DOSSIER

"Révéler à quel point l’architecture peut aider à résoudre les questions du quotidien", par Frédéric Bonnet

Zoom sur l'image Révéler à quel point l’architecture peut aider à résoudre les questions du quotidien, par Frédéric Bonnet
© Vincent Leloup/Le Moniteur - Frédéric Bonnet

A l'occasion des quarante ans de la loi de 1977 et de la publication des premiers décrets d'application de la loi LCAP, AMC ouvre le débat: faut-il et comment légiférer sur l'architecture? 

Grand chantier lancé en octobre 2015 par le ministère de la Culture, les 30 mesures de la Stratégie nationale pour l’architecture ont été préparées en amont par trois groupes de travail. Frédéric Bonnet a piloté le groupe "Sensibiliser et mobiliser", avec Boris Bouchet et Hélène Riblet. 

Extrait du numéro 247 - décembre 2015-janvier 2016 d'AMC.

 

Sensibiliser et mobiliser implique de promouvoir une culture partagée de l’architecture, à la fois citoyenne et professionnelle, pour ceux qui interviennent sur les transformations de notre cadre de vie: édifices nouveaux et réutilisés, infrastructures et espaces publics,  environnement urbain, territoires dans toute leur diversité.

 

En ce sens, jamais le mot "culture" n’a eu pour l’architecture plus de force et de raison d’être: au-delà de réaffirmer l’excellence des projets publics, il s’agit de révéler à quel point l’architecture peut aider à résoudre les questions du quotidien, du logement, de la ville et du quartier, des pratiques de tous les jours, dans leur immense diversité territoriale. Cela est vrai pour les gares de la métropole comme pour les bourgs ruraux. Il faut comprendre ici "culture" sous l’angle de la création contemporaine, des transformations du patrimoine et de la discipline architecturale, mais aussi selon des valeurs et des nécessités partagées plus largement par tous. L’architecture est un bien commun.

"Sensibiliser et mobiliser, c’est stimuler la recherche, l’invention, le débat, la prise de conscience, et l’engagement des uns et des autres, c'est donc une condition si l’on veut porter une politique publique ambitieuse pour l’architecture et le cadre de vie."

 

Cette dimension citoyenne est une des clefs de la "sensibilisation", qui doit aussi s’ancrer, au fil des expériences, sur les initiatives locales, sur les variations infinies des situations territoriales, sur ce qui advient sur le terrain. "Sensibiliser" à l’architecture, ce n’est pas porter un message, diffuser une version officielle de ce qu’est l’architecture, mais plutôt susciter un intérêt général, un bouillonnement multiple autour des questions qui nous touchent tous: où habitons-nous? Que nous offrent les villes et les territoires où nous vivons, comment construit-on les espaces publics, les logements, les lieux de travail, les équipements?

 

L’architecture apparaît trop souvent comme une affaire de spécialistes, voire un cadre d’excellence qui ne concerne que très peu la vie quotidienne et les lieux plus ordinaires.

 

Sensibiliser et mobiliser, c’est stimuler la recherche, l’invention, le débat, la prise de conscience, et l’engagement des uns et des autres, c'est donc une condition si l’on veut porter une politique publique ambitieuse pour l’architecture et le cadre de vie. Nous proposons de distinguer les stratégies d’action en fonction des personnes concernées, au-delà des métiers de l’architecte. D’abord le public, puis tous ceux qui agissent en amont et définissent les conditions de l’architecture, puis les professionnels qui accompagnent la conception architecturale, et enfin, en aval, tous ceux qui fabriquent, assemblent, construisent.

"L’égalité de l’accès à la conception architecturale, quel que soit l’objet ou la taille de l’aménagement, n’est pas aujourd’hui garantie. C’est une question de culture, mais aussi d’éducation et d’égalité des territoires, une question éminemment transversale." 

 

Le "public" est bien évidemment pluriel. L’égalité de l’accès à la conception architecturale, quel que soit l’objet ou la taille de l’aménagement, n’est pas aujourd’hui garantie. C’est une question de culture, mais aussi d’éducation et d’égalité des territoires, une question éminemment transversale. Les initiatives citoyennes, les démarches participatives, associatives ou coopératives sont autant d’expériences à valoriser dans ce cadre.

 

Les élus agissent en amont et, malgré la baisse des investissements publics, prennent beaucoup de décisions déterminant l’aménagement des lieux où nous vivons; tous ceux dont le métier a un impact direct sur la qualité et sur la forme de nos villes, paysages et édifices.

 

Les acteurs qui accompagnent l’architecture sont les opérateurs immobiliers –investisseurs, promoteurs, bailleurs, constructeurs–, ainsi que les autres experts de la conception, qui ne sont que peu sensibilisés à l’architecture: ingénieurs, experts, économistes…

 

On s’adresse enfin à tous ceux qui fabriquent, construisent: les entreprises artisanales et industrielles et, par extension, toutes les écoles qui ont pour vocation à former les métiers du bâtiment. Les actions pour "sensibiliser et mobiliser" doivent être ciblées et se diriger explicitement vers ces quatre catégories d’acteurs. Ces actions de sensibilisation ont pour objet la stimulation, l’enrichissement et l’extension de la demande pour l’architecture: une demande mieux préparée, mieux formulée, en prise avec les mutations sociétales, une demande diversifiée –touchant d’autres champs d’activité, d’autres métiers–, une demande aussi plus étendue, notamment pour des territoires dont les besoins sont importants mais qui ont du mal à accéder à l’architecture. Les écoles d’architecture, mais aussi
les CAUE ou les maisons de l’architecture, ainsi que la Cité de l’architecture et du patrimoine ont un rôle considérable à jouer dans ce processus d’extension de la demande d’architecture.

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Loi du 3 janvier 1977 sur l'architecture

La loi de 1977 en 4 points

    Il y a quarante ans, le 3 janvier 1977, l’intérêt public de l’architecture était inscrit dans la loi. Au-delà des grands mots, ce texte a marqué un tournant pour la […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus