Philippe Samyn, architecte « Sous le seul point de vue de l'investissement collectif, la verticalité s'impose »

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement AMC - édition Abonné
Zoom sur l'image Philippe Samyn, architecte « Sous le seul point de vue de l'investissement collectif, la verticalité s'impose »
© Philippe Samyn - PHOTO - 058_Image55195.jpg

« Les pensées dominantes sont toujours dangereuses. L'idée de critiquer les tours m'apparaît suspecte. Lorsque l'on prend la peine de se pencher objectivement sur la question, on réalise que la verticalité fait sens, tant au niveau urbain qu'environnemental. Elle est loin d'être absurde économiquement, ainsi que le démontre l'examen des réseaux, qui prennent une énorme importance dès que la ville s'étale. Or, si les règles bien connues de gabarit urbain et de prospects continuent d'être prescrites, on ne se préoccupe jamais de calculer l'impact des réseaux ni d'informer l'architecte sur la connectivité des m2 produits. Pourtant, la ville n'existe que par les connexions, que ce soit pour se promener, déménager, évacuer les déchets, etc. Quelle que soit la liaison considérée, le coût est proportionnel aux distances. Le calcul théorique souligne l'impact de la grande ou de la faible hauteur sur ce coût sociétal et économique. Cet impact au m2 varie de 1 à 10 lorsque l'on passe d'une cité de 30 000 à 1 million d'habitants. Si nous voulons construire des villes peuplées et durables, il faut augmenter la hauteur des bâtiments : sous le seul point de vue de l'investissement collectif, la verticalité s'impose.

Ce qui rend les tours difficiles à vivre, c'est que l'on y oblige les gens à circuler dans des boîtes à conserves. Prenons l'exemple des villages de Cinque Terre, sur la côte Ligure, en Italie. Ces villages se développent à flanc de versant sur l'équivalent de 20 niveaux, sans que cela ne pose aucun problème aux habitants. Ce qui nous montre bien que ce n'est pas le fait de monter des étages qui est inacceptable, mais la manière dont on les monte. D'où la nécessité de penser des tours creuses, présentant à chaque niveau des commerces, des services, et des espaces publics ouverts sur le paysage, reliés par des escaliers. Cela implique de faire des gabarits plus massifs, tournant le dos à la figure obsessionnelle de la tour aiguille. Des proportions moins élancées permettent, en outre, de réduire les coûts du contreventement et de la structure. »

Philippe Samyn a publié «?La ville verticale?», Éd. L’académie en poche, 5?€. www.academie-editions.be
Philippe Samyn, architecte « Sous le seul point de vue de l'investissement collectif, la verticalité s'impose »
PDF de l'article

Habiter en hauteur

Les débats sur la tour portent plus souvent sur son insertion urbaine ou sa consommation d'énergie que sur son habitabilité. Est-ce le signe que cette typologie, que l'on peine à réintroduire en Europe, reste associée au bureau […]

PHOTO - 052_Image55094.jpg

Des espaces ouverts au cœur des tours d'habitation

L'habitat prend de la hauteur. Si l'ampleur de ce mouvement ascendant reste difficile à évaluer, le phénomène est indéniable. Ces dernières années, la tour de logement a grignoté une part de la suprématie de la tour de bureau. […]

PHOTO - 054_Image55248.jpg

Édouard François 42 logements avec terrasses séparées Grenoble

Le schéma d'aménagement général de la Zac de la Presqu'île à Grenoble, qui s'étend sur 250 ha a été confié à Christian de Portzamparc. Il prévoit l'implantation de tours dans l'îlot Cambridge, secteur qui doit accueillir à terme 1 […]

PHOTO - 054_Image55122.jpg

Woha 370 logements et jardins suspendus Bangkok

Exclusivement résidentielle, the Met est, avec ses 230 m, la cinquième tour la plus haute de Thaïlande. Destinée à une clientèle aisée, elle rassemble des dispositifs testés ou imaginés auparavant par l'agence dans le cadre de […]

PHOTO - 056_Image56108.jpg

Boeri Studio 113 logements et forêt verticale Milan

L'implantation de tours sur la zone de Porta Nuova, au nord du centre historique de Milan, inscrite dans le plan directeur de la ville depuis 1953, a finalement débuté en 2005, sous l'impulsion du promoteur Hines avec un programme […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital