DOSSIER

«Rendre les conditions d’accueil des personnes sans logements moins stigmatisantes que ne le sont les caravanes», par Marie-Hélène Nedelec, vice-présidente de Nantes Métropole

Articles Liés

Comment accueillir dignement les migrants?

Dans son numéro 263-octobre 2017, AMC consacre un dossier à l'hébergement d'urgence qui, avec la crise économique et sociale, et l’arrivée de migrants fuyant les guerres, la famine ou les catastrophes climatiques, fait depuis quelque temps l’objet d’attention et de débats dans la communauté des architectes et au-delà. En plus de la présentation de dispositifs d'habitats provisoires inventifs, qui évitent de stigmatiser les lieux d'acceuil des migrants et des sans-abris tout en offrant à leurs occupants un certain confort, AMC donne la parole aux acteurs engagés sur le terrain.

 

Marie-Hélène Nedelec, vice-présidente de Nantes Métropole, chargée de la coopération décentralisée, des populations migrantes et de l’hébergement spécifique

Plusieurs communes de Nantes Métropole ont mis en place, depuis 2005, un dispositif de "terrains d’insertion". Des familles et personnes isolées peuvent s’y installer en bénéficiant d’un hébergement temporaire et d’un accompagnement social. Le terrain d’insertion constitue pour eux une étape vers l’entrée dans un logement de droit commun. Partenaires du concours sur l’habitat temporaire Mini-maousse 6, organisé par la Cité de l’architecture et du patrimoine, nous nous sommes engagés dans un travail visant à rendre les conditions d’accueil plus qualitatives et moins stigmatisantes que ne le sont les caravanes ou les mobile homes. Nous souhaitons encourager les initiatives et expériences innovantes dans ce domaine. Aujourd’hui, le prototype lauréat – Wood Stock, conçu par Fabien Le Goff et Cédric Jenin avec la collaboration de l’Ecole supérieure du bois – est monté sur l’île de Nantes. Depuis la fin du mois de juin, il est habité par une famille Rom. Cette phase de test durera un an ; elle permettra d’observer d’éventuels dysfonctionnements et d’affiner la conception afin de diminuer sensiblement les coûts de construction. Nous pourrons alors passer à la phase d’industrialisation, pour en installer sur des terrains d’insertion ou dans le secteur diffus, dans les 24 communes de la métropole nantaise. La récente mise en place d’une maîtrise d’œuvre urbaine et sociale, dont l’objectif est de promouvoir l’accès au logement des personnes défavorisées, nous permet aujourd’hui de travailler à l’échelle intercommunale, avec le département et l’Etat. Le but est d’avoir une feuille de route commune pour trouver une cohérence dans l’accueil des populations migrantes et de veiller à leur intégration en créant sur ces sites des structures à échelle humaine, pour une vingtaine de familles au maximum.

 

Propos recueillis par Margot Guislain

 

Retrouvez l'ensemble du dossier consacré à l'habitat d'urgence, dans AMC n°263-octobre 2017

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Centre humanitaire Paris-Nord, par Julien Beller architecte

Centre humanitaire Paris-Nord, par Julien Beller

A Paris, Emmaüs Solidarité a ouvert un dispositif temporaire de premier accueil des migrants unique en Europe et en a confié la conception à l’architecte Julien Beller. Le résultat est bien […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus