Philip Gillet, programmiste, directeur de la société apor « je plaide pour un nouveau type d’hôpital pavillonnaire de 150 à 300 lits maximum »

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
Zoom sur l'image Philip Gillet, programmiste, directeur de la société apor « je plaide pour un nouveau type d’hôpital pavillonnaire de 150 à 300 lits maximum »
PHOTO - Unknown-3-NB.jpg

Aujourd’hui, le développement de chambres individuelles confortables génère des distances très importantes et autant de pas pour le personnel soignant. Où sont les priorités ? Ce qu’attend un malade de son passage à l’hôpital, c’est d’abord de ne pas mourir, de guérir, de ne pas garder de séquelle et de ne pas souffrir. Il souhaite accéder au meilleur de l’offre de soins qui suppose l’accès aux technologies les plus récentes, et ce rapidement. Pour un « promoteur » hospitalier, un mètre carré proche d’un bloc opératoire a bien plus de valeur que s’il en est éloigné. Les plateaux horizontaux évitent les ruptures de charge et sont souvent demandés par les utilisateurs ; mais ils atteignent leur limite d’efficacité à partir d’un certain seuil, de l’ordre de 5 000 à 6 000 m2. On s’aperçoit que la verticalité apporte de l’efficacité. Pourquoi, à l’avenir, ne pas construire des hôpitaux denses de 10 à 12 étages comme aux États-Unis ? L’hôpital d’aujourd’hui et de demain est en perpétuel chantier (locaux et équipements) : le bâti doit permettre de pouvoir interchanger des fonctions différentes (hospitalisation, consultations, secteurs interventionnels, soins critiques, laboratoires, etc.). Dans ce contexte, je plaide aussi pour un nouveau type d’hôpital « pavillonnaire » et défends l’idée qu’une fourchette comprise entre 25 000 et 50 000 m2 (150 à 300 lits maximum) est la bonne taille pour définir une unité architecturale suffisamment compacte et homogène. Ce seuil permet de réaliser des modules hospitaliers de spécialité avec un très haut niveau de technicité et de sécurité médicale. L’approche programmatique par module offre aussi une bonne façon de progresser face à l’évolution rapide des projets médicaux sans nuire au fonctionnement de l’ensemble.

Philip Gillet, programmiste, directeur de la société apor « je plaide pour un nouveau type d’hôpital pavillonnaire de 150 à 300 lits maximum »
PHOTO - ©PHMüller CMSGenevilliers BVFG 26.JPG

Valéro-gadan Centre médical de quartier Gennevilliers

Ce centre municipal de santé redynamise une politique ancienne de « soins pour tous » instaurée par la commune de Gennevilliers dans les années 1930. Ce pôle de consultation, qui assure une veille continue pour toute urgence, […]

PHOTO - rey_juan_carlos_hospital_01.jpg

Rafael de la-hoz Centre hospitalier Mostoles, espagne

Situé au bord d’une voie autoroutière menant à la capitale espagnole, l’hôpital Rey Juan Carlos donne à voir aux automobilistes une silhouette et des bardages qui évoquent l’industrie lourde. Les utilisateurs de ce grand […]

PHOTO - nelson.jpg

vers l’hôpital du troisième type,entre pavillons et monoblocs

À partir des années 1980, les pouvoirs publics ont valorisé un modèle d’hôpital qualifié de « soins centralisés » : le patient reste dans sa chambre et les médecins et les technologies viennent à lui. Aujourd’hui, ce sont les […]

PHOTO - 12.jpg

Valode & pistre Centre hospitalier de bretagne sud Lorient

L’hôpital du Scorff déroule, telle une vague dans le paysage urbain, sa façade blanche de 180 mètres de long. Les ondulations en béton de cet équipement de 570 lits se fondent dans un environnement marqué par la grande échelle : […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital