être à l’ère du capitalisme émotionnel » est un collage réflexif, richement illustré et nourri d’une belle variété de […]

Enzo Mari portrait

Enzo Mari s'en est allé, son œuvre vit à la […]

27/10/2020

300 Le décès d'Enzo Mari, père fondateur d'un design pour un homme de la sobriété, sonne comme un lever de rideau, alors que son œuvre brille actuellement -autant que son œil était vif- dans les salles du musée milanais de La Triennale. A 88 ans, le grand Enzo Mari, créatif insatiable, défenseur avant […]

Appel aux étudiants, pour réfléchir aux lieux du […]

27/10/2020

300 Derniers jours pour participer à "Traversées", le concours d'écriture en français et en portugais, ouvert aux étudiants en architecture et en urbanisme, pour réfléchir de façon créative au contexte que nous traversons, à l'heure de la pandémie, des confinements et couvre-feu. Lancé par l’Ambassade […]

RCR Arquitectes au Centre Pompidou à Paris

RCR Arquitectes et MiAS font leur entrée au musée

26/10/2020

300 Le Centre Pompidou à Paris présente, jusqu'en mai 2020, les 73 croquis et 10 maquettes de l'agence catalane RCR Arquitectes, lauréate du prix Pritzker en 2017 qui intègrent la collection d’architecture du Musée national d'art moderne. Le studio MiAS Arquitectes expose quant à lui 42 maquettes, 14 […]

LiquenLAV. Valentin Sanz, architecte

LiquenLAV, architecture, design et graphisme - […]

26/10/2020

300 Basée en Espagne, à Almenar de Soria, l'agence d'architecture, de design et de graphisme ­LiquenLAV a été fondée par Valentin Sanz. Valentin Sanz est d’abord architecte, mais il développe au cours de réalisations un intérêt particulier pour le design d’objet et de mobilier. Diplômé de l’université […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital