DOSSIER

Vers une architecture réversible ?

Vers une architecture réversible ?
© Schnepp & Renou - Logements reconfigurables à Paris XXe, par Naud & Poux

 

 

Donnez votre avis ou partagez votre expérience en envoyant votre point de vue argumenté (et si possible votre photo) à la rédaction en cliquant ici. Votre contribution sera publiée pour enrichir le dossier ci-dessous.

 

Réclamée par les élus et les aménageurs, la réversibilité des bâtiments commence à mobiliser promoteurs, architectes et majors du BTP sur des projets de quartiers mixtes. Le possible changement d’affectation, notamment d’un immeuble tertiaire en logements, est perçu comme un moyen d’adaptation aux cycles aléatoires du marché de l’immobilier de bureaux. Mais les pouvoirs publics sont invités à simplifier l’arsenal des normes réglementaires, fiscales et administratives, différentes selon les programmes. Celles-ci tendent à écarter les investisseurs et peuvent avoir des effets pervers, comme les normes PMR, qui ont conduit à réduire à l’excès les surfaces à vivre des logements. Si les architectes considèrent de nouveau la flexibilité comme une priorité, comment anticiper dès la phase de conception la possible transformation d’un bâtiment de bureaux en logements, dans une équation économique réaliste ? En sachant que le coût de la réversibilité d’un édifice dépend de son système structurel, de son enveloppe, de l’organisation de ses circulations, de sa forme générale et de son épaisseur.

 

Retrouvez l'ensemble du dossier consacré aux bâtiments réversibles,
dans AMC n°262 paru en septembre 2017

Sommaire du dossier

Réagissez à cet article

Saisissez le code de sécurité*

Saisir le code

*Informations obligatoires

Une marque

Groupe Moniteur Infopro Digital

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus