Tour Montparnasse: la Nouvelle AOM remporte la mise

Zoom sur l'image Tour Montparnasse: la Nouvelle AOM remporte la mise
© Nouvelle AOM / Luxigon - La réhabilitation de la Tour Montparnasse à Paris, Nouvelle AOM architectes

Articles Liés

Duel au sommet de la tour Montparnasse

Sept équipes en lice pour la rénovation de la Tour Montparnasse

Un concours pour rénover la tour Montparnasse

Le Syndicat des copropriétaires de la tour Maine-Montparnasse l'a annoncé ce 19 septembre 2017 au pavillon de l'Arsenal à Paris: c'est la Nouvelle AOM, agence créée pour l'occasion par les architectes français Franklin Azzi, Frédéric Chartier, Pascale Dalix, Cyrille Le Bihan et Mathurin Hardel, qui remporte la consultation internationale pour "la métamorphose de la tour Montparnasse". L'agence américaine Studio Gang était l'autre finaliste de cette compétition lancée en juin 2016.

Il fallait bien cinq architectes pour réhabiliter la plus haute tour de bureaux de Paris. C'est finalement le quintette dénommé "Nouvelle AOM" et composé des architectes français Franklin Azzi, Frédéric Chartier, Pascale Dalix, Cyrille Le Bihan et Mathurin Hardel qui remporte la compétition parisienne la plus courue de 2017: la réhabilitation de la tour Montparnasse. "On se sentait un peu trop jeunes pour se lancer seuls dans cette aventure", rapporte Mathurin Hardel, devant la maquette du projet présentée jusqu'au 22 octobre 2017 au pavillon de l'Arsenal à Paris, au côté des sept projets perdants, dont celui du Studio Gang, l'autre équipe finaliste. Jeunes, les architectes de la Nouvelle AOM le sont. Nés dans les années 1970, en même temps que la fameuse tour inaugurée en 1973, ils ne sont pas pour autant des débutants. Les agences Chartier-Dalix, Hardel et Le Bihan et Franklin Azzi ont des portfolios de références déjà bien garnis (ils sont tous les auteurs de nombreux équipements publics, d'opérations de logement, de programmes de bureaux et même, de réhabilitation). Parce que, contrairement à bon nombre de Parisiens, "ils aiment la tour Montparnasse", avoue Mathurin Hardel, la proposition de la Nouvelle AOM préserve l'image iconique de l'immeuble et son double galbe. Selon la maquette du projet, le bâtiment originel ne sera pas méconnaissable à l'issue de sa réhabilitation. Bien qu'ambitieuse, la "métamorphose" souhaitée par le Syndicat des copropriétaires de la tour Maine-Montparnasse, le maître d'ouvrage de ce grand chantier, ne sera pas clinquante. Du projet conçu in situ par l'équipe d'architectes, qui s'est installée sur place pendant plusieurs mois pour étudier sous toutes ses coutures la tour mal aimée, émane plutôt un certain et presque sage esprit du lieu. C'est ce qui le distingue clairement des propositions des sept autres équipes dans la course, beaucoup moins précautionneuses avec l'édifice.

Double peau, serre et patios

 

Parmi les gestes les plus manifestes de la Nouvelle AOM: l'abandon du terrible verre noir qui emballait l'immeuble, troqué contre une double peau transparente. Crénelé suivant la trame des bureaux de 5,40 mètres, son profil lui permettra de profiter des vents dominants pour ventiler naturellement les intérieurs et les dispenser d'assistance mécanique 70% du temps. On espère que le rendu final sera aussi cristallin que sa représentation en maquette. Au programme également, la surélévation de 18 mètres de l'édifice -qui culmine déjà à 210 m- pour le couronner d'une majestueuse serre, symbole d'un bâtiment désormais "vertueux". Elle intégrera, comme l'exige le PLU pour entreprendre ce genre de travaux, des panneaux solaires. Elle permettra aussi la récupération des eaux de pluie et, puisque c'est désormais une figure imposée dans le ciel parisien, le développement de l'agriculture urbaine. Par ailleurs, l'élargissement des 13 premiers niveaux au moyen de jardins d'hiver domestiquera un peu le soubassement de l'édifice, le rendra plus amène à l'échelle de la rue, tout en réduisant l'effet du vent, ce "down wash", qui glace les piétons au pied de l'immeuble. Enjeu important de tous projets de tour, le rez-de-chaussée a également fait l'objet d'une attention particulière: percé de plusieurs patios pour révéler l'ancrage au sol bâtiment, ce nouveau socle permettra d'enrichir son programme pour accueillir demain des visiteurs de passage et des touristes. De 6000 usagers par jour, la tour devrait atteindre, à l'issue des travaux, 12000 visiteurs quotidiens. Le projet est estimé à plus de 300 millions d’euros, financé à 100% par les copropriétaires de la tour. Les travaux, qui nécessiteront de vider la tour, lui permettront de tourner définitivement la page de l'amiante. Ils devraient être lancés en 2019, et achevés pour les Jeux olympiques de 2024.

 

 

Les associés de la Nouvelle AOM dans le bureau loué au 44e étage de la Tour Montparnasse pour concevoir le projet. De gauche à droite Pascale Dalix, Franklin Azzi, Mathurin Hardel, Cyrille Le Bihan et Frédéric Chartier. © Nouvelle AOM / Alexandre Tabaste

  • Maîtrise d’ouvrage : Syndicat des copropriétaires de la Tour Maine-Montparnasse
  • Architecte mandataire : Nouvelle AOM (Chartier-Dalix, Franklin Azzi, Hardel et Le Bihan)
  • Bureaux d'études : Setec, TCE ; Tess, façade ; GVI, économie ; Elioth, HQE ; Lamoureux, acoustique ; 8/18 Lumière, conception lumière ; Bellastock, diagnostique-réemploi ; Maximum, design-réemploi ; Base Design, signalétique et identité visuelle ; Eurl Jérome Sans, directeur artistique et culturel ; AEU, conseil en paysage ; Grahal, patrimoine

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Exposition Le Maire et l’architecte. Marché aux bestiaux en activité, 1928, Tony Garnier.

Lyon célèbre les 150 ans de Tony Garnier

13/12/2019

Avec son utopie de «Cité industrielle», Tony Garnier fut le premier architecte moderne à penser la ville dans son ensemble. Né le 13 août 1869, cet architecte lyonnais, Grand Prix de Rome en 1899, a profondément transformé le visage de sa ville […]

Localarchitecture

Localarchitecture - Portrait

06/12/2019

Diplômés de l’EPFL, Manuel Bieler, Antoine Robert-Granpierre et Laurent Saurer fondent l'agence Localarchitecture à Lausanne en 2002. Les architectes Manuel Bieler, Antoine Robert-Granpierre et Laurent Saurer développent avec leur agence Localarchitecture une […]

A l'étage de la boutique Unifor, restauration de Simone Agresta

Renaissance d’une boutique Afra et Tobia Scarpa à […]

12/12/2019

UniFor a entièrement rénové son showroom historique à Paris, en ravivant l'œuvre conçue par Afra et Tobia Scarpa en 1979. Une intervention signée d’un autre architecte italien, Simone Agresta, qui a rendu hommage aux designers par la remise […]

Rendez-vous à suivre

Six rendez-vous d'achitecture, du 13 au 22 […]

12/12/2019

Expos, conférences, visites… les rendez-vous sélectionnés cette semaine par la rédaction d'AMC. Distance critique Jusqu'au 13 décembre à L'îlot-S, à Annecy L'artiste Vincent Mauger a réalisé pour […]

124 logements sociaux et en accession, Fres architectes, Nantes

Un balcon en forêt par Fres architectes, à Nantes

11/12/2019

Dans la ZAC Bottière-Chênaie, à Nantes, l'agence Fres architectes livre 124 logements sociaux et en accession au cœur d'un paysage recomposé, reprenant les boisement courants dans la région. Dans la ZAC Bottière-Chênaie, l’agence […]

Jean-Luc CROCHON, architecte, agence Cro&Co Architecture

Cro&Co Architecture - Portrait

11/12/2019

Fondée par Jean-Luc Crochon et désormais co-dirigée par Nayla Mecattaf, l'agence Cro&Co Architecture est basée à Paris. Cro&Co Architecture est une agence structurée autour de deux architectes associés, Jean-Luc Crochon, fondateur […]

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus