Raj Rewal en conversation - Livre

Zoom sur l'image Raj Rewal en conversation - Livre
PHOTO - 24961_1478094_k2_k1_3420683.jpg

Articles Liés

Qui a dit: "Un des problèmes majeurs des logements modernes est qu’ils se ressemblent[...]

Dans les archives d'AMC: Raj Rewal, en quête d'une modernité contemporaine

Bien que Raj Rewal, figure du modernisme indien, soit considéré comme l'un des acteurs majeurs de la scène architecturale de l'Asie du Sud-Est, son œuvre demeure largement méconnue tant elle est abondante et protéiforme.

A l'heure où la tendance de « la plus grande démocratie du monde » est d'exacerber un nationalisme sectaire au point de s'attaquer au patrimoine récent véhiculant les valeurs de l'Inde moderne et laïque de Nehru, plonger dans l'univers de Raj Rewal paraît salutaire. Lui-même, en 2017, ayant subi « l'outrage » d'assister à la destruction de l'un de ses bâtiments iconiques, le Hall des Nations, construit entre 1969 et 1972 dans le parc des expositions Pragati Maidan de New Delhi pour célébrer l'indépendance du pays. Car, ce qui fascine lorsqu'on aborde sa production, c'est de constater à quel point elle témoigne d'un remarquable esprit d'ouverture, d'ailleurs indissociable de la profonde tradition intellectuelle de l'Inde pluraliste. Que ce soit dans les processus de construction qu'il met en œuvre ou sa vision urbaine, il excelle à réinterpréter l'architecture traditionnelle tout en s'en démarquant.

 

Son originalité première est sans doute d'avoir tracé une voie en dehors du modernisme à l'occidentale - contrairement à son compatriote Prix Pritzker 2018, Balkrishna Doshi, qui resta longtemps sous l'emprise corbuséenne. Né en 1934, il a fait une partie de ses armes en Europe, notamment en France auprès de l'architecte Michel Ecochard, mais n'a jamais cessé depuis son retour à Delhi où il établit son agence en 1961, de prôner une ligne architecturale contemporaine et indienne.

 

Equipements ou infrastructures publiques, programmes d'habitation et d'éducation, instituts de recherche, mémoriaux : ses réalisations, pour la plupart liées à la modernisation engagée par Nehru, témoignent d'une réflexion conceptuelle intégrant autant les contraintes climatiques que les ressources matérielles locales. Tirant avantage de la faible industrialisation, il saura privilégier le béton mis en œuvre manuellement ou la réintroduction de la pierre de parement qui qualifie la quasi-totalité de ses constructions. Mais pour bien comprendre les enjeux de cette œuvre, il faut d'abord pouvoir se saisir de ceux qui irriguent le ferment historique, religieux et social du sous-continent, ô combien complexes, et qui, vus d'Europe, ne sont pas toujours évidents à discerner. A ce titre, le grand mérite de cet ouvrage tient dans sa capacité à guider le lecteur sans jamais le perdre, en lui donnant des clés de compréhension tout au long d'un parcours qui s'avère celui d'une promenade architecturale, en compagnie de Raj Rewal lui-même. Car l'autrice, l'historienne de l'art franco-indienne Sandrine Gill, le connaît de longue date, et c'est à travers une série d'entretiens remarquablement conduits qu'elle réussit à en rendre compte de façon très vivante. Elle est allée sur place, a visité tous les bâtiments qu'elle évoque avec lui et, surtout, en contrepoint des conversations retranscrites, elle revient sur des jalons constitutifs de l'architecture indienne, toutes religions confondues. Qu'il s'agisse des stupas bouddhiques, de la forteresse de Jaisalmer au Rajasthan, du complexe moghol de Fahepur Sikri ou des temples hindous de Madurai, ces éclairages sont plus que des arrière-plans bienvenus, ils participent à décoder la pensée de Rewal. Dès les années 1960, ce dernier est aux avant-postes de ce qui deviendra le régionalisme critique : il n'adopte pas de classification historique, n'oppose pas innovation et tradition, s'attache davantage à reformuler le passé architectural du sous-continent dont l'hétérogénéité constitue, selon lui, la première des richesses. On ne se lasse pas d'écouter ce grand bâtisseur, de louer son humanisme et son éthique de la transformation. Des paroles sages qui montrent qu'il est encore possible de se soustraire à l'homogénéisation induite par la globalisation.

Raj Rewal en conversation - Livre
  • RAJ REWAL, DE L'ARCHITECTURE AU PAYSAGE CULTUREL, Sandrine Gill, préface d'Aurélien Lemonier, photographies de Ferrante Feranti. Editions Parenthèse, 240 p., 29 €.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Découvrez tous les articles de ce numéro Consultez les archives 2020 de AMC
Maison à Tassin-la-Demi-Lune (Rhône), VEDEA -Véronique Descharrières et LLA Lionel Leotardi, architectes

Une villa de verre et d'acier suspendue dans un […]

07/12/2022

300 Située dans le bourg de Tassin-la-Demi-Lune, près de Lyon, la Villa Béa est conçue comme un pavillon de jardin. Le projet imaginé par les agences VEDEA -Véronique Descharrières et LLA Lionel Leotardi, se trouve dans un site d’environ 3 000 m2 sans vis-à-vis avec l’espace public, et entouré d’un […]

PHOTO - 31228_1825711_k12_k1_4216395.jpg

Référence : Le cimetière du parc à Clamart, par […]

06/12/2022

300 Qu'il traverse le cimetière du parc à Clamart, la cité de la Plaine qui lui fait face ou encore Neufchâtel-en-Bray en Normandie, le passant le moins averti remarquera l'empreinte de Robert Auzelle (1913-1983). Reconnu pour son activité féconde, l'architecte, urbaniste, chercheur et enseignant s'est […]

Restaurant Titi Palacio Bar, Atelier OLK

À Morland, un restaurant vert signé Olk

05/12/2022

300 À Sully-Morland, dans un quartier où la tranquillité régnait étonnamment pour Paris, la restructuration de l'ancienne préfecture de la Seine (IVe arr.) confiée à David Chipperfield et Calq apporte son lot d’activité. L’agence Olk, du nom de son dirigeant Olivier Lekien (depuis 2019), y a signé un […]

PHOTO - 30893_1803479_k6_k5_4154609.jpg

Anatomies d'architecture - Portrait

05/12/2022

300 Depuis 2018, l'agence Anatomies d'architecture (Ad'A) aborde l'habitat écologique à travers trois activités : la construction bioclimatique et localiste, la recherche et la pédagogie. Les fondateurs d'Anatomies d'Architecture, les architectes Raphaël Walther et Mathis Rager, également conducteur de […]

Au Pavillon de l’Arsenal à Paris, un catalogue de […]

02/12/2022

300 À Paris, 70% des autorisations d’urbanisme déposées ces deux dernières années concernent des opérations de transformation, et cette part ne cesse d’augmenter. Le meilleur moyen de baisser les émissions de ce secteur, un des plus carbonés, est de ne pas démolir pour reconstruire, mais de conserver […]

PHOTO - 31228_1825672_k4_k1_4216253.jpg

Initier une échelle de proximité: un groupe […]

16/11/2022

300 Premier équipement public de la ZAC Mellinet à Nantes, le groupe scolaire Alice-Guy conçu par l'agence Raum engage, par l'architecture, la vie collective dans son quartier. Sa capacité d'intégration et d'appropriation passe par la rigueur de sa composition et la richesse des situations spatiales […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital