Heleen Hart et Mathieu Berteloot, architectes: "Nous abordons la frugalité par des solutions structurelles plus que matérielles"

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
Zoom sur l'image Heleen Hart et Mathieu Berteloot, architectes: Nous abordons la frugalité par des solutions structurelles plus que matérielles
© Courtesy Berteloot - PHOTO - 27440_1615962_k2_k1_3727364.jpg

Articles Liés

Simon Teyssou, architecte: "Une architecture décarbonée impose une approche renouvelée des[...]

L'urgence climatique, une opportunité pour revenir aux fondamentaux

Anne-Flore Guinée et Hervé Potin, architectes: "Ni des matériaux vertueux ni des recettes[...]

En France, l’application dès le 1er janvier 2022 de la RE2020 - d'abord dans le logement neuf, puis dans les bureaux et les équipements d'enseignement - représente, pour les architectes, un changement de paradigme. Si les principes bioclimatiques renvoient des fondamentaux vertueux, ils ne sauraient suffire. Comment penser une production architecturale élémentaire ancrée dans le local, mais également en phase avec les usages, les technologies contemporaines et les réalités sociétales du XXIe siècle ? Le point de vue de Heleen Hart et Mathieu Berteloot, architectes (HBAAT).
 

Face aux enjeux économiques et aux budgets très restreints auxquels nous sommes souvent confrontés, nous préférons aborder la question environnementale en privilégiant les modes de production plutôt qu'une approche par la matière pour elle-même. Nous essayons avant tout de travailler avec des entreprises locales, en utilisant des matériaux systématiquement issus de filières courtes, comme la brique de terre cuite ou le parpaing, très présents sur notre territoire, les Hauts-de-France, alors que la filière bois y est moins développée. Nous utilisons ces deux matériaux pour leur très faible coût, mais surtout pour la facilité de leur mise en œuvre, qui ne nécessite pas un niveau élevé de qualification. En dehors de la menuiserie, nous avons choisi d'éliminer systématiquement le second œuvre, tels que les faux plafonds, les doublages, la peinture ou les revêtements divers, au profit de matériaux posés à nu mais avec un très grand soin apporté à leur mise en œuvre. Pour le tiers-lieu de Cappelle-en-Pévèle [lire p. 60], nous sommes parvenus à réduire le second œuvre à très peu de choses. On ne compte pas un seul mètre carré d'enduit, ni de BA13, pas plus que de peinture. Le second œuvre se limite à des éléments de menuiserie bois, des blocs portes et de grands rideaux séparatifs acoustiques réalisés par Chevalier-Masson, designers textile à Bruxelles, à partir d'invendus de tapis de sol d'une entreprise voisine. L'intérêt de ce dispositif constructif de portique bois réside également dans le fait que nous évitons le système d'ossature et de panneaux qui impose la superposition de membranes d'étanchéité, pare-vapeur, adhésifs et couches de finition diverses. Notre recherche de la frugalité passe ainsi beaucoup plus par des solutions structurelles que par une étude de matière. Néanmoins, quand cela est possible, nous ne renonçons pas à la construction en bois local - du peuplier -, à la pierre ou à la terre crue, si le contexte nous y engage.

 

Heleen Hart et Mathieu Berteloot, architectes (HBAAT)

 

 

Heleen Hart et Mathieu Berteloot, architectes: Nous abordons la frugalité par des solutions structurelles plus que matérielles

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital