Réinventer Paris, round 2, c'est parti!

Zoom sur l'image Réinventer Paris, round 2, c'est parti!
© Ville de Paris - Les 34 sites ouverts à la concurrence dans Réinventer Paris II, "Les dessous de Paris"

Articles Liés

Réinventer Paris: un nouveau modèle pour fabriquer la ville?

Réinventer Paris: les 22 lauréats en images

Réinventer Paris, l'éloge funèbre de la commande publique urbaine?

Fort du succès de la première édition de son appel à projets urbains innovants, la mairie de Paris lance le deuxième "Réinventer Paris". Au programme: 34 sites, propriétés de la ville ou de partenaires privés, ouverts à l’inventivité de la maîtrise d’ouvrage privée et des architectes. Parkings, station de métro fantômes, ancien bowling… ont été regroupés dans un objectif: révéler le potentiel des sous-sols de la capitale.

Pour cette deuxième édition de "Réinventer Paris", la grande récolte de projets urbains innovants lancée par la mairie de Paris, les règles du jeu n'ont pas changé. La ville compte toujours sur la maîtrise d’ouvrage privée pour transformer, avec des équipes pluridisciplinaires composées d'architectes, d'investisseurs, de groupes d’habitants et de start-up de tout poil, 34 sites glânés aux quatre coins de la capitale. Elle s’engage à les vendre, non pas au plus offrant, mais au plus "innovant", c'est-à-dire à celui qui favorise la mixité programmatique; développe une offre immobilière attractive; imagine des montages financiers originaux; implique les usagers, etc. Cette procédure d'aménagement iconoclaste, inventée par la municipalité, a déjà essaimé en France ("Réinventer le Seine", "Inventons la métropole du Grand Paris") et le fera bientôt à l'étranger (un appel à projets porté par le C40, réseau mondial des grandes métropoles qui luttent contre le dérèglement climatique, doit être bientôt lancé). Mais, nouveauté de la deuxième édition, Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, a convaincu des grands propriétaires privés de se mêler à la danse. Il faut dire que Réinventer Paris II, lancé sur le thème "Les dessous de Paris" et s'intéressant aux souterrains de la capitale, est une occasion en or pour des propriétaires fonciers comme la RATP ou la SNCF de valoriser des sites complexes. C'est aussi, ouf, un sujet qui devrait préserver le public de la choucroute verte qui habille les projets récoltés lors de la première saison de l'appel à projets.

Enchères

Au menu 2017 de Réinventer Paris, notamment, trois des fameuses stations de métro fantômes qui ponctuent le réseau de transport public francilien (Saint-Martin sur les lignes 8 et 9, Champs de Mars sur la 8, Croix-Rouge sur la 10). Propriétés de la RATP, elles sont fermées depuis la Seconde Guerre mondiale mais servent aujourd'hui à la maintenance. Des terrains de jeu séduisants pour les architectes, d'autant que Réinventer Paris ne doit pas empêcher le métro d'y passer. Autre partenaire privé, la SNCF a ouvert à la concurrence la fameuse gare des Gobelins (Paris XIIIe arr.), plateforme logistique de quelque 74000 m2 étalés sous la dalle des Olympiades, qui doit déjà faire saliver les promoteurs... Renault a également fait les fonds de tiroirs et propose à la réinvention un ancien garage de 5500 m2 dans le XIe arrondissement. En réalité, tous ces sites sont convoités depuis longtemps. On espère donc que Réinventer Paris ne sera pas uniquement un moyen de faire monter les enchères. "Les partenaires privés se sont engagés dans des démarches partenariales avec la ville", a assuré Jean-Louis Missika lors de la présentation des sites au pavillon de l'Arsenal, le 23 mai 2017. La ville, quant à elle, ouvre à la concurrence des terrains originaux: sous-face de viaduc et de boulevard périphérique, tunnel routier, caveau, parc de stationnement automatisé (des opérateurs privés de parking devraient d'ailleurs rejoindre bientôt l'appel à projets), ou encore l'ancienne discothèque La Main jaune (Paris XVIIe arr.).

Engagements

"Nous demandons l'interdisciplinarité des équipes et des propositions de mixité des usages et des populations. En contrepartie, la destination des sites est laissée libre et nous nous engageons à d'abord choisir les lauréats sur des critères qualitatifs, avant ceux financiers", a rappelé Jean-Louis Missika. Sur ce point, le règlement de la consultation est explicite: "la spécificité de l’appel à projets réside dans le fait que le porteur de projet définit lui-même les éléments de son projet sur lesquels il s’engage et le niveau de son engagement. Ces engagements seront partie intégrante des actes de transfert de droit et s’appliqueront sur une durée déterminée". Par ailleurs, tirant les leçons des failles d'une première édition longue et exigeante pour les équipes candidates, la ville a décidé de réduire à deux le nombre de phases de la compétition, promettant ainsi que seules les équipes retenues iront plus en profondeur dans leurs projets. "Au stade de la manifestation d’intérêt, les perspectives ne sont pas admises", précise le règlement. En revanche, toujours pas d'encadrement de la rémunération des concepteurs des projets par les mandataires des groupements candidats, mais une obligation de transparence dès le début: "pour chacun des membres de l'équipe seront explicités ses missions, ses apports au projet, ses durée et période d’intervention selon les phases du projet et le mode d’intervention. Les modalités de travail et de contractualisation projetées au sein de l’équipe seront précisées (rémunération, prise de participation au futur projet, etc.)."

Date limite de rendu des manifestations d'intérêt, le 15 novembre 2017.

 

Les 34 sites ouverts à la concurrence dans Réinventer Paris II, "Les dessous de Paris". © Ville de Paris

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

  • Le 23/05/2017 à 17h47

    Pour ceux qui n'auront pas le temps il reste www.reinventerpourris.fr ! Réinventerpourris c'est réinventer pour rire, là non plus on sera pas payé mais au moins on va se marrer.

Serpentine Pavilion 2019, Junya Ishigami architecte

Cet été, Junya Ishigami enchantera la Serpentine […]

20/02/2019

C’est l’architecte japonais Junya Ishigami, dont les œuvres aériennes étaient exposées à l’été 2018 à la Fondation Cartier, à Paris, qui réalisera le Pavillon Serpentine 2019. Installation à […]

Junya Ishigami architecte, par Tasuko Amada

Junya Ishigami architecte - portrait

20/02/2019

Né en 1974, l'architecte japonais Junya Ishigami, formé à la National University of Fine Arts and Music de Tokyo, fonde son agence dans la capitale japonaise en 2004. Lauréat du Global Award for Sustainable Architecture en 2010, il réalisera le pavillon de […]

AMC n°44-février 1978, couverture

Dans les archives d'AMC: 1978, rencontre avec […]

20/02/2019

En novembre 1967 sortait le premier numéro d’AMC, conçu comme une revue d’idées et de débats, destinée à dépoussiérer un vieux «bulletin», celui de la Société des architectes diplômés par le […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe […]

19/02/2019

Parmi les 7 réalisations françaises encore en lice pour obtenir le prix Mies van der Rohe 2019, seule l'opération Grand Parc, de transformation de 530 logements conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin, reste […]

Transformation de 530 logements, Grand Parc Bordeaux, Lacaton & Vassal architectes; Frédéric Druot Architecture; Christophe Hutin Architecture

Jardins d'hiver et balcons en extension, la […]

19/02/2019

Seule réalisation française sélectionnée parmi les finalistes du prix Mies van der Rohe 2019, l'opération Grand Parc conçue à Bordeaux par Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et Christophe Hutin expérimente le béton […]

Immeuble de bureaux, Baumschlager Eberle Architekten Paris (architecte principal), SCAPE (architecte associé), ZAC des Batignolles, Paris XVIIe arr.

Forêt de bois sous peau d'alu, par Baumschlager […]

19/02/2019

L’immeuble de bureaux à énergie positive imaginé par les agences d'architecture Baumschlager Eberle et Scape déploie sa structure bois sur la dalle de recouvrement du faisceau ferroviaire de la gare Saint-Lazare, dans la ZAC Clichy-Batignolles (Paris, XVIIe […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus