DOSSIER

PREMIÈRE ŒUVRE 2011 / LAURÉAT - VANESSA LARRÈRE - BUREAUX

Zoom sur l'image PREMIÈRE ŒUVRE 2011 / LAURÉAT - VANESSA LARRÈRE - BUREAUX
© DR - Bureaux, Vanessa Larrère, Liposthey, lauréat de la Première œuvre 2011 : façade principale

Le nouveau bâtiment s’adosse aux édifices existants pour créer une façade noble à l’exploitation.

Articles Liés

PRIX D'ARCHITECTURE DU MONITEUR 2011 : BÂTIMENTS NOMINÉS AU PRIX DE LA PREMIÈRE ŒUVRE

ÉQUERRE D'ARGENT 2011 / LAURÉAT - DRUOT ET LACATON & VASSAL - RÉHABILITATION DE LA TOUR[...]

PREMIÈRE ŒUVRE 2011 / NOMMÉ - JEAN-BAPTISTE BOUVET - PISCINE, JARDIN

Le long de l’autoroute landaise, les champs de cette exploitation agricole familiale offrent une longue respiration dans la succession dense et répétitive des forêts de pins qui bordent les voies. Au milieu de ce vide, un ensemble de hangars sort de terre sans grande unité architecturale. À côté des bâtiments de stockage et de conditionnement, s’élève l’habitation des exploitants, utilisée jusque-là comme bureaux par l’entreprise. Le projet visait à créer un nouveau bâtiment administratif pour répondre à l’augmentation de personnel due à l’élargissement des activités de la société. Il fallait également pouvoir redonner une cohérence à cet ensemble desordonné grâce à la construction d’un élément fondateur.

Installée devant les constructions techniques existantes, l’extension dessine aujourd’hui une nouvelle façade noble à l’exploitation. La modénature du bâtiment, regroupant des bureaux, une salle de réunion et des archives, se réfère ouvertement à son contexte paysagé. Il s’agit d’interpréter en façade l’alternance naturelle de pleins et de vides formée par l’alignement des pins de la forêt grâce à l’utilisation du bois et du verre sur les 24,5 m de longueur de l’édifice. Les 37 poteaux aux entre-axes invariables de 68 cm, remplis en quinconce de panneaux contrecollés, assurent la rythmique de cette nouvelle proue. Ils sont les parties visibles des demi-portiques en sapin lamellé-collé reposant sur la structure métallique du hangar existant auquel l’extension s’adosse à l’ouest. À l’intérieur, les espaces sont simples, ouverts et chaleureux de par leur matérialité. Les bureaux se succèdent dans un couloir qui longe l’ancienne façade du bâtiment existant. Répartis sur deux niveaux, ils profitent tous des larges pans vitrés ouverts à l’est sur la façade principale de l’extension.

 

Vanessa Larrère « Réparer l’existant, évoquer le déjà-là »*
* Texte écrit en collaboration avec Claire Furlan

Des champs à perte de vue, des forêts de pins et là, un domaine, une ferme, un lieu familier qui sera le stade de mes premières expériences de jeune architecte. Viennent les premières intuitions, issues de la demande, celle d’un nouveau lieu d’accueil et de travail pour l’entreprise familiale. Il s’agit d’abord de laisser parler le territoire dans une approche sensible du lieu. Le projet rend compte d’une expression synthétique de ce qui préexiste : il y a une poétique de l’existant. L’évocation du déjà-là passe par l’utilisation d’une forme simple et répétitive rappelant l’alternance des pins alignés qui filtrent la lumière et les vues. Le rythme n’est pas seulement formel, il est structurel : il est l’ossature du bâtiment et sa délimitation. L’aspect de l’interstice, du vide, fait lui aussi partie de l’évocation : le verre reflète le ciel ou est le support de la transparence. Tous les hangars de l’exploitation étant réalisés par le même charpentier, le bois est ici le matériau commun et récurrent qu’il fallait réutiliser dans un dessein différent. Son utilisation fait appel à l’intelligence constructive mais la dépasse, elle va au-delà de la simple contrainte gravitationnelle afin de rendre lisible un langage architectural, support de poésie et d’émotion. L’ordre structurel du bâtiment se lit également de l’intérieur et permet de définir les différents espaces. Le regard voit à travers, il traverse et s’éloigne vers les paysages lointains… Là où se situe le commencement...

 

 

Visitez le site de l'architecte : www.oeco-architectes.com

 

 


Bureaux, Vanessa Larrère, Liposthey, lauréat de la Première œuvre 2011 : façade principale
La structure apparente du bâtiment crée la rythmique de sa façade principale.

 


Bureaux, Vanessa Larrère, Liposthey, lauréat de la Première œuvre 2011 : façade principale

 


Bureaux, Vanessa Larrère, Liposthey, lauréat de la Première œuvre 2011 : vue intérieure
 

Bureaux, Vanessa Larrère, Liposthey, lauréat de la Première œuvre 2011 : coupe longitudinale

 

Bureaux, Vanessa Larrère, Liposthey, lauréat de la Première œuvre 2011 : coupes transversales

 

Bureaux, Vanessa Larrère, Liposthey, lauréat de la Première œuvre 2011 : plan de masse

 

Bureaux, Vanessa Larrère, Liposthey, lauréat de la Première œuvre 2011 : plan du rez-de-chaussée

 

Bureaux, Vanessa Larrère, Liposthey, lauréat de la Première œuvre 2011 : plan du R+1

 

  • Lieu :  Liposthey (40)
  • Maîtrise d’ouvrage : privée
  • Maîtrise d'oeuvre : Vanessa Larrère
  • Surface : 275 m2 SHON
  • Coût : 220 000 € TTC

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus