DOSSIER

Regard de photographe: Clément Guillaume, chercheur d'images (2/4)

Zoom sur l'image Regard de photographe: Clément Guillaume, chercheur d'images (2/4)
© Clément Guillaume - "Contre-jour" - Centre humanitaire pour migrants - Paris

Chaque semaine, AMC donne la parole à un photographe d'architecture pour commenter l'une de ses prises de vues. Invité de cette série: Clément Guillaume

Paris, 26 octobre 2016. "J’ai contacté Julien Beller, l’architecte du centre humanitaire, en juillet pour suivre le chantier jusqu'à son inauguration le 10 novembre. Aucune image ne pouvait être diffusée ou publiée avant ce jour. Seule condition imposée par l’architecte, d’abord réticent, puis convaincu par mes images, le traitement des espaces et des lieux. Le travail du photographe d’architecture est de trouver le point de vue qui valorise et met en évidence les attributs d’un bâtiment jusqu'à parfois devenir emblématique. Depuis l’ancienne gare de la SNCF, la structure gonflable blanche, de Hans-Walter Müller, jaillit dans l’encadrement noir donné par le contre-jour. Le projet est posé dans le cadre, les tours en fond indiquent l’environnement. Sur le chantier, l’artiste architecte de 86 ans, créateur des "gonflables", très attentif au montage, assumait la paternité du projet réalisé selon une technique qu’il développe depuis cinquante ans. Un chantier émouvant, d’une grande photogénie."

 

 

Clément Guillaume s’est détourné du milieu de la mode et de la photographie de portraits il y a presque dix ans, en acceptant les premières commandes d’architectes, amis proches, ou plus médiatisés, comme Jean Nouvel qui lui commande le reportage des Bains des Docks à Nantes, ou encore Valode et Pistre pour leur centre commercial Okabé, à l’époque en chantier. "J’ai grandi avec l’idée que "béton" était un gros mot, que les grands ensembles de logements abîmaient le paysage, que les périphéries de villes ou les chantiers ne méritaient pas une photo. A chaque époque son esthétique, son utopie, en réponse à la politique et aux besoins du moment. C’est en voyage à l’étranger ou proche de chez moi que je photographie les bâtiments et les paysages que j’ai découverts dans les livres pour révéler leur photogénie, leurs usages et leur évolution au fil du temps."

Site de Clément Guillaume

Sur le centre humanitaire

 

 

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus