Rencontre avec Marc Barani et Bernard Desmoulin, des architectes bientôt immortels

Zoom sur l'image Rencontre avec Marc Barani et Bernard Desmoulin, des architectes bientôt immortels
© Bruno Levy / Le Moniteur - Bernard Desmoulin et Marc Barani, élus à l'Académie des beaux-arts, en interview dans Le Moniteur, le 16 octobre 2019

Articles Liés

Marc Barani, architecte - Portrait

"L'innovation est en partie une désobéissance qui a réussi", par Marc Barani

Bernard Desmoulin

Marc Barani et Bernard Desmoulin seront installés courant 2020 à l'Académie des Beaux-Arts de l'Institut de France. Avec la volonté de la décloisonner. Interview croisée avec les journalistes Milena Chessa et Jacques-Franck Degioanni, à retrouver en intégralité dans Le Moniteur n°6059-29 novembre 2019.

Le Moniteur: Vous avez été élus à l'Académie des Beaux-Arts le 14 novembre 2018. Comment se déroule le processus? Quand y serez-vous installés? De qui prononcerez-vous l'éloge?

 

Bernard Desmoulin: J'ai reçu, un jour, l'appel d'un académicien qui m'a demandé si je voulais faire acte de candidature au fauteuil laissé vacant par Yves Boiret (1926-2018). J'ai hésité… Mais il est difficile de dire non! J'ai appris alors que Marc Barani, qui est pour moi une caution morale et intellectuelle, avait été également approché pour succéder à Claude Parent (1923-2016). Je ne me voyais pas refuser si lui acceptait. J'étais très étonné que mon nom ait circulé, sachant aujourd'hui combien il est difficile de se mettre d'accord sur une candidature. Et quand je vois tous les critères requis, je me demande bien comment je suis arrivé au bout! En ce qui me concerne, je serai installé le 21 octobre 2020. Un académicien croisé voici peu m'a dit: « Il te reste un an? Tu n'y arriveras jamais! » Il faut écrire l'éloge, créer le « Comité de l'épée » pour la financer par souscription, etc. Yves Boiret, mon prédécesseur, était architecte en chef des monuments historiques. Il a joué un rôle important dans le domaine du patrimoine. Il se trouve que j'ai travaillé sur un de ses bâtiments, le musée des Augustins à Toulouse. Mais je ne suis pas architecte du patrimoine. C'est ce qui m'a sauvé, d'ailleurs…

 

Marc Barani : Cela s'est passé de la même façon pour moi, avec cette différence que, le meilleur ambassadeur pour ma candidature, c'était l'auditorium que j'ai réalisé pour l'Institut de France (voir AMC n°278-mai 2019). J'avais déjà un pied dans la porte! J'ai hésité, comme Bernard, c'est tout de même une responsabilité! Et pour y faire quoi? Et puis je me suis souvenu d'une discussion avec l'architecte Alessandro Anselmi [né en 1934, NDLR] quand j'étais étudiant. On parlait de l'actualité du Mouvement moderne. Il m'avait dit : « A l'époque, l'Académie bloquait tout. C'était normal de la faire éclater. » Ce que les modernes ont fait, avec l'idée de rupture comme source d'innovation. Il avait ajouté : « Et maintenant que tout est cassé, pourquoi casser ce qui l'est déjà ? » Je crois qu'il faut tisser de nouveaux liens dans notre monde fragmenté. L'Académie y a un rôle central à jouer, mais elle peut aussi être conseil auprès de l'Etat sur les débats du moment, sur les relations public/privé, par exemple. Une question qui va bien au-delà de la seule architecture.

 

Que comptez-vous y faire ?

B. D. : Ce qui m'intéresse dans l'Académie des Beaux-Arts, au travers des disciplines qu'elle abrite, c'est qu'elle forme le socle commun...

 

Propos recueillis par Milena Chessa et Jacques-Franck Degioanni

 

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Restaurant Titi Palacio Bar, Atelier OLK

À Morland, un restaurant vert signé Olk

05/12/2022

300 À Sully-Morland, dans un quartier où la tranquillité régnait étonnamment pour Paris, la restructuration de l'ancienne préfecture de la Seine (IVe arr.) confiée à David Chipperfield et Calq apporte son lot d’activité. L’agence Olk, du nom de son dirigeant Olivier Lekien (depuis 2019), y a signé un […]

PHOTO - 30893_1803479_k6_k5_4154609.jpg

Anatomies d'architecture - Portrait

05/12/2022

300 Depuis 2018, l'agence Anatomies d'architecture (Ad'A) aborde l'habitat écologique à travers trois activités : la construction bioclimatique et localiste, la recherche et la pédagogie. Les fondateurs d'Anatomies d'Architecture, les architectes Raphaël Walther et Mathis Rager, également conducteur de […]

Au Pavillon de l’Arsenal à Paris, un catalogue de […]

02/12/2022

300 À Paris, 70% des autorisations d’urbanisme déposées ces deux dernières années concernent des opérations de transformation, et cette part ne cesse d’augmenter. Le meilleur moyen de baisser les émissions de ce secteur, un des plus carbonés, est de ne pas démolir pour reconstruire, mais de conserver […]

PHOTO - 31228_1825672_k4_k1_4216253.jpg

Initier une échelle de proximité: un groupe […]

16/11/2022

300 Premier équipement public de la ZAC Mellinet à Nantes, le groupe scolaire Alice-Guy conçu par l'agence Raum engage, par l'architecture, la vie collective dans son quartier. Sa capacité d'intégration et d'appropriation passe par la rigueur de sa composition et la richesse des situations spatiales […]

PHOTO - 31228_1825678_k3_k1_4216271.jpg

Prendre soin de la biodiversité : le nouveau siège […]

18/11/2022

300 À Paris (XIIe arr.), la silhouette élancée du nouveau siège de l'AP-HP dessiné par Chartier-Dalix, bénéficie de la concavité de ses trois façades. Avec son assise triangulaire, l'édifice s'écarte de la trame en damier de l'hôpital Saint-Antoine pour développer un cœur d'îlot vert. En 2018, Martin […]

PHOTO - 29036_1700643_k6_k1_3912804.jpg

La minéralité soignée de 100 logements et une […]

25/04/2022

300 Au pied des tours Duo, sur la face nord du quartier Bruneseau, les agences Nicolas Reymond (NRAU) et Michel Guthmann (MGAU) viennent de livrer un programme mixte associant 100 logements, une école, des commerces, des bureaux et un parc de stationnement. Le tout dans deux plots de verre et de métal […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital