DOSSIER

Regard de photographe: Samuel Hoppe, ou les rêveries d'un promeneur solitaire

Regard de photographe: Samuel Hoppe, ou les rêveries d'un promeneur solitaire
© Gwenn Le Diraison - Samuel Hoppe

 

Chaque semaine, AMC donne la parole à un photographe d'architecture pour commenter l'une de ses prises de vues. Invité de cette série: Samuel Hoppe.

 

Depuis l’enfance, la photographie accompagne Samuel Hoppe. Né à la montagne, à la frontière Suisse, il regarde la ville comme il regarde un paysage. Le travail des autres l'a influencé, peintres ou photographes, Caspar David Friedrich ou Mikael Olsson. Pour apprendre, il s’est appliqué à la manière d’un Beckett, à faire et à refaire, à échouer pour recommencer. "Je n’ai pas grandi en ville, je suis allé la chercher", raconte Samuel Hoppe. "J’ai toujours eu un intérêt pour la ville. Un intérêt forgé au fil du temps, des lectures et des rencontres. Chapitre après chapitre, image après image, je raconte une histoire". Rendu disponible par ses balades solitaires, il se laisse immerger dans son environnement, pour restituer le réel dans un ailleurs. A l’encontre d’un travail documentaire, il plonge l’observateur dans l’abstraction, la ville ou la montagne, comme support de l’imaginaire. Après des études de sémantique, il s’est tourné vers le monde du livre pour devenir libraire. Il a ouvert Volume à Paris. Son premier livre de photos Zone supérieure paraît en juin 2017 aux éditions Rue du Bouquet.

 

Site de Samuel Hoppe

Site librairie Volume

Sommaire du dossier

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital