Patrick BOUCHAIN Ecole elementaire Saint Jacques de la Lande

Zoom sur l'image Patrick BOUCHAIN Ecole elementaire Saint Jacques de la Lande
PHOTO - maquette masse 100eme.eps
Pour lire l'intégralité de cet article, abonnez-vous à AMC - édition Abonné Pour lire l’intégralité de cet article, tester gratuitement AMC - édition Abonné

Confronter la norme à la réalité constitue le plus gros chantier ouvert par Patrick Bouchain. Installer sur le territoire des constructions non pérennes s’avère une piste efficace pour bousculer l’ordre en ce que cette légèreté de fait inspire une relative tolérance. Dans le cadre de la réalisation de cette école primaire, l’impermanence touche l’activité et non pas le bâti. Les salles de classe, individualisées, répondront à des besoins de logements d’ici 8 à 9 ans quand l’usage de l’école sera obsolète.

Dans son ouvrage Rites et ritualités, Jean-Yves Dartiguenave explique assez rigoureusement que ce n’est pas la norme qui crée la sanction mais bien l’inverse. C’est parce que nous avons une capacité de nous infliger par avance une sanction que nous sommes en mesure de nous satisfaire dans le respect des règles, quand bien même nous sommes toujours tentés de les transgresser. Autrement dit, ni la norme, ni la morale, ne ressortissent à une quelconque pression d’un surmoi, à une quelconque autorité extérieure. Des propos qui résument assez bien l’ambiguïté et la dépendance qu’entretient l’homme avec la norme. Il ne s’agira donc pas d’annuler la norme ni d’annuler la règle mais de produire des dispositifs ou des situations qui permettent de la mettre en question, de la reformuler sans cesse. « On ne cherche pas à dénormer pour le [...]

Découvrez tous les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 de AMC

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital